Ecoutez Radio Sputnik
    Porte-hélicoptères de classe Mistral

    Mistral: respectons la parole donnée!

    © Sputnik. Grigory Sysoev
    Analyse
    URL courte
    Résiliation du contrat Mistral (129)
    96475435

    Les Mistral continuent à hanter les actualités internationales et défrayer la chronique. La tuile est tellement lourde financièrement, socialement pour la Bretagne qu’au niveau de la renommée que Paris peine à en porter le poids !

    Et comme la Justice est prête à s'immiscer de ce dossier à haut risque on a tenu à soumettre à la question deux experts dont un du monde politique, préfet Ivan Blot, et l'autre purement militaire et géostratégique — Xavier Moreau qui porte haut son casoar, en poste d'analyste militaire à Moscou.

    Radio Sputnik. On aurait à vous faire part de la déclaration de la société Dassault qui voudrait participer à la création d'un porte-aeronefs russo-russe. On a appris de source sûre que les Russes auraient même déjà profité d'un certain transfert des technologies de la marine française dans le cadre de la construction des Mistral.

    Ivan Blot. En ce qui concerne le transfert des technologies, je ne suis pas un expert du tout; en ce qui concerne l'attitude de la France dans l'affaire des Mistral, il est à dire qu'on ne respecte pas la parole donnée! Ce n'est pas très brillant pour notre Etat! Pour des contrats de ce type, touchant à l'armement, l'affaire des Mistral crée un précédent préoccupant, du moins pour le mandat du Président actuel. Dans 2 ans il y aura un autre Président de la République et à ce moment-là les choses iront beaucoup mieux! La confiance dans la France en a pris un coup par le fait qu'on n'ait pas tenu nos promesses.

    RS. Que pensez-vous du projet Mistral qui pourrait être repris par les Russes et peut-être ensemble avec la compagnie Dassault. Croyez-vous qu'un tel projet soit tenable?

    Xavier Moreau. En état actuel ce n'est pas tenable parce qu'il est clairement interdit de travailler dans le domaine militaire avec la Russie. Et si nos compagnies ne respectent pas les sanctions, elles peuvent être très clairement sanctionnées! Alors tout ce qui est collaboration pour le futur ne peut arriver qu'après la fin des sanctions. En tout état de cause, même si ce n'est pas dans l'immédiat, j'espère que la fin des sanctions sera en 2016. Et comme ces projets sont toujours sur du très long terme, cela ne doit poser un problème majeur. De toute manière, j'ai encore l'espoir que les Mistral peuvent être livrés. Puisque l'on sait très bien aujourd'hui qu'il y a un combat interne au sein du gouvernement français, notamment entre le ministère de la Défense qui sait très bien que s'il ne livre pas les Mistral cela lui coûtera 2 frégates pour sa propre armée; et le ministère des Affaires Etrangères qui, lui, est dans une vision purement idéologique et atlantiste. Le Quai d'Orsay veut à tout prix écarter la Russie de l'Alliance avec la France. 

    RS. Pourvu que ces bâtiments, qui sont d'ailleurs très beaux, ne soient pas coulés, car certains voulaient même les envoyer par le fonds pour dégager la rade…

    Xavier Moreau. Je pense en fait que le ministère des Affaires Etrangères a menti au gouvernement français en faisant croire que: premièrement, il ferait passer la pilule de manière bon marché avec les Russes; deuxièmement, ils trouveraient un client et troisièmement, ce serait quasiment réglé en fin de compte. Or le ministère des Affaires Etrangères a menti et aujourd'hui en fait le gouvernement français doit faire avec! Il a compris qu'il ne pourrait pas le revendre parce que le seul client c'est la Chine! Mais je crois que les Américains préféreraient encore que la France les livre à la Russie au lieu de les livrer à la Chine. Les bateaux ne sont pas reconvertibles à moins de faire de gros investissements à l'intérieur. Donc je pense que l'heure de vérité est maintenant proche: soit la France va payer sur son budget de la Défense au niveau d'1,5 milliard d'euros, soit elle va les livrer.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Dossier:
    Résiliation du contrat Mistral (129)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • avatar
      Drago  
      Le transfert de technologie n'est absolument pas "un coup de rattrapage". C'était prévu dès le début du contrat car 2 autres Mistrals devaient être construits à Saint-Pétersbourg par les Russes. Donc, pour ce faire, le transfert était inévitable.
    Afficher les nouveaux commentaires (0)