Ecoutez Radio Sputnik
    Forum Armée-2015

    OTAN-Russie : vers une confrontation majeure ?

    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    Analyse
    URL courte
    281640
    S'abonner

    Jeudi 17 juin, Frédéric Saillot et Daniel Brown recevaient, dans les locaux parisiens de Radio Sputnik France, Philippe Migault, directeur de recherche à l'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris), spécialiste des questions de Défense, au sujet des relations stratégiques entre l'OTAN et la Russie sur le continent européen.

    Le traité de réunification de l'Allemagne signé à Moscou le 12 septembre 1990 stipulait que l'OTAN ne se déploierait pas le long des frontières de l'ex-URSS. Mais aujourd'hui, alors que le Pacte de Varsovie a été dissout l'année suivante, en 1991,on est loin du compte: sur 800 bases américaines dans le monde, 400 ont été déployées à proximité directe de la Russie.

    Tout dernièrement l'OTAN a entrepris des manoeuvres inter-armées, "Allied Shield", en Pologne notamment, engageant la Force de réaction rapide créée à l'occasion de la "crise" ukrainienne. Mais elle ne fait pour le moment pas le poids, avec 30 000 hommes de différents pays contributeurs mobilisables en un délai assez long, face aux capacités de mobilisation que l'armée russe a démontrées dans l'Arctique et en Russie centrale: 100 000 hommes en 24 heures.

    La tension monte donc, et l'on assiste à une multiplication d'incidents le long de l'isthme européen, stratégique pour la domination du continent: selon CNN le 13 juin un avion militaire russe a survolé à 150 mètres d'altitude un groupe de bâtiments de guerre de l'OTAN en mer Baltique, et le 30 mai un chasseur russe est passé à proximité dangereuse d'un avion de reconnaissance américain au-dessus de le mer Noire.

    Actuellement les USA déploient des chars et des avions d'assaut en Pologne et dans les Pays baltes, au prétexte d'une possibilité d'agression de la part de la Russie.

    Le 5 juin dernier, Washington a déclaré envisager la possibilité de déployer des missiles de croisière dotés d'ogives nucléraires dans ces pays.

    La réponse de la Russie ne s'est pas faite attendre: le 16 juin, au Forum Armées-2015 dans la banlieue de Moscou, le président Poutine a déclaré: "Cette année, les forces nucléaires du pays recevront plus de 40 nouveaux missiles balistiques intercontinentaux capables de triompher de systèmes les plus sophistiqués de défense anti-missile".

    Dans ces conditions, y a-t-il un risque d'emballement pouvant déboucher sur une confrontation majeure entre l'OTAN et la Russie?

    Philippe Migault ne le pense pas. Selon lui il faut relativiser, et la montée en puissance du dispositif militaire de l'OTAN à l'Est de l'Union européenne consiste plus en des effets d'annonce et en une rhétorique. Celle-ci est abondamment reprise par des médias enclins à reprendre des discours alarmistes, présentant la Russie comme un agresseur potentiel.

    Cela dit, les Etats-Unis mettent tout en oeuvre pour qu'une puissance européenne intégrant l'Est et l'Ouest du continent ne menacent pas la leur, ce qui devrait conduire à une rupture majeure, passant par la désintégration de l'Ukraine. Comme cela avait été le cas de la Yougoslavie dans les années 90 du siècle dernier.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Lire aussi:

    Nouveau record du monde pour des pilotes d'hélicoptère russes
    Exercices de l'Otan: un véhicule amphibie polonais coule à vingt mètres de la berge
    Russie: plus de 40 missiles nucléaires balistiques mis en service en 2015
    Tags:
    défense, OTAN, Philippe Migault, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik