Analyse
URL courte
Par
2404
S'abonner

« L'Union Européenne entend renforcer la lutte contre la désinformation russe » - a annoncé sous ce titre le portail « EurActiv » les plans de Bruxelles de s'opposer à ce que l'Europe appelle maintenant de la « propagande russe ».

Par elle-même, l'idée semble absurde. Mais elle sera l'un des sujets du Conseil de l'UE, qui a entamé ses travaux le 19 mars à Bruxelles, informent les média citant des sources dans la direction européenne.

D'après tout, Bruxelles et nombre d'autres capitales européennes considèrent que les informations des médias russes représentent une menace réelle pour des millions d'Européens, en leur donnant un point de vue différent sur la Russie et le monde. Mais il s'avère que les citoyens libres à tous les égards de l'Europe unie ne sont pas libres au regard de l'information.

Comme l'apprennent le portail Internet « EurActiv » mentionné, ainsi que d'autres médias citant des diplomates à Bruxelles, les chefs d'Etat et de gouvernement des 28 pays membres de l'UE entendent charger leur Haute représentante pour les affaires internationales et la politique de sécurité Federica Mogherini d'élaborer vers juin prochain un « Plan d'actions dans la sphère des communications stratégiques en vue de soutenir la liberté de la presse ».

Le projet de décision indique qu'il faut commencer par former une « équipe de communication ». Selon les auteurs de l'idée, les experts de ce groupe de travail vont analyser l'information en provenance de Moscou, déterminer ce qui est à leur avis faux, donner des explications indispensables et ainsi assortis de commentaires faire parvenir les informations aux pays-membres de l'UE. Rien n'est dit sur le mécanisme technique de l'opération.

Dans son entretien avec Rossiya Segodnya le journaliste et observateur militaire Viktor Litovkine s'est montré assez critique envers la politique informationnelle de l'Europe.

La tentative pour vaincre la Russie par la contrainte n'a pas abouti. Tout comme celle de faire de l'Ukraine un avant-poste de l'OTAN. Tout cela dégénère en déclarations hystériques, qui ressemblent bien peu à une conversation des Européens comme il faut instruits.

Et encore un moment. Lors de la discussion internationale, tenue ces jours-ci au Musée de l'histoire contemporaine de Moscou sur le thème des tentatives de déformer l'histoire de la Seconde guerre mondiale, les participants ont noté que les services spéciaux des Etats-Unis et les pays de l'OTAN voulaient isoler le monde de l'information russe. La déformation de l'histoire fait de même partie de la guerre informationnelle, quand le noir est donné pour le blanc.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Le pouvoir de la propagande russe
Des musulmans investissent une mairie et exigent des excuses d’un élu pour ses propos jugés racistes
Macron met en garde contre une «accélération extrêmement forte» de la propagation du coronavirus
Tags:
liberté de la presse, propagande, médias, EurActiv, Union européenne (UE), Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook