Ecoutez Radio Sputnik
    Négociations à Lausanne

    Nucléaire iranien : une sensation attendue

    © REUTERS / Brendan Smialowski/Pool
    Analyse
    URL courte
    Vladimir Sajine
    Nucléaire iranien (2015) (124)
    0 41

    Le 2 avril les six médiateurs internationaux (Russie, Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Chine et Allemagne) et l'Iran sont parvenus à un accord politique sur le programme nucléaire iranien.

    Ce dernier tour de négociations consacré au nucléaire iranien a commencé le 26 mars. Huit jours d'un travail intense ont suivi. Quels sont les résultats obtenus par les négociateurs? Nous proposons à votre attention le commentaire de l'orientaliste Vladimir Sajine.

    Et voilà, ça y est! Ce jour a été attendu par toutes les parties intéressées de l'Europe à l'Australie. Ces négociations marathon ont duré 12 ans. Mais, au fond, des résultats concrets ne se sont esquissés que le 24 novembre 2013, date de la signature à Genève du Plan d'action conjoint. Sa signature a engagé l'étape finale du marathon laquelle a dépassé, en termes de résultats, tout ce qui a été obtenu au cours des 10 années précédentes.

    L'accord-cadre obtenu le 2 avril est une étape primordiale et absolument nécessaire conduisant à un accord final. Les ministres des Affaires étrangères de sept pays sont parvenus à poser les bases du prochain accord qui doit être signé d'ici au 30 juin.

    Ils sont convenus que le futur accord couvrirait une période de 10 ans pendant lesquels deux tiers des capacités d'enrichissement d'uranium iraniennes seront suspendus. L'Iran réduira le nombre de ses centrifugeuses de 19 000 à l'heure actuelle à 6 000. Les paramètres des sites nucléaires seront changés, mais aucun d'entre eux ne sera démantelé. Pendant 15 ans l'Iran n'enrichira pas d'uranium au-dessus de 3,67 %. Il s'engage également à ne pas mener des études concernant l'utilisation du combustible nucléaire usé.

    Une coentreprise internationale aidera l'Iran à repenser et à reconstruire le réacteur à eau lourde modernisé d'Arak qui ne produira plus de plutonium militaire.

    Les accords prévoient également l'absence de dépôts de matières fissiles sur le territoire iranien. La majeure partie du stock d'uranium iranien sera appauvrie ou transférée à l'étranger.

    Téhéran a accepté de ne pas construire de nouveaux sites d'enrichissement d'uranium pendant 15 ans et de placer sous le contrôle de l'AIEA ses centrifugeuses arrêtées et les équipements d'enrichissement.

    Selon Vladimir Sajine, toutes ces mesures seront placées sous le contrôle rigoureux de l'AIEA.

    La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a déclaré: « L'Union européenne suspendra la mise en oeuvre de toutes les sanctions économiques et financières liées au nucléaire et les Etats-Unis feront de même quand l'AIEA aura constaté que l'Iran respecte tous ses engagements ».

    Négociations à Lausanne
    © REUTERS / Brendan Smialowski/Pool
    Les participants aux négociations se sont mis d'accord de ne pas introduire de nouvelles restrictions à l'égard de Téhéran. Tous les accords sur les délais et l'envergure de la réduction du programme nucléaire entreront en vigueur après la conclusion de l'accord final qui doit être signé d'ici au 30 juin.
    Un grand travail reste encore à faire pour régler des formalités techniques relatives à « la réalisation de chacune des décisions concrètes qui forment dans leur ensemble l'objet du futur accord ».

    Les diplomates russes estiment que cet accord aura une influence positive sur la situation générale dans le domaine de la sécurité au Proche-Orient, grâce notamment au fait que l'Iran pourra participer plus activement au règlement de toute une série de problèmes et conflits dans la région.

     

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Nucléaire iranien (2015) (124)

    Lire aussi:

    Netanyahu: l'accord avec l'Iran menace l'existence d'Israël
    Expert: effondrement du pétrole en cas de levée des sanctions contre l’Iran
    Mogherini: l'Iran et les Six d'accord sur des points clé en vue d'un accord final
    Nucléaire iranien: Washington n'exclut pas l'option militaire
    Tags:
    négociations, Six médiateurs internationaux, programme nucléaire iranien, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik