Ecoutez Radio Sputnik
    Champ de pommes de terre dans la région Pas-de-Calais

    Malheureux les épis mûrs et le blé perdu

    © Flickr/ OliBac
    Analyse
    URL courte
    12087170

    La cause des agriculteurs européens – français notamment – sort du cadre du simple drame humain symbolisé, dans les années 90, par des tonnes de tomates pourries: leur place avait alors été prise par des légumes marocains, comme si les champs français étaient malencontreusement devenus stériles.

    Depuis, les conditions invivables auxquelles sont confrontés les agriculteurs semblent nous préparer au summum de la globalisation: adoption probable, actuellement négociée à huis clos, du TAFTA.

    Thierry Coué est président de la FNSEA Bretagne. Sa crainte est celle de toute une France agricole qu'on essaye de réduire au silence mais qui résiste. Voici son analyse de la situation: pas de prix préfixés et moins de charges! Tel devrait être le slogan des manifs de syndicats d'exploitation agricoles si celles-ci devaient avoir lieu. Les agriculteurs ne peuvent nourrir les consommateurs à des prix préfixés, atteste-t-il, quant à leur trésorerie, elle est exsangue. La situation s'est sensiblement détériorée il y a un an avec le revenu dérisoire dégagé par la production bovine comparé au coût du travail fourni. Les raisons sont évidentes: on assiste à une véritable guerre de la distribution qui concourrait à augmenter le pouvoir d'achat via des prix bas, et ce au détriment du système productif, détruit de facto en amont.

    L'Etat peut-il remédier à cette situation de quelque façon? Oui, considère M. Coué, en réaffirmant l'importance d'un dialogue continu entre fournisseurs et distributeurs. Celui-ci est d'autant plus crucial que « la distribution essaye d'arracher au maximum le peu de marge qu'a encore la filière en amont ». Pris en étau entre des hausses de charges drastiques et des baisses de prix vertigineuses, les revenus de la filière agricole sont à l'heure qu'il est négatifs. Si l'Etat ne réagit pas, une descente dans les rues ne se fera pas attendre.

    Lire aussi:

    Nuit de colère en France: le ton commence à monter chez les agriculteurs
    Sanctions: tel est pris qui croyait prendre
    Tags:
    agriculture, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik