Ecoutez Radio Sputnik
    Crimée

    Crimée : les perspectives de développement

    © Sputnik. Konstantin Chalabov
    Analyse
    URL courte
    Oleg Oboukhov
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (181)
    0 1665185

    Douze mois après la réunification de la Crimée avec la Russie, bien des choses ont changé dans la péninsule. Vers le mieux, estiment ses habitants.

    Elle a trouvé son second souffle. Depuis le printemps 2014 la priorité est accordée en Crimée à l'essor du tourisme à des fins médicales et de salubrité.

    La mer, le soleil et les plages on en trouve dans de nombreuses stations balnéaires. Or le littoral sud de la Crimée est unique. Actuellement une nouvelle infrastructure de sanatorium de première classe offre des services médicaux de niveau international. Les plus entreprenants se lancent assez volontiers dans les affaires. On voit se développer à un rythme devançant l'agriculture et le segment des technologies informatiques. Mais tout ne se passe pas comme sur des roulettes, précise Iouri Aïrapetian, qui dirige en République de Crimée une antenne juvénile de l'organisation « Opora», association publique en faveur des PME en Russie:

    Il y a quelques pépins. Nous préconisons en ce moment un moratoire concernant des entrepreneurs en contravention des règlements de Russie vu la période transitoire. Avant d'infliger une sanction pécuniaire il convient de se contenter pour la première fois d'un avertissement. Ceci va encourager l'entreprise. En somme, je peux dire que le business connaît un essor rapide.

    Avec un soutien sur le plan d'investissement et de publicité la Crimée a toutes les chances de devenir une « perle » de tourisme, fonctionnant toute l'année. Eupatoria et ses alentours ont une densité de population et une base de ressources de nature à en faire une projet pilote de croissance économique. En plus d'une zone balnéaire ici des prémisses sont réunis afin de développer les industries légère et alimentaire. L'infrastructure de transport préoccupe le plus les habitants de la Crimée. Ils ont hérité d'un chemin de fer délabré, qu'il faut en fait reconstruire. La question, liée à la traversée du détroit de Kertch, est toujours d'actualité, dit Andreï Nikiforov, directeur de l'Institut de la CEI en République de Crimée:

    "Si notre voie de communication principale était orientée avant suivant l'axe Nord-sud, à présent c'est — Est-ouest. Cela implique une réorientation de pratiquement tous les flots de transport. Sans parler qu'il faut reposer les voies ferrées, construire de nouvelles autoroutes, revoir leur structure. Sans cela la réalisation d'un grand chantier sera rendue très difficile."

    Il s'agit, en particulier, de reconstruire l'autoroute Kherson-Djankoï-Feodossia-Kertch. On prévoit de même de moderniser des ports maritimes à Eupatoria, Feodossia, Kertch et Yalta, d'aménager des zones de récréation, d'édifier des terminaux contemporains aux aérodromes de Kertch et de Sébastopol. Et, bien sûr, jeter un pont long de 19 km sur le détroit de Kertch. Cette année les dépenses du budget fédéral de Russie à l'aménagement de la région sont programmées au niveau de 23 milliards de roubles. Des capitaux privés s'y ajouteront. La Crimée les attire par ses perspectives de lieu de repos, de région agricole et industrielle.

     

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    La Crimée, une région qui a décidé de redevenir russe (181)

    Lire aussi:

    Crimée: 30% de plus de touristes russes en 2014
    Lavrov: les problèmes des Tatars complètement réglés en Crimée
    Intégration de la Crimée: Forbes défie la propagande occidentale
    Le documentaire "Crimée. Retour à la Patrie" (Vidéo)
    Tags:
    tourisme, Crimée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik