Ecoutez Radio Sputnik
    Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe

    L'APCE reconnaît le rôle clé de la Russie dans la lutte contre le terrorisme

    © AFP 2019 Koen van Weel
    Analyse
    URL courte
    Par
    1116
    S'abonner

    Le nouveau président de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), Pedro Agramunt, a déclaré que le terrorisme représente un danger de premier plan pour tous les Européens et ne peut être vaincu que par la coopération entre tous les pays, dont la Russie.

    Comment expliquer cette soudaine reconnaissance du rôle clé de la Russie dans la lutte contre le terrorisme, de la part du président de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe, au sein de laquelle les actions de la Russie sont suspendues? Le député LR Damien Abad, membre de l'Assemblée parlementaire, commente:

    "C'est une reconnaissance pour le moins tardive et c'est vrai, assez paradoxale. Je n'ai jamais compris pourquoi on avait suspendu les voix et les actions de la Russie. On ne peut pas avoir une politique diplomatique à la carte: soit on fait de la realpolitik, soit on en fait pas. Mais quand on voit que finalement pour la Russie on est dans la suspension de vote et pour d'autres pays où il y autant de difficultés, voire plus, en terme de droits de l'homme, de droits politiques ou sociaux, on a beaucoup plus de mansuétude et ce n'est pas très compréhensible. Il y a une prise de conscience du rôle clé de la Russie dans le combat contre le terrorisme mais elle est un peu tardive et à contretemps."

    Dans une interview accordée à Sputnik, Pedro Agramunt salue le rôle de la Russie dans la lutte internationale contre le terrorisme, et souhaite continuer la coopération avec Moscou. Il a reconnu que la Russie apporte une contribution importante dans la lutte contre le terrorisme international et ajoute que « la Russie est l'Europe, et un membre de notre organisation ». Alexeï Pouchkov, le président de la commission des affaires étrangères de la Douma, a également fait une déclaration qui va dans ce sens au cours d'une conférence de presse sur la participation russe au sein de l'APCE en 2016.

    En 1996, nous sommes entrés dans le Conseil de l'Europe, parce qu'on avait le désir de souligner notre appartenance au continent européen. Cela faisait partie de nos relations avec l'Union Européenne et avec ses pays-membres en tant que « confirmation » de notre identité européenne. A partir de là, cela nous donne une possibilité de relation plus étroite avec des cercles politique d'Europe. Cela nous offre une certaine plateforme pour avancer nos idées. Ainsi, si nous voulons avoir de bonnes relations avec l'Europe, cette participation au Conseil de l'Europe est assez logique.

    La déclaration de Pedro Agramunt est aussi positive qu'étonnante, étant donné que depuis le 4 avril 2014, le droit de vote et d'action des parlementaires russes est suspendu en raison de la crise en Crimée. Alexeï Pouchkov estime que la Russie pourrait regagner l'Assemblé d'ici octobre 2016. Il nous rappelle pourquoi la Russie l'a boycotté:

    "APCE ne peut exclure aucun état de l'Assemblée Parlementaire, cette possibilité n'est pas prévue. Seule chose qu'elle peut faire: c'est ne pas autoriser le travail d'une délégation de tel ou tel pays pour la durée d'un an. D'ailleurs, cette décision n'a pas été prise à notre encontre ni en 2014, ni en 2015, on pouvait continuer à participer aux sessions mais avec certains délimitations des droits. C'était la raison pour laquelle nous-mêmes avions refusé ces conditions de la participation."

    La Russie pourrait regagner ses voix et actions au sein de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe en octobre 2016: les législateurs russes pourraient revendiquer leurs droits après les élections au sein de la Duma en septembre. La Russie fait partie des pays dont la contribution financière est la plus importante, parce que calculé au prorata de la population du pays membre. Cet apport correspond à environ 9% du budget de l'APCE: sa délégation parlementaire est donc aussi une des plus importantes.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

    Lire aussi:

    L'APCE devrait changer de cible
    La délégation russe prolonge son boycott de l’APCE
    Le boycott de l'APCE est une décision souveraine de Moscou
    APCE: malgré tout, la Russie doit verser ses cotisations
    Tags:
    lutte antiterroriste, Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), Europe, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik