Ecoutez Radio Sputnik
    Militaires russes. Image d'illustration

    Groupe Wagner, affreux mercenaires ou gentils contractors?

    © Sputnik. Vasily Batanov
    Analyse
    URL courte
    313971326

    Une société militaire privée russe présente en Syrie, fait parler d’elle dans les médias. Si les mercenaires sont interdits en France et en Russie, les deux pays réfléchissent à assouplir leurs législations en la matière, d’autant qu’entre mercenariat ou SMP, la frontière est mince.

    Le groupe Wagner. Il ne s'agit pas d'un orchestre symphonique, mais d'une société militaire privée russe qui se trouve au centre de l'attention médiatique pour son rôle en Syrie. Tellement au centre d'ailleurs que la chaîne de TV anglaise Skynews a tout simplement engagé un comédien pour jouer le barbouze de Wagner devant ses caméras. C'est tellement plus simple, une interview dont on écrit les questions et les réponses!

    Mais si le reportage de Skynews était bidonné, le groupe Wagner existe bel et bien, le journal russe RBK — l'équivalent local des Échos chez nous — a d'ailleurs publié une enquête fouillée et peu complaisante à ce sujet. Selon ce média, cette société militaire (ou SMP) aurait engagé simultanément jusqu'à 1600 contractors en Syrie, sous contrôle du GRU, le renseignement militaire russe. Une situation délicate, car en Russie les SMP et autres groupes de mercenaires sont interdits par la loi, comme le souligne le général Patrick Desjardins, ancien patron des forces de sécurité de l'armée de l'air et maintenant attaché défense et consultant.

    Les groupes OSN dirigés par Wagner et qui en fait sont un peu dans ce qu'étaient les groupes Slavoniques avant que leurs dirigeants ne soient emprisonnés en Russie ont mené des activités avec une organisation qui est interdite en Russie par la loi.

    Une situation bien différente de celles des États-Unis qui encourage depuis longtemps ce type de société. La différence entre SMP et mercenaire, tenant essentiellement, selon le General Desjardins, au cadre légal dans lequel ces hommes sont employés… Aux Etats-Unis, notamment, les contractors se voient confier régulièrement des missions de combat défensives, mais aussi offensives, une situation impensable dans les cadres légaux français ou russes.

    Il y a d'un côté un État comme les États-Unis qui dès 1946 conçoit et autorise l'émergence de sociétés privées en les finançant et en donnant des missions qui sont tout à fait dans un cadre "limite" et puis il y a d'un autre côté un pays comme la Russie dont la loi interdit ceci.

    Ce n'est donc sans doute pas aux États-Unis de donner des leçons sur l'emploi des SMP, d'autant que Blackwater, pour ne citer que la plus célèbre, est à l'origine de nombreux dérapages et dommages collatéraux à l'encontre de la population civile irakienne. Le cas le plus connu: 17 civils tués dans une fusillade en Irak en 2007, pour laquelle 4 ex-employés de blackwater ont été condamnés aux États-Unis en 2015.

    Et ce sont ces mêmes Anglo-saxons qui s'inquiètent des dérives possibles des SMP russes sur le terrain. La paille, la poutre, tout ça… Mais ce n'est pas le cas en France, qui se rapproche de la Russie sur cette question. Les deux pays ont formellement interdit le mercenariat, mais s'interrogent sur l'opportunité d'assouplir la législation pour se doter, à l'instar du monde anglo-saxon et notamment américain, de la souplesse qu'offrent les SMP dans la gestion des conflits.

    Rappelons qu'en 2011, en Afghanistan, le nombre de "contractors" était supérieur à celui des militaires US. En Irak, le ratio était de 1 pour 1,12 militaire.

    À quelles conditions autoriser les "affreux", comme on appelait les mercenaires, en France? Patrick Desjardin rappelle le cadre dans lequel réfléchissent politiques et militaires. Un véritable contrat de confiance:

    Il y a nécessité d'avoir cette sorte de rapport de confiance ensuite ce respect, ce code d'éthique et ensuite cette capacité de l'État à vérifier, à contrôler les opérations.

    Sans tambour ni trompette, la France a déjà permis l'emploi de la force létale par des troupes privées. Le cadre est précis: protéger les bateaux de commerce de la piraterie. Cargos et tankers peuvent donc embarquer des hommes armés et habilités à ouvrir le feu.

    Un précédent qui en amènera d'autres? À voir — tant le souvenir des "affreux", de Bob Denard et de ses opérations troubles — du coup de main au coup d'État — en Afrique, modèle notre perception sur la question.

    La Russie est aussi partagée que nous sur la question. Certains mercenaires russes opérant en Syrie ont fini en prison, mais le renseignement militaire russe superviserait le groupe Wagner. Seuls les USA ont clairement tranché la question, en faveur de la privatisation de la guerre.

    Lire aussi:

    "Homme de pouvoir Poutine", ou la propagande pétard mouillé allemande
    Staline-Poutine, ou la manipulation des téléspectateurs par France 2
    Qui aide Poutine à réaliser ses projets diaboliques? Les violonistes!
    Occident vs Russie: pourquoi la faute revient toujours à Poutine
    Tags:
    chaîne de télévision, Groupe Wagner, SkyNews, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik