Analyse
URL courte
Par
Gazoduc Turkish Stream (101)
0 243
S'abonner

Gazprom russe et la compagnie turque Botas Petroleum Pipeline Corporation ont réaffirmé l’intention de lancer les livraisons de gaz par le nouveau gazoduc en Turquie en décembre 2016.

A partir de 2019 les livraisons de gaz russe à l'Europe seront effectuées en contournant l'Ukraine. Il est temps pour l'UE de formuler ses priorités en matière de sécurité énergétique.

La Russie et la Turquie ont confirmé, à l'issue des pourparlers tenus cette semaine à Ankara, l'entente selon laquelle le gazoduc Turkish Stream sera mis en marche dès 2016. «Nous nous sommes entendus d'organiser le travail en vue de signer l'Accord intergouvernemental sur le gazoduc au 2ème semestre de l'année en cours et de livrer la première tranche de gaz sur le territoire turc en décembre 2016», a dit le PDG du groupe public russe Gazprom Alexeï Miller.

Le développement de la coopération énergétique russo-turque et surtout l'intention des parties d'assurer le transit du gaz russe en Europe par le territoire turc ont bouleversé l'UE et les Etats-Unis. L'Occident a sapé la réalisation du projet russe précédent South Stream. Le ministère américain de l'Energie a laissé entendre qu'à son avis, les deux projets gaziers russes étaient politiques. Maros Sefcovic, responsable des questions énergétiques à la Commission européenne, a dit que la décision russe de «livrer du gaz via la Turquie au lieu de l'Ukraine» portait préjudice à l'image de Gazprom en tant que fournisseur fiable. Comme si Bruxelles avait oublié les problèmes liés aux livraisons de gaz russe via l'Ukraine provoqués par le comportement de Kiev en tant que transiteur instable!

Qu'est-ce qui a fait peur à Bruxelles et à Washington dans ce nouveau projet? Selon Gazprom, la mise en marche du gazoduc Turkish Stream permettra de réorienter à partir de 2019 les livraisons de gaz russe à l'Europe en contournant l'Ukraine. Cela dévaluera automatiquement pour l'Occident la carte ukrainienne qu'il joue activement dans sa politique antirusse. Le South Stream précédent et l'actuel Turkish Stream sont dans la même mesure dangereux pour l'UE et les Etats-Unis. Ils mettent l'Ukraine hors du jeu géopolitique poursuivi selon les scénarios occidentaux. En accusant Gazprom de ne pas garantir la sécurité énergétique européenne, l'UE essaie de rejeter la responsabilité, a dit à notre correspondant le chef du Fonds russe de sécurité énergétique nationale Konstantin Simonov:

L'UE et non pas Gazprom doit former le marché énergétique commun en Europe. Gazprom vend du gaz à l'Europe en vertu de contrats commerciaux. Il a beaucoup de consommateurs. C'est un système très compliqué, mais il est inventé par les Européens et non pas par Gazprom.

Certes, la Commission européenne voudrait éviter les dépenses. C'était possible en cas de la mise en œuvre du South Stream. La partie russe était alors prête à rembourser les travaux appropriés in situ. Maintenant l'UE sera contrainte de se charger des frais de la construction des pipelines depuis la frontière turque. Il reste, d'ailleurs, peu de temps avant 2019…

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Dossier:
Gazoduc Turkish Stream (101)

Lire aussi:

Le gaz russe destiné à l'Europe passera par la Turquie au lieu de l'Ukraine
Gaz: l'Europe risque de geler cet hiver (expert US)
Le gaz, combustible discrédité par une politisation excessive (OMV)
Gaz: le nouveau projet russe en Turquie ouvert à l'UE (Medvedev)
Tags:
Gazprom, Alexeï Miller, Turquie, Europe, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook