Analyse
URL courte
Par
0 290
S'abonner

La délégation de parlementaires français invités par le président de la Douma Sergueï Narychkine, est en visite à Moscou depuis le 9 avril.

17 députés de tout poil (UMP, PS, UDI, MRC), Thierry Mariani en tête, se rendent, pour la plupart, pour la deuxième fois déjà en Russie. Ils ont beaucoup de dossiers à traiter avec leurs homologues russes: la situation en Ukraine, la politique de sanctions, la vente des Mistral, les perspectives des relations franco-russes. Un voyage qui suscite une polémique en France.

La veille du départ de ses collègues pour Moscou, le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone leur a adressé une lettre d'avertissement, geste perçu par les députés comme de l'intimidation. Fidèles à leurs convictions, comme l'a souligné Thierry Mariani, député des Français de l'étranger (UMP), en répondant à M. Bartolone, les parlementaires français se sont tout de même rendus en Russie.

Le député de l'Aube (UMP), membre de la Commission de la défense nationale et des forces armées Nicolas Dhuicq, l'un des membres de la délégation que nous avons réussi à contacter, a fait remarquer qu'il essayait de faire son devoir de député de la Nation en effectuant cette visite à Moscou. « C'est l'intérêt de la France et c'est l'intérêt de la Fédération de Russie de travailler ensemble. Parce qu'en dehors de l'amour que je porte à l'âme russe et à ce peuple, j'essaie tout simplement de faire mon devoir. C'est mon devoir d'être présent ici », a-t-il déclaré.

Les enjeux de cette visite sont très profonds, selon M. Dhuicq. « Nous sommes dans un choix civilisationnel entre deux visions de la construction du monde, face à des USA qui veulent dominer totalement la planète mais qui n'offrent que pour seule vision la consommation et un avenir à court terme. Et de l'autre côté, l'Europe qui doit s'unir, qui va de l'Atlantique à l'Oural, comme disait le Général De Gaulle », a rappelé Nicolas Dhuicq.

Le 9 mai, la Russie célèbre le 70e anniversaire de la victoire sur le nazisme dans la Seconde Guerre mondiale pendant laquelle quelque 27 millions de Russes ont péri. Plusieurs chefs d'Etat européens ont été invités à Moscou pour commémorer cette date. Pourtant le refus est chez eux une réponse fréquente. Ceux qui ont accepté l'invitation sont « stigmatisés » par leurs collègues européens. M. Dhuicq a fait part de ses sentiments sur ce sujet: « Je n'oublie pas les sacrifices des soldats de tsar en 1914, je n'oublie pas les sacrifices de l'Union soviétique pendant la Grande Guerre patriotique… Je pense que la génération d'élites européens qui est au pouvoir, c'est une génération qui ne connait pas l'histoire. C'est une génération qui a perdu la culture, qui a perdu la connaissance de l'histoire, qui ne comprend pas le sens symbolique de cet énorme sacrifice pour le peuple russe qu'a représenté la Deuxième Guerre mondiale ».

La situation en Ukraine n'a pas échappé à l'attention des députés français. Marie-Françoise Bechtel, député de l'Aisne (MRC), a salué la dynamique positive qu'on a réussi à atteindre ces derniers temps dans ce dossier, en se référant à l'aboutissement des négociations à Minsk dans le format Normandie. Nicolas Dhuicq a, pour sa part, qualifié la question sur l'Ukraine de « jeu par-dessus les nations européennes que jouent les USA qui utilisent l'Ukraine comme un moyen d'empêcher la Russie de redevenir une puissance… », tout en reconnaissant que les événements en Ukraine sont tragiques.

Les parlementaires français ont participé également au colloque « Avenir de l'Europe. Réalités et perspectives ». Plusieurs d'entre eux envisagent d'assister aux services pascaux en la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou ce qui peut être considéré comme encore une preuve d'une profonde amitié entre les Russes et les Français. Les visites comme celle-ci auront sans aucun doute de l'impact positif sur les relations entre les pays. Tant qu'un dialogue constructif existe, la rhétorique de la guerre ne peut pas envahir les esprits.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Mélenchon: les sanctions antirusses sont des "provocations dérisoires"
Le président du Sénat français prévoit un allègement des sanctions antirusses
Marine Le Pen: J'admire le sang-froid de Vladimir Poutine
Tags:
70e anniversaire de la Victoire, Seconde Guerre mondiale, MRC, UDI, Parti socialiste français (PS), Union pour un mouvement populaire (UMP), Marie-Françoise Bechtel, Nicolas Dhuicq, Thierry Mariani, Claude Bartolone, Charles de Gaulle, Sergueï Narychkine, Oural, URSS, Europe, France, Ukraine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook