Ecoutez Radio Sputnik
    Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande

    Ecoutes: vers une rupture des négociations sur le traité transatlantique?

    © REUTERS/ Stephane Mahe
    Analyse
    URL courte
    Jacques Sapir
    Espionnage USA-France (16)
    103074535

    L’économiste Jacques Sapir évoque les retombées possibles du scandale lié à la mise sur écoute de présidents français par le renseignement américain.

    La révélation des "écoutes" réalisées par le gouvernement américain en France, et dont trois présidents de la République auraient été victimes, soulève une émotion considérable, mais aussi convenue. La France, dès la fin des années 1990, était désignée par des responsables américains comme un "adversaire stratégique".

    L'opposition du président Jacques Chirac à l'intervention américaine en Irak, en 2003, avait mis en évidence un conflit d'intérêts mais aussi de compréhension entre la France et les Etats-Unis. Dans ce contexte, il était clair que les Etats-Unis mettraient tous les moyens dont ils disposent pour chercher à collecter des renseignements sur les élites françaises.

    Le point ici le plus scandaleux n'est pas tant l'action du gouvernement américain, qui était prévisible, que l'appui qu'il a reçu pour atteindre ses objectifs de la part du gouvernement allemand. Cela soulève un problème majeur dans le fonctionnement du "couple" franco-allemand. On peut penser que ce "couple", en réalité, n'a existé que dans l'esprit de certains hommes politiques français. C'est peut-être là la révélation la plus dérangeante dans ce scandale des écoutes.

    Néanmoins, il est clair que ces pratiques d'écoutes ne sont pas compatibles avec les relations que l'on peut attendre d'un allié. Le gouvernement français devrait en prendre acte. On imagine d'ailleurs quelle aurait été la réaction du Général de Gaulle devant une telle situation. On rappellera ici que c'est le survol non autorisé de l'usine atomique de Pierrelatte qui avait suscité la décision du Général de Gaulle de quitter le commandement unifié et l'organisation intégrée de l'OTAN.

    Ces pratiques d'écoutes auront nécessairement des conséquences importantes sur les relations entre la France et les Etats-Unis, peut-être pas dans l'immédiat, mais certainement à terme. On peut penser à une rupture des négociations sur le traité transatlantique de libre-échange (TAFTA).

    Dossier:
    Espionnage USA-France (16)

    Lire aussi:

    Ecoutes en Norvège: le renseignement dément les révélations d’un grand quotidien
    Snowden: la NSA continuera à espionner le monde
    Tags:
    espionnage, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande, France, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik

    Tous les commentaires

    • factal
      Vous êtes bien optimiste !
    • avatar
      Drago  
      "rupture des négociations sur le traité " ?
      Vous pensez vraiment que ce traité ne tenait qu'à la France ?
      Si une pièce du puzzle manquait, pourquoi pas.
      Si ça peut créer... comment dire... une faille, une fissure dans le cockpit.
    Afficher les nouveaux commentaires (0)