Ecoutez Radio Sputnik
    Bâtiment de guerre de type Mistral

    La saga des Mistral toucherait-elle à sa fin ?

    © Sputnik. Aleksei Filippov
    Analyse
    URL courte
    Victoria Issaïeva
    Résiliation du contrat Mistral (128)
    146931025

    Le dossier Mistral en suspens depuis l'automne dernier semble s'être débloqué. Les conditions n'étant pas toujours réunies, selon le président Hollande, la France s'décidée à choisir une sortie la plus coûteuse pour elle.

    Car, à part les dommages et intérêts prévus par le contrat avec la Russie, les Français devraient dépenser une belle somme pour « recycler » les navires. Selon le chef d'état-major de la Marine Bernard Rogel cité par le quotidien Le Monde, la France n'a pas besoin des porte-hélicoptères de type Mistral. Et la solution la plus probable à ce stade est de saborder les navires en mer, ce qui coûterait à l'Hexagone quelque 20 millions d'euros. L'hypothèse d'un éventuel démantèlement des Mistral n'étant pas démentie par le gouvernement français, reste d'actualité depuis l'apparition de rumeurs évoquant cette possibilité. Gauthier Bouchet, conseiller communautaire à la Carène et conseiller municipal et de quartier à Saint-Nazaire, a fait savoir dans une interview à la radio Sputnik que ce n'est pas le type de rumeurs qui enchante les habitants de Saint-Nazaire. Les Nazairiens sont concernés au premier chef par les issues locales de ce contrat mais pas que par cela. « Ils sentent bien que si les Mistral qui ont été construits, qui ont nécessité des millions d'heures de construction, ne sont pas livrés, ça a à la fois des conséquences locales sur notre emploi, sur la crédibilité de notre industrie d'armement au niveau international (on en voit les premiers effets avec le recul de l'Inde sur le dossier Rafal). Puis cela a des conséquences quasiment symboliques en termes d'image concernant la possibilité que la France puisse au XXIe siècle demeurer une puissance à la fois mondiale et indépendante », a déclaré Gauthier Bouchet.

    Selon le Président de l'aile UMP « Jeunes de la droite populaire » Pierre Gentillet, le sabordage des BPC Mistral serait « une solution d'échec »: « Avant de penser ce que nous ferons en cas de non-livraison des navires, concentrons nos espoirs dans l'hypothèse d'une livraison (même tardive) des Mistrals. Partir de cette hypothèse, c'est faire déjà un pas vers la défaite! », a souligné Pierre Gentillet interviewé par la radio Sputnik.

    Trouver un nouvel acheteur serait sans doute un dénouement meilleur pour les Français. Néanmoins, ce choix implique, dans un premier temps, des obstacles juridiques. Tant que la somme revendiquée par la Russie ne sera pas remboursée, la Russie a le droit de ne pas autoriser la revente des navires à un pays tiers. Selon les informations fournies par le journal russe Kommersant, Paris a proposé de résilier le contrat de livraison des Mistral contre la somme de 785 millions d'euros. Mais « les dépenses et les pertes » sont estimées par Moscou à 1,163 milliards d'euros.

    Le ministre des affaires étrangères S. Lavrov a déclaré, pour sa part, que le problème du règlement du dossier Mistral n'est plus un problème de l'ordre géopolitique mais juridique et commercial. Tout dépend donc du respect par Paris des conditions du contrat signé par la France et la Russie en 2011.

    Il y a aussi le problème d'incompatibilité des normes techniques russes, selon lesquelles les navires sont construits, avec celles des autres pays, acheteurs potentiels des Mistral. « Ces navires sont prévus pour des normes de navigation très spécifiques, qui sont des normes de navigation arctique, estime Gauthier Bouchet. — Si les acheteurs potentiels qui globalement seraient des émergeants comme le Brésil, comme l'Egypte ou l'Indonésie, se montrent intéressés, ça ne leur servira pas forcément à grand-chose ».

    La possibilité de l'annulation du contrat franco-russe inévitablement suscite le mécontentement au sein de la France. Dans un communiqué de presse sorti le 17 mai, le député français au Parlement européen Gilles Lebreton a dénoncé « l'attitude de François Hollande qui refuse de livrer les deux navires Mistral à la Russie ». « Que penser d'un pays qui ne respecte pas sa parole et n'honore pas ses contrats? », a conclu l'eurodéputé Gilles Lebreton.

    Gauthier Bouchet, conseiller municipal à Saint-Nazaire, a fait remarquer, à son tour, que les habitants de Saint-Nazaire ont exprimé leur mécontentement en votant le Front national, et aussi en se détachant des syndicats traditionnels qui ne défendent pas, dans le cas des Mistral, la livraison. « Je suppose que l'histoire des Mistral a conforté un certain nombre de gens dans leur position pro-FN puisqu'ils voient bien qu'au Conseil municipal, dans une assemblée qui parle essentiellement de problématiques locales le FN est le seul à parler quand il le faut, à rappeler que les Mistral sont toujours à Saint-Nazaire, que ce contrat n'en finit pas d'envenimer la vie locale et la vie nationale depuis des mois… Il y un deux poids deux mesures. Nous venons de vendre le mois dernier 24 Rafal au Qatar, le Qatar qui objectivement agit plutôt contre nos intérêts sur le plan de la politique étrangère car il financerait le terrorisme de l'EI», a déploré G. Bouchet.

    Quoi qu'on en dise, le dialogue avec Moscou est entamé, un émissaire en la personne du secrétaire général pour la défense et la sécurité nationale Louis Gautier chargé de négocier une sortie la moins coûteuse possible est envoyé à la capitale russe. La saga des Mistral est-elle sur le point de prendre fin?

    Dossier:
    Résiliation du contrat Mistral (128)

    Lire aussi:

    Russie-France : Sortir de l’hypocrisie, du double standard et des incohérences
    Médias: Paris pourrait vendre les Mistral russes à la Chine
    Député russe: Moscou doit réclamer 1,5 md EUR pour les Mistral
    Va-t-on couler les Mistral non livrés à la Russie?
    Mistral: Paris propose de résilier le contrat, remboursant à Moscou 785 M EUR
    Tags:
    Mistral, Pierre Gentillet, Gauthier Bouchet, Russie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik