Analyse
URL courte
Par
0 213
S'abonner

La Russie et la Chine bâtissent un modèle rénové dans le monde contemporain. Les événements de ces douze mois montrent que les liens anciens entre l’Europe et l’Amérique, entre l’Europe et la Russie et bien d’autres dépérissent.

Or pour le moment seules Moscou et Pékin cherchent à ordonner un nouveau système de rapports adapté au monde en plein changement.

Leurs activités dans le cadre de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) est l'un des moyens pour affermir ces liens. A ce jour l'organisation représente des mécanismes qui embrassent en fait tous les aspects de la vie: économie, politique, culture, science. Il est logique qu'une telle approche devienne attrayante pour les voisins. Puisque concernant l'OCS il ne s'agit pas que des plans visant à l'avenir: aujourd'hui l'organisation peut déjà présenter des résultats concrets des activités communes. Cela explique la volonté d'autres pays de faire partie d'un processus désormais mondial, met en relief Andreï Ivanov, collaborateur principal à l'Institut des études internationales du MGIMO:

"Nous voyons une attention soutenue envers l'organisation de la part des pays de la région: Inde, Pakistan, Iran, Afghanistan. Maintenant encore de la part de la Turquie, dont le représentant est venu au forum des experts de l'OCS à Khanty-Mansiysk. Même si la Turquie dit ne pas être encore prête à rejoindre l'organisation à titre de pays observateur, son intérêt envers elle est visible. Nous pouvons dire que l'OCS est devenue un phénomène marquant dans l'arène internationale, qu'on ne peut ignorer."

Comme toute association, l'OCS a ses pays moteurs — la Russie et la Chine. Il convient de noter que Pékin a montré suffisamment de patience pour devenir actuellement un partenaire clé de Moscou, remarque l'économiste russe Vladimir Rojankovski:

"Pour la Chine la Russie est un marché prioritaire, étant donné que l'Amérique est loin, tandis que la Russie est toute proche. Au regard de la Chine, la Russie était lointaine, vu que tous ses pipelines étaient orientés vers l'Ouest, et la Chine comprenait que tant ce serait ainsi, l'Europe de l'Ouest resterait un marché prioritaire pour la Russie."

Mais à présent la Russie et la Chine ont beaucoup de points de contact, et donc leur coopération ne va que se développer, est persuadé Vladimir Rojankovski:

"La Chine a des ambitions en matière d'exploration de l'Arctique. Etant un pays à plus forte population au monde, la Chine comprend très bien que pour assurer son essor elle doit mettre en valeur des ressources, des matières premières.Tandis que la Russie tient aux marchés d'Asie du Sud-est, qui sont des marchés d'écoulement traditionnels de la production russe… Ainsi, à part des armements, il s'agit du nucléaire civil. La Russie coopère étroitement dans ce domaine avec des pays comme l'Inde et l'Iran. Et d'après tout, la Chine va de même passer aux standards de l'énergie atomique russe, en renonçant au charbon et à toutes les technologies plus polluantes."

Pour ce qui est des activités dans le cadre de l'OCS, elles sont un prolongement logique de la coopération bilatérale. L'élaboration des positions communes sur des dossiers internationaux devient à bien des égards plus simple grâce précisément à des ententes bilatérales déjà conclues. Les pays membres de l'OCS mettent activement en œuvre une politique commune dans la sphère de l'économie, comme dans celle de la sécurité. Simultanément on voit s'affermir les positions de chaque pays membre dans le système mondial. On peut assurer que l'OCS applique délibérément une politique indépendante: la demande des Etats-Unis d'assister aux rencontres à titre d'observateurs a été poliment déclinée.

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Les perspectives de l’agence de notation russo-chinoise sont en Asie
L’importance du Kazakhstan pour la Russie entre Chine et Occident
Dédollarisation, AIIB: la Russie et la Chine poursuivent leur lune de miel à Bo'ao
Russie, Inde, Chine: la nouvelle troïka
Tags:
Organisation de coopération de Shanghai (OCS), Chine, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook