Ecoutez Radio Sputnik
    Hongrie

    Le problème hongrois de l'Ukraine

    © Sputnik . Yuri Kaver
    Analyse
    URL courte
    0 225

    La situation compliquée en Ukraine a obligé des hommes politiques européens à rappeler au monde que le sol ukrainien est actuellement habité par de nombreuses ethnies. La Hongrie est un des pays qui n'est pas indifférent au sort de ses compatriotes.

    Selon le premier ministre de Hongrie Viktor Orban 156.000 Hongrois résidant en Ukraine constituent une raison pour parler de l'autonomie. Pourtant Kiev préfère faire la sourde oreille aux déclarations de ce genre.

    On peut dire que les Hongrois de la Transcarpatie ont de la chance: personne n'interdit leur langue et ne détruit leurs monuments culturels. Dans la ville de Berehovo, centre de la culture hongroise en Ukraine, on voit flotter des drapeaux hongrois, toutes les inscriptions dans les rues sont bilingues et le hongrois est souvent utilisé dans les administrations. Les Hongrois du pays ont leur propre position politique qui diffère notablement du point de vue officiel de Kiev. Cela s'est traduit pendant la mobilisation quand les habitants locaux ont refusé d'envoyer leurs fils dans la zone de la soi-disant opération antiterroriste et ont appelé à un règlement négocié du conflit dans le sud-est de l'Ukraine. Le directeur de l'Institut de développement de l'Etat contemporain Dmitri Solonnikov juge que cela diffère radicalement de la position des autorités kieviennes:

    A l'heure où le nationalisme ukrainien connaît un regain, où on voit défiler des marches aux flambeaux, où tout le monde est obligé d'étudier la même histoire réécrite, de porter les mêmes vêtements, ce qui est assez ridicule, les problèmes ethniques vont rebondir. Pourquoi les Hongrois doivent-ils porter les vêtements nationaux ukrainiens? Tous portent les mêmes vêtements, ou bien chacun porte ses vêtements nationaux. Si l'on entend les chansons d'une seule ethnie, la question se pose de savoir pourquoi les autres ne peuvent pas chanter les leurs?

    L'expert du Centre d'études d'Ukraine et de Biélorussie de l'Université Lomonossov de Moscou Dmitri Stepanov rappelle que dans l'histoire moderne les autorités ont déjà tenté d'utiliser les Hongrois de Transcarpatie pour résoudre leurs propres problèmes: Les Hongrois ont un puissant mouvement national lié à la Hongrie. Il ne faut pas oublier que sous la présidence de Iouchtchenko les Hongrois ont été utilisés en tant que contrepoids à la population ruthène.

    L'aide de la métropole joue également un rôle notable: de nombreux Hongrois d'Ukraine ont profité d'un schéma de naturalisation simplifiée introduite par Viktor Orban en 2010 pour obtenir la citoyenneté hongroise. Le directeur du Centre de marketing politique Vassili Stoïakine ajoute que dans une grande mesure c'est déterminant pour l'état d'esprit des gens:  La Hongrie accorde une aide culturelle, économique et humanitaire considérable aux Hongrois de Transcarpatie. Les liens y sont très étroits. Si quelque chose menace ces derniers, la réaction de la Hongrie ne sera point diplomatique.

    A l'heure actuelle il y a en Transcarpatie plusieurs dizaines d'associations culturelles hongroises. Elles reconnaissent toutes que seul le droit à l'autodétermination leur permettra de se développer d'une manière harmonieuse dans l'avenir. Cependant les autorités ukrainiennes ne sont pas prêtes à confier aux ethnies le droit de choisir et à remettre la gestion entre les mains des communautés ethniques locales. De cette façon, au lieu de se développer, la population de l'Ukraine observe comment le pays se désintègre.

    Lire aussi:

    Hongrie: l'UE cherche n'importe quel prétexte pour bloquer les projets russes
    Russie-Hongrie: des relations fondées sur le pragmatisme (Lavrov)
    La Russie pourrait lancer une attaque surprise contre l’Europe, spécule Die Welt
    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    Tags:
    Viktor Orban, Transcarpatie, Hongrie, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik