Ecoutez Radio Sputnik
    Porte-hélicoptères de classe Mistral

    L'affaire des Mistral, une Bérézina financière

    © Sputnik . Grigory Sysoev
    Analyse
    URL courte
    Par
    Résiliation du contrat Mistral (128)
    14452
    S'abonner

    Après l'annulation du contrat des Rafale pour l'Inde, les 200 millions d'aides effectives aux agriculteurs enragés, la situation autour des Mistral a atteint son paroxysme vertigineux.

    Conformément à l'accord entre François Hollande et Vladimir Poutine après la rupture du contrat, la France est à payer les frais de sa sottise.

    La facture s'est révélée bien plus salée que prévue. Initialement, le remboursement des frais engagés par la Russie ne devait pas dépasser 1,2 milliard d'euros, soit la somme initiale de la transaction, selon le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian. 

    En réalité, «la bonne solution aurait été de livrer les Mistral à la Russie», indique le contre-amiral François Jourdier. «On va les brader. Si le Canada, l'Inde, le Brésil, l'Egypte et l'Arabie Saoudite sont intéressés, c'est parce qu'on les vend beaucoup moins chers qu'ils coûtaient à l'origine», affirme-t-il.

    De plus, la dérussisation et la décustomisation des Mistral coûteraient 200 millions d'euros. «Il va falloir les transformer et adapter aux normes des pays tiers, au moins d'acheter des équipements russes», témoigne François Jourdier. Jean-Vincent Brisset, directeur de recherches à l'IRIS, spécialiste des affaires internationales et de défense, partage le même avis: «Il y a toute sorte de possibilités: d'abord, l'endroit où ils seront utilisés. Il est évident que pour les mers tropicales, il faudra modifier le système de refroidissement. C'est aussi l'électronique, la communication, le système de commandement et autres qui sont à adapter en fonction du client potentiel».

    «L'opération déjà était perdante sur le plan purement technique et financier, continue Jean-Vincent Brisset. Il y a aussi le plan de crédibilité, le plan moral et politique. On n'imagine pas un pays acheter quelque chose en sachant que le vendeur est aux abois.»

    Le bilan final dépendra du prix de revente, si elle a lieu. En ce qui concerne la Russie qui n'a pas encore donné un commentaire sur la somme à rembourser, le pays a largement profité du transfert de technologies et a présenté la maquette du navire alternatif au BPC français, le Priboï, dans le cadre du forum Armée-2015, du 16 au 19 juin dans la région de Moscou. Un coup de massue a été donné par Washington: le groupe américain Bell Helicopter vient de signer un accord d'assemblage avec l'usine d'aviation civile russe de l'Oural, sous le coup des sanctions. Et la France? Elle attend l'examen de l'accord entre Hollande et Poutine par le Parlement, en septembre, et traverse une crise agricole majeure, son agro-alimentaire étant sous l'embargo de Moscou…

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Dossier:
    Résiliation du contrat Mistral (128)

    Lire aussi:

    Pourquoi la France socialiste reste un «caniche américain»
    Le contrat Mistral: fin de partie ou simple étape ?
    Général égyptien: l’Egypte et l'Arabie saoudite n'ont pas besoin de Mistral
    Au-delà des Mistral, un gigantesque gâchis
    Tags:
    porte-hélicoptères, Mistral, Forum Armée-2015, Jean-Vincent Brisset, François Jourdier, Jean-Yves Le Drian, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik