Analyse
URL courte
Par
0 242
S'abonner

Même si les accords de Minsk pour le règlement pacifique de la crise en Ukraine étaient intégralement appliqués, ce conflit aurait des conséquences politico-militaires à long terme pour la situation en Asie orientale.

Pour la Chine, elles seront très favorables: elle pourrait bénéficier d'une "fenêtre de tir" de plusieurs années pour renforcer son influence dans la région Asie-Pacifique.

A l'heure actuelle, l'évolution de la situation en Ukraine porte à croire que les seconds accords de Minsk seront probablement respectés, au moins partiellement. Les termes de ces accords sur la réforme constitutionnelle en Ukraine et la fixation de la frontière russo-ukrainienne sont difficiles à remplir, mais la mise en œuvre de l'entente sur le cessez-le-feu et le retrait du matériel lourd de la ligne du front paraît parfaitement réalisable.

Mais tout cela ne réduira que partiellement la tension. Les seconds accords de Minsk sont le résultat de la défaite de l'armée ukrainienne aux alentours de Debaltsevo. Il s'agissait d'une démarche forcée — aussi bien l'Ukraine que ses alliés occidentaux désapprouvent les termes de ces accords. Les divergences entre la Russie et les USA en Europe orientale restent entières.

Les plans annoncés de renforcement de la présence militaire de l'Otan en Europe orientale et d'assistance militaire au profit de l'Ukraine seront donc mis en œuvre et élargis. En pleine crise dans les pays de la zone euro, les USA prendront donc en charge le principal fardeau financier de ces manœuvres qui visent à installer dans les pays d'Europe orientale un réseau de centres de commandement, à augmenter de plus du double le contingent des forces de déploiement rapide de l'Otan, ainsi qu'à une présence permanente de forces américaines en Europe orientale sous prétexte d'exercices.

Le renforcement de l'aide militaire américaine à l'Ukraine est pratiquement inévitable. Le gouvernement américain avait déjà accordé en novembre à Kiev une assistance militaire à hauteur de 118 millions de dollars. En comptant l'aide humanitaire et économique, 320 millions de dollars ont donc déjà été alloués au total. Des garanties créancières ont été également fournies pour 1 milliard de dollars. Quand les USA évoquent l'éventualité de fournir à l'Ukraine des armes létales, il faut comprendre que ces armes seront transmises gratuitement car l'Ukraine n'a pas les fonds nécessaires.

Dans le cas de l'Ukraine, les USA et l'UE se lancent dans un vaste projet de réaménagement d'un grand État à l'instar de leur tentative ratée en Irak. La différence entre l'Ukraine et l'Irak est que ce dernier était capable de financer ses besoins grâce aux exportations pétrolières, alors que l'Ukraine n'a plus aucune ressource minière.

Même en cas de désescalade du conflit, le pays serait l'un des points chauds les plus susceptibles d'exploser dans le monde. Le prestige et l'influence internationale des USA au niveau international s'appuient sur le rôle particulier joué par les États-Unis dans la sécurité européenne. Les USA ne peuvent pas se permettre de montrer leur faiblesse face à la Russie dans cette région. Sachant que leurs capacités d'accroissement des dépenses budgétaires restent limitées. Compte tenu de la nouvelle vague de tension au Moyen-Orient, où les États-Unis s'enlisent de plus en plus dans la guerre contre l'EI, la longue crise en Europe orientale remet en question la faisabilité de la stratégie du "retour en Asie" du président américain Barack Obama.

S'ils s'efforcent d'isoler diplomatiquement la Russie, il sera difficile pour les USA d'accroître à la fois leur présence militaire en Asie orientale. De cette manière, pour la seconde fois depuis le début du XXIe siècle, la Chine bénéficie d'un "répit stratégique" de plusieurs années pour se permettre d'accumuler tranquillement des forces et renforcer ses positions dans la politique internationale. Le premier "répit" avait eu lieu après les événements du 11 septembre 2001 et les campagnes militaires américaines qui avaient suivi en Afghanistan et en Irak.

Contrairement au "premier répit", la Chine ne profitera certainement pas de ce temps pour simplement accroître son potentiel national. En une décennie elle a fait un progrès colossal non seulement au niveau économique, mais aussi dans le domaine militaire et militaro-technique.

La Chine entre dans une phase où ses possibilités seront les plus favorables pour changer son rôle et augmenter son influence dans les affaires régionales et mondiales. Mais cette période ne devrait pas durer plus de dix ans et elle devra exploiter cette opportunité au maximum.

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Ukraine: Moscou exhorte Kiev à mettre le cap sur la paix
Trêve en Ukraine: Paris exprime sa satisfaction
Expert français: l'Europe a besoin d'une Ukraine fédérative non membre de l'Otan
Média: l'Europe laisse entendre qu'elle est fatiguée de l'Ukraine
Tags:
OTAN, Barack Obama, Asie-Pacifique, Europe, Chine, Ukraine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook