Ecoutez Radio Sputnik
    Les participants de BRICS. Archive photo

    La Banque de développement des BRICS est une alternative digne au FMI

    © Sputnik . Alexei Druzhinin
    Analyse
    URL courte
    Liudmila Matsenko
    0 543

    La Douma d’Etat a ratifié l’Accord sur la fondation de la Banque des BRICS signé en juillet 2014 par les leaders du Brésil, de Russie, de l’Inde, de Chine et d’Afrique du Sud.

    Les députés du parlement russe espèrent que la Nouvelle banque de développement engagera ses activités d'ici fin 2015.

    Une nouvelle Banque de développement est destinée à financer les projets d'infrastructure dans les BRICS et les pays en développement. Selon les experts, une nouvelle structure est l'alternative au FMI et à la Banque mondiale qui sont contrôlées par les Etats-Unis et perdent peu à peu leur influence. L'accent dans les activités de la Banque des BRICS sera mis sur les projets qui n'ont pas bénéficié du soutien des fonds internationaux.

    Ce sera l'une des plus grandes institutions financières au capital déclaré de 100 milliards de dollars, raconte le vice-ministre russe des finances Serguei Stortchak. Le capital statutaire remboursé de la Nouvelle banque évalué à 10 milliards de dollars sera formé dans l'espace de sept ans. Le capital réuni est réparti proportionnellement entre les cinq fondateurs, l'apport de chacun d'entre eux représente 2 milliards de dollars. Le principe des parts égales a une importance de principe, estime Serguei Stortchak:

    C'est une nouvelle institution au sein de laquelle tous les pays auront les parts et le poids égaux lors du vote et, par conséquent, des possibilités égales en tant qu'actionnaires et emprunteurs potentiels. C'est là le trait distinctif de la Banque des BRICS. Il existe au monde près d'une vingtaine de banques multipartites de développement où le capital est le plus souvent réparti selon le potentiel économique des participants.

    Selon le vice-ministre russe des finances, l'Accord sur la fondation de la Banque de développement des BRICS est ouvert aux nouveaux participants. La condition sine qua non: ces pays doivent être membres de l'ONU. Or, de nouveaux participants seront privés de toute une série de prérogatives dont sont dotés les BRICS. Les décisions clés seront adoptées à la majorité des voix des pays fondateurs. Seuls ces pays auront le droit de déléguer leurs représentants aux organes directeurs de la Banque. Le système de gestion corporative aura trois niveaux: Conseil des gérants, Conseil des directeurs et président élu pour cinq ans par rotation. Il est précisé que tous les fonctionnaires et collaborateurs de la Banque de développement bénéficient de l'immunité judiciaire et contre les restrictions d'immigration. Leur rémunération n'est pas imposée. Les bénéfices et les actifs de la Banque ainsi que les transactions sont affranchis d'impôts. Qui plus est, les biens et les archives de la Banque ne peuvent pas être perquisitionnés ni confisqués. Le quartier général de la Banque des BRICS siègera à Shanghai. La mégalopole chinoise s'est engagée à présenter l'office et l'équipement nécessaire pour son fonctionnement.

    La première séance du Conseil des directeurs de la Nouvelle banque de développement aura lieu en juillet au sommet des BRICS. Les leaders des pays membres se réuniront cette année à Oufa, capitale de la république russe du Bachkortostan. 

    Lire aussi:

    La domination financière du FMI et de la BM a vécu (médias)
    Moscou-Occident: les tensions bénéfiques pour le BRICS (officiel russe)
    Trois Françaises mineures auraient été offertes à Epstein par Brunel en «cadeau d'anniversaire»
    Tags:
    Douma d'État, BRICS, Fonds monétaire international (FMI), Bachkortostan, Oufa, Afrique du Sud, Chine, Brésil, Inde, Russie, Nouvelle banque de développement (NDB), Sergueï Stortchak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik