Analyse
URL courte
Par
Chute des prix du pétrole (2016) (171)
0 102
S'abonner

Le cours baril dépassera 80 dollars au second semestre de cette année, selon les analystes.

Un vent d'optimisme souffle sur les marchés pétroliers. Les prix du baril ont légèrement augmenté mardi dans le contexte de la baisse du dollar et la volonté de l'Arabie saoudite de s'engager dans un dialogue avec les autres pays producteurs.

Cette volonté de stabiliser le marché pétrolier semble être un soulagement pour les producteurs depuis la décision de l'OPEP de ne pas réduire les taux de production du pétrole, en les maintenant au rythme de 30 millions de barils par jour. Mais actuellement l'offre dépasse toujours la demande sur les marchés, ce qui contribue à la baisse des prix. Pas pour très longtemps, disent les analystes, prévoyant une remontée des cours au second semestre de 2015.

« La production du pétrole de schiste va commencer à s'affaisser, parce que la production des puits de schiste diminue plus rapidement que les pétroles conventionnels », explique l'économiste français Thomas Porcher, interrogé par Sputnik. « A cela s'ajoute une baisse des investissements qui vont empêcher d'avoir une production constante. Cela aura un impact sur l'offre, provoquant la remontée des prix ».

Au départ, certains experts associaient la baisse des cours du pétrole à un complot entre Washington et Ryad pour pénaliser la Russie, le Venezuela et l'Iran. Mais cette hypothèse ne s'est pas confirmée.

« On voit aujourd'hui qu'il s'agit d'une guerre des prix », ajoute Thomas Porcher. « Le ministre saoudien du pétrole a déclaré au départ qu'il ne touchera pas à la production même avec un prix à 20 dollars. Le message était clair: c'est aux autres, et notamment aux américains, de baisser leur production. Et s'ils ne veulent pas le faire, la baisse des prix va s'en charger. D'ailleurs la Russie a augmenté sa production au cours de ces dernière semaines, ce qui montre qu'elle joue le jeu contre le pétrole de schiste américain ».

Le pétrole bon marché ne profite à personne

En attendant, la chute des prix de l'or noir pénalise tous les acteurs du marché, selon les experts. Mais surtout les producteurs du pétrole non conventionnel, ce qui risque de faire plonger ce secteur dans la crise.

« Avec la baisse des cours du pétrole en-dessous de 70 dollars le baril, près de 20% de projets de pétrole de schiste ont perdu leur rentabilité aux Etats-Unis », explique à Sputnik Grigory Birg, analyste de l'agence russe Investcafé.

La baisse des prix pourrait à première vue être considérée comme un avantage pour les pays importateurs, et notamment pour l'UE. Mais il ne faut se réjouir trop vite.

« Les variations trop fortes des prix du pétrole peuvent être annonciatrices de krach dans les pays producteurs », met en garde Thomas Porcher. « Et à long terme, une baisse de 20 dollars aura un impact de 0,1% sur la croissance. Si les prix restent bas sur 2-3 ans, il y aura un impact plus important, notamment en termes de création d'emplois. Quant à la baisse des cours de 6 mois dont nous sommes témoins, elle n'impacte pour l'instant que les balances commerciales et les marges de certains secteurs ».

Un pétrole à combien le baril?

La remontée attendue du prix de pétrole sera limitée, selon l'analyste Grigory Birg, qui prévoit un maintien des prix à un niveau supérieur à 75-80 dollars le baril. « C'est le cours, au-dessus duquel les nouveaux projets au Canada, pourront être lancés, créant ainsi des conditions pour une relance de la demande », conclut-il.

 

 

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Dossier:
Chute des prix du pétrole (2016) (171)

Lire aussi:

Pfizer n'est «pas certain» que son vaccin stoppe la transmission du Covid-19
Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Tags:
OPEP
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook