Ecoutez Radio Sputnik
    Statue du soldat avec l'enfant et la croix gammée brisée. Treptower Park. Berlin

    Les révisionnistes

    © Sputnik . Tatiana Firsova
    Analyse
    URL courte
    Maria Vesnovskaïa
    70ème anniversaire de la Victoire dans la II GM (116)
    0 202

    La volonté de réécrire l’histoire devient de nos jours une nouvelle activité, qui, à la veille des 70 ans de la Victoire dans la Seconde guerre mondiale, prend dans son engrenage toujours plus de politiques, voire d’historiens, surtout dans les pays d’Europe de l’Est.

    Les plus zélés d'entre eux cherchent à démontrer à tous qu'ils sont les plus pro-européens. Hélas, dans les réalités contemporaines cela est le plus souvent synonyme « d'antirusses ». Le plus triste est que ces spéculations politiques s'intensifient sur fond des préparatifs à la célébration de la Grande Victoire.

    Dans sa volonté de plaire à l'Allemagne le Premier ministre ukrainien Arséni Iatseniouk se permet des absurdités notoires. Il a dit en se trouvant en Allemagne: « nous nous rappelons très bien l'intervention de l'URSS en Allemagne et en Ukraine ». Mais il s'est avéré que même dans son entourage on ne s'en rappelait pas très bien.

    En réponse à la déclaration du MAE de Russie, la diplomatie ukrainienne s'est étonnée avant de se lancer dans des dissertations floues sur le régime totalitaire et l'occupation idéologique. De telles attaques ne sont pas entreprises uniquement pour gagner les sympathies des Etats plus forts, remarque Konstantin Zalesski, collaborateur à l'Institut russe des études stratégiques. Tout cela prouve une fois de plus que l'organisation mondiale d'après-guerre est déjà détruite, ajoute-t-il:

    En dépit des déclarations grandiloquentes qu'on ne peut pas admettre de révision des résultats de la Seconde guerre mondiale, on réécrit l'histoire aussi parce qu'en principe ces résultats sont entièrement revus. Les décisions prises à la Conférence de Yalta sont dans telle ou telle mesure déjà désavouées. Le démembrement de l'URSS, de la Yougoslavie, la progression de l'OTAN vers les frontières de la Russie — tout cela contredit foncièrement le système créé à Yalta, qui assurait l'équilibre dans le monde afin d'exclure de nouveaux conflits armés.

    Le ministre polonais des Affaires étrangères Grzegorz Schetyna lui aussi n'a pas manqué d'énoncer une nouvelle conception historique. Il a décidé de préciser l'appartenance ethnique des libérateurs, ayant ouvert la porte du camp de la mort allemand d'Auschwitz. Youri Knoutov estime:

    Le chef de la diplomatie polonaise est intervenu avec des propos absurdes, faux et infondés suivant lesquels le camp de concentration d'Auschwitz a été libéré par des Ukrainiens. Oui, ce camp de la mort a été libéré par le 1er Front Ukrainien. Bien qu'en tant qu'historien il doit savoir que ce front libérait l'Ukraine, d'où il tenait son nom. Des Ukrainiens y ont certes combattu, mais en premier lieu, des Russes et des Soviétiques d'autres appartenances ethniques.

    Le ministre polonais campait, néanmoins, sur sa position et se disait même surpris, pourquoi ses propos étaient qualifiés « d'antirusses ». Il n'a même pas pensé à demander pardon.

    Il est bizarre de voir comment un rôle politique peut détruire en une personne ce qui faisait d'elle un homme. Car ni M. Iatseniouk, ni M. Schetyna ne se rendent même pas compte de ce que par leurs propos ils souillent la mémoire des combattants péris et blessent des anciens combattants toujours en vie. Or pour ces politiques leur rôle l'emporte.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    70ème anniversaire de la Victoire dans la II GM (116)

    Lire aussi:

    Allemagne nazie "envahie" par l’URSS: les propos Iatseniouk tiennent du délire (expert)
    Iatseniouk: l'Ukraine est un pays vainqueur de la 2e Guerre mondiale
    Auschwitz: Varsovie tente de justifier l'absurdité de sa politique (expert)
    2e GM: Poutine tacle les affabulations de certains dirigeants européens
    Tags:
    70e anniversaire de la Victoire, histoire, Seconde Guerre mondiale, Conférence de Yalta (1945), OTAN, Konstantin Zalesski, Iouri Knoutov, Arseni Iatseniouk, Grzegorz Schetyna, Yougoslavie, URSS, Pologne, Ukraine, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik