Analyse
URL courte
Par
0 123
S'abonner

Les autorités chinoises se proposent de fermer dès l'année prochaine les dernières centrales électriques à charbon de Pékin. La décision est motivée par une forte pollution de la capitale.

Quatre centrales à charbon seront remplacées par quatre centrales à gaz dont le rendement sera 2,6 fois supérieur. La semaine dernière deux centales appartenant à Guohua Electric Power Corp et à Beijing Energy Investment Holding Co ont été fermées à Pékin. Quatre centrales électriques contrôlées par China Datang Corp ont connu le même sort il y a un an. La fermeture de ces centrales signifie la réduction des émissions de carbone de quelques 30 millions de tonnes par an et la diminution de la consommation de charbon de 9,2 millions de tonnes métriques. Selon le directeur de l'Institut de l'énergie nationale Sergueï Pravossoudov, cela ouvre de larges possibilités à la Russie:

« Les autorités chinoises se sont fixées depuis longtemps pour objectif la diminution graduelle de la consommation de charbon. Rien qu'au cours de cette année, la Chine va fermer environ 2 000 mines déficitaires et dangereuses. On comprend bien que la pollution est inévitable si 70 % de l'énergie sont produits par la combustion du charbon qui n'est point un combustible écologique. Cela a déjà provoqué une catastrophe écologique dans plusieurs grandes mégapoles. Ces dernières années la Chine augmente la consommation de gaz. Le pays voudrait certes avoir davantage de son propre gaz et il tente d'en accroître la production. Néanmoins, la consommation croît beaucoup plus vite que la production d'où des importations grandissantes. Cette tendance se maintiendra pendant longtemps. Voilà pourquoi la Russie en tant que pays possédant les plus grandes réserves du gaz naturel et, en plus, situé dans le voisinage immédiat, deviendra graduellement le fournisseur de gaz numéro un sur le marché chinois ».

Sergueï Pravossoudov estime que la coopération avec Gazprom est une solution optimale pour la Chine. D'abord parce que la société russe est prête à livrer à la Chine jusqu'à 100 milliards de mètres cubes de gaz par an, soit environ un tiers des quantités de gaz dont la Chine aura besoin d'ici 2030. En plus, le niveau sans pareil des rapports entre les deux Etats exclut les risques politiques possibles.

Une plus grande consommation de gaz n'est pas l'unique préférence de la Chine dans ses activités contre la pollution. Ainsi l'année dernière les centrales éoliennes chinoises ont pour la première fois produit plus d'électricité que les centrales nucléaires, à savoir 2,78 % contre 2,36 % de l'ensemble de l'énergie produite. La puissance totale des centrales éoliennes s'est rapprochée de près à 100 gigawatts. La Chine projette d'en produire 200 d'ici 2020 et de doubler ce chiffre à l'horizon 2030.

Selon l'Agence énergétique internationale vers 2030 la Chine dépassera les leaders mondiaux actuels, les Etats-Unis et l'Europe, en termes de production d'énergie électrique à partir de sources renouvelables et écologiquement pures.

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

La Chine face au défi de la pollution
Un grand requin blanc surgit devant un bateau de pêcheurs, le capitaine «choqué» – vidéo
«Je reconnais ma faute»: ce golden retriever fait le coupable devant sa propriétaire
L'armée de Haftar annonce avoir détruit un navire turc transportant des armes - vidéo
Tags:
écologie, pollution, Pékin, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook