Ecoutez Radio Sputnik
    feu vert

    La Russie vs la France: le réchauffement économique est prévu pour l’été

    © Flickr/ Julio César Cerletti García
    Analyse
    URL courte
    Par
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)
    121610
    S'abonner

    Le lever du soleil sur les relations franco-russes assombries est attendu cet été avec la levée des sanctions. C’est Emmanuel Macron, le ministre français de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, qui l’a annoncé au cours de sa visite officielle à Moscou.

    En novembre dernier le premier ministre français Manuel Valls avait, de son côté, évoqué pour la première fois l'éventuelle levée de ces mesures de restriction, en décembre ces sanctions se voyaient prolongées et en janvier la France et les Etats-Unis à l'unisson visent l'été pour retrouver la paix économique entre la Russie et l'Occident.

    Roubles
    © Sputnik . Vladimir Trefilov
    Curieusement, juste avant la déclaration d'Emmanuel Macron, c'est John Kerry qui a lancé l'idée d'une nécessité de la levée des sanctions antirusses. Philippe Béchade, analyste financier et économique, estime que la France et l'Europe avancent vers une décision logique, vu les conséquences économiquement dramatiques qui ont suivi cette politique de restriction:

    « C'est les Américains qui manifestement mènent la dance, alors on sait que les Allemands et les Français se retrouvaient sous pression, notamment des producteurs de fruits et légumes, et autres produits agricoles. On regarde ce qu'il se passe la multiplication des manifestations puisque privé du débouché Russe, il y a sur production de tout à peu près dans la zone euro et puis industriellement on souffre aussi parce que les Allemands vendent naturellement pas mal de voitures en Russie, Renault, Peugeot également, puis il y a aussi le matériel pétrolier et pour l'instant ni Technip, ni Vallourec ne peuvent plus exporter vers la Russie. Donc il semblerait en fait qu'en Europe on est quand même voulu signifier que les sanctions elles coutaient cher à tout le monde ».

    C'est Emmanuel Macron et non pas Laurent Fabius qui a mentionné la levée des sanctions contre la Russie, mais le message reste fort et marque le début d'un processus important, d'après Philippe Béchade:

    « Ce n'est pas une révélation, forcément, Macron est autorisé à parler, il n'est pas démenti donc ça veut dire qu'en haut lieu on est bien au courant et on est bien d'accord sur le fait que les lignes bougent et que le tout sanction ne semble plus aujourd'hui une option raisonnable. Je glisse une petite parenthèse personnelle, qu'est-ce que la Russie a bien fait de si terrible dans l'Est de l'Ukraine qui lui vaille ces sanctions alors que l'Arabie Saoudite de son côté qui sponsorise pleins de mouvements qui sont clairement nuisibles pour les démocraties orientales, l'Arabie Saoudite n'a le droit à aucune menace d'aucune sorte ».

    En laissant de côté les alliés de la France et des Etats-Unis, tels que l'Arabie Saoudite et les relations diplomatiques et économiques très intenses qui les lient, il est important de noter que la relation France- Russie a bien besoin de dégel. Selon Olivier Pichon, journaliste et expert en matière d'économie, les deux pays ont leurs raisons:

    « Les deux parties ont elles gagnées? La France a besoin du gaz et du pétrole et il serait bien qu'elle diversifie ses approvisionnements qu'elle ne dépendit pas exclusivement pour le gaz présent de l'Algérie et par conséquent la Russie est un partenaire tout à fait exceptionnel pour ce qui est de la fourniture de l'énergie à la France et à l'Europe d'ailleurs. A l'inverse la France avec des sociétés par exemple comme Vallourec qui est une très grande entreprise de tubes qui servent pour le forage, Vallourec a par exemple a tout intérêt à vendre ces technologies a la Russie et donc je crois qu'il y a une synergie possible et que cette synergie finalement s'inscrit dans les traditions commerciales très anciennes ».

    Emmanuel Macron parle d'un "large éventail de questions relatives à la coopération économique et commerciale entre les deux pays". Et cet éventail ne sera compétemment exploré, bien-sûr que si les accords de Minsk-2 sont « complètement » respectés.
    Il est donc temps d'oublier complètement les Mistrals et d'offrir la sérénité aux agriculteurs français, l'été approche, et il semblerait que le réchauffement économique l'accompagne à grands pas.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Dossier:
    Sanctions de l'Occident contre la Russie (350)

    Lire aussi:

    Le chou-fleur devient un luxe au Canada à cause du cours pétrolier
    Aux Etats-Unis, le pétrole moins cher que le lait
    Moscou et Téhéran intensifieront la coopération dans l’agroalimentaire
    Ce coin d’Espagne qui est devenu le centre mondial de la trufficulture
    Tags:
    économie, sanctions, Philippe Béchade, Emmanuel Macron, Manuel Valls, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik