Ecoutez Radio Sputnik
    recherche d'emploi

    La Chine fera perdre 3,5 millions d’emplois à l’Union européenne

    CC BY 2.0 / Tax Credits Follow / Unemployment
    Analyse
    URL courte
    Valérie Smakhtina
    42863914

    Une nouvelle étude évalue à 3,5 millions le nombre d'emplois menacés dans l’Union européenne (jusqu’à 370.000 en France), si celle-ci accorde à la Chine le statut d'économie de marché. Des pertes allant jusqu’à 2 % du PIB, précise l'Economic Policy Institute.

    Du fait de son statut d'économie partiellement dirigée, la République populaire de Chine est soumise à de nombreuses restrictions d'exportations et taxes anti-dumping de la part de l'Union. Les charges en question sont censées protéger l'emploi et les industries européens contre une concurrence chinoise « non réglementée »: bas salaires, absence de protection sociale et de contraintes administratives. En d'autres termes: si une nouvelle classification technique était octroyée à la Chine, elle affecterait considérablement la compétitivité de l'Europe et affaiblirait les économies nationales encore fragiles.

    Drapeaux de la Chine et des USA
    © AP Photo/ Ng Han Guan, Pool
    La Chine ne satisfait qu'un des 5 critères de l'Union européenne nécessaires pour pouvoir être considérée comme une économie de marché. Charles Sannat, diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques, témoigne: "Il s'agit, d'abord, de l'intervention de l'Etat. La Chine doit garantir un traitement qui soit le même pour toutes les entreprises, qu'elles soient nationales ou non. Ensuite, la Chine doit mettre en place ce qu'on appelle le gouvernement d'entreprise. Outre cela, le pays doit garantir le droit de la propriété et avoir un véritable droit à la faillite. Le secteur financier, lui, doit être ouvert. Depuis quelques années, on constate une certaine internationalisation. Par exemple, un accord vient d'être signé entre Euronext et le Shanghai Stock Exchange pour exploiter les marchés financiers ensemble".

    Selon lui, "nous faisons face à une véritable volonté d'internationaliser, d'ouvrir le monde, de globaliser l'économie au maximum. Il n'y aurait pas de mondialisation sans une intégration totale de la Chine, de l'Inde et de la Russie dans l'économie mondiale. L'impression est très forte parce que le monde est devenu le terrain de jeu de grandes multinationales qui ont une puissance de frappe colossale par rapport aux petits Etats".
    Or, les grandes puissances, dont les Etats-Unis qui craignaient que la Chine ne se rapproche de la Russie et des BRICS, soutiennent désormais sa demande de se faire octroyer le statut de MES. Mais ils semblent accepter, en contrepartie, la perte de près de 3,5 millions d'emplois face à une concurrence déloyale de millions de salariés et de produits à bas prix. Selon les estimations de l'Economic Policy Institute, ce sont les industries les plus compétitives qui seraient touchées: construction automobile, aciérie, céramique, pâtes et papiers, verre, aluminium. "L'une des raisons pour lesquelles le chômage ne peut structurellement pas baisser en France comme ailleurs en Occident, c'est parce que vous avez des pressions extrêmement fortes des pays low-cost," rappelle Charles Sannat.

    Et l'économiste de proposer deux solutions à l'Union européenne pour rester compétitive, si elle accorde le statut d'économie de marché à la Chine. "Soit on met les Chinois au prix des Européens, soit on met les Européens au prix des Chinois. La première solution est préférable parce qu'on sera dans un mécanisme inflationniste et non déflationniste pour l'économie. Sinon, ce sera typiquement le cas de la Grèce, de l'Espagne, voire de l'Allemagne qui sont des mini-jobs à un euro de l'heure. Dans ce cas, on entre dans une spirale déflationniste: les revenus baissent, la création de richesses finit par diminuer, l'endettement reste constant. Le problème de la mondialisation est qu'elle est profondément déflationniste et, de ce fait, ne peut mener qu'à une insolvabilité généralisée", conclut-il.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    France: le chômage bat un nouveau record
    Le dossier nord-coréen n’est-il qu’un prétexte pour une guerre commerciale contre Pékin?
    Mer de Chine méridionale: le Pentagone prédit un désaccord avec Pékin
    Tags:
    travail, chômage, économie, sanctions, Charles Sannat, Europe, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik