Ecoutez Radio Sputnik
    Exercices militaires russe-chinois

    Résultat essentiel : les menaces initiales ont été réduites a zéro

    © REUTERS / Xinhua, Li Gang
    Analyse
    URL courte
    Maria Vesnovskaïa
    Organisation de coopération de Shanghai (OCS) (61)
    0 130

    Après 14 ans d’activités l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) constate de bons résultats sur différentes directions.

    Accomplir des tâches fixées constitue un bilan majeur de fonctionnement de toute organisation. A la différence de beaucoup d'autres associations internationales, qui au fil des années oubliaient leur vocation, l'OCS a su garder la sienne. Au début de ce siècle elle consistait à relever les défis, lancés par les radicaux aux pays d'Asie Centrale. A présent il est possible d'assurer que la situation dans la région s'est stabilisée, est persuadé Andreï Ivanov, collaborateur principal à l'Institut des études internationales du MGIMO:

    L'OCS a enregistré des progrès considérables en matière de coordination dans sa lutte contre trois facteurs du mal: terrorisme, séparatisme et radicalisme religieux. On a une sensation qu'en cas de quelconques situations, exposant la sécurité et la stabilité, tout pays membre peut compter sur l'aide des autres.

    On peut compter également sur une assistance dans la solution des problèmes économiques.

    L'OCS a réussi à mettre en place un système fiable d'interaction, mais aussi à laisser la porte ouverte à de nouveaux pays candidats, estime Andreï Volodine, expert à l'Institut de l'Economie mondiale et des relations internationales auprès de l'Académie russe des sciences:

    En parlant des buts économiques, il s'agit, bien entendu, de mettre en place une coopération multilatérale au sein de l'organisation, reposant sur un système solide de liens économiques, un système d'interdépendance qui… préviendra l'extension des tendances nuisibles aux ex-républiques soviétiques d'Asie Centrale et empêchera la pénétration de l'islam radical en territoire de la Chine. Si encore l'Inde, l'Iran et le Pakistan se joignent à l'OCS, la situation dans la région peut revenir à la norme et ce qui est essentie,l devenir à bien des égards prévisible.

    En 2011 à son sommet à Bichkek l'OCS a entrepris une nouvelle démarche importante, en décidant de se doter d'une Banque de développement.

    Et même si le temps a apporté ses correctifs à ce plan, l'élaboration de cette institution continue, remarque Andreï Ivanov:

    La Chine a proposé de fonder une Banque qui pourrait financer des projets dans l'espace de l'OCS. Hélas, l'attitude de plusieurs pays, dont la Russie, envers ce projet a été négative pendant un temps, mais à présent elle commence à changer. Et il y a espoir qu'il soit mis en œuvre. Cela augmentera de beaucoup les possibilités de réaliser des projets économiques.

    En dressant un bilan, des experts se rangent du même avis: l'OCS a réussi à donner une nouvelle qualité au partenariat des pays membres. Maintenant elle doit penser à développer ses contacts avec d'autres organisations internationales.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Organisation de coopération de Shanghai (OCS) (61)

    Lire aussi:

    Terrorisme: l'Afghanistan demande de l'aide à l'OCS
    L'OCS – une plateforme de communication Est-Ouest
    La Turquie souhaite adhérer à l'OCS (Erdogan)
    Tags:
    Organisation de coopération de Shanghai (OCS), Andreï Volodine, Andreï Ivanov, Pakistan, Iran, Chine, Inde, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik