Ecoutez Radio Sputnik
    Partisans de l'intégration de l'Ukraine à l'UE

    Le chemin épineux de Kiev au Vieux monde

    © Sputnik . Pavel Palamarchuk
    Analyse
    URL courte
    Par
    0 72
    S'abonner

    Il y a un an l'Ukraine signait la partie politique de l'accord d'association avec l'UE. Les Ukrainiens ne vivent pas, toutefois, comme en Europe.

    Qui plus est, Kiev n'a même pas commencé à se rapprocher des standards européens. Le problème ne tient pas à l'état de l'économie, ni au conflit avec le Donbass. L'Ukraine en général ne se dépêche pas d'essayer les strictes normes européennes.

    Des experts ont calculé qu'afin d'adapter la législation ukrainienne à celle de l'Europe, le parlement doit adopter quelque 15 000 amendements. En travaillant sans relâche et jours fériés, cela demandera plusieurs années. Cela n'empêche le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk de prétendre que l'accord sur l'association avec l'UE sera entièrement implémenté avant 2017.

    A l'issue des douze premiers mois l'Ukraine n'a rien à présenter. A peine peut-on appeler réformes le processus scandaleux de lustration ou la nouvelle procédure d'affectation des chefs d'entreprises publiques.
    Quant à la démocratie et autres valeurs européennes, cela n'a aucun rapport à la société ukrainienne. Ecoutons Robert Schlegel, membre du comité de la chambre basse du parlement russe pour la CEI, l'intégration européenne et les liens avec les compatriotes:

    Comme nous le savons, il n'y a là aucune liberté de la presse, ni politique. Puisqu'elles consistent précisément dans la possibilité d'exprimer son désaccord, notamment, par les actions du pouvoir. Ce qui n'est pas le cas à présent. Il est évident que le régime à Kiev tient uniquement à ne laisser germer aucune activité d'opposition.

    Ce qui étonne aussi c'est l'absence des tentatives de l'Union Européenne elle-même d'imprimer aux autorités à Kiev la bonne direction, constate Valentina Goïdenko, en charge de l'analyse comparative des législations à l'Institut de la CEI.

    Le président russe Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse à Minsk
    © Sputnik . Alexey Druzhinin
    Aussi étrange que cela puisse paraître, d'un côté, l'Europe appelle à se rapprocher des standards européens, mais d'un autre, elle n'indique pas les défauts manifestes qui existent en Ukraine et détruisent l'Etat. Comptant en son sein plusieurs Etats fédératifs, on ne sait pour quelles raisons l'Europe s'oppose à une fédéralisation de l'Ukraine. Nombre d'Etats européens étant multilingues, ont deux, trois et plus de langues officielles. A la fois la commission de Venise a empêché l'approbation du statut de langue régionale pour le russe en Ukraine. Nous observons en conséquence que ces deux facteurs très importants pour l'Ukraine — celui de l'Etat composé de plusieurs régions très différentes les unes des autres — ont conduit à une profonde crise politique et économique.

    Les Européens eux-mêmes expriment leur mécontentement par les autorités à Kiev. Si au moment de la manifestation pro-européenne à Kiev les commissaires européens parlaient des perspectives de l'élargissement de l'UE à l'Est, à présent il n'en est pas question. Encore un fait significatif. Les pays clés de l'UE — l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne — n'ont toujours pas ratifié le dit accord d'association.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Lire aussi:

    Le « Maïdan financier » en Ukraine. Part 1. Qui est responsable ?
    Le « Maïdan financier » en Ukraine. Part 2. Que faire ?
    Le coup d’État à Kiev était préparé bien avant le Maïdan
    Economie ukrainienne avant et après Maïdan
    Obama reconnaît que le Maïdan est l'œuvre de Washington
    Tags:
    Union européenne (UE), Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik