Ecoutez Radio Sputnik
    Londres

    Affaire Skripal: l’OIAC peut-elle obliger le Royaume-Uni à montrer son jeu?

    © Sputnik . Alex McNotton
    Analyse
    URL courte
    Maria Tonkova
    23501

    Plusieurs pays occidentaux ont demandé à la Russie de révéler à l’OIAC ses données concernant la production de l’agent Novitchok (А-234). La Russie soutient un engagement de cette organisation internationale dans l’affaire Skripal, ce qui nécessite également l’implication du Royaume-Uni.

    Depuis le début de l'affaire Skripal, la Russie demande au Royaume-Uni de mener une investigation transparente, en utilisant des mécanismes de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC). Londres a finalement consenti à envoyer des échantillons de l'agent neurotoxique avec lequel a été empoisonné l'ancien agent secret russe à cette organisation internationale. Dans le même temps, le Royaume-Uni, l'Allemagne, la France et les États-Unis demandent à la Russie de divulguer à l'OIAC toutes ses données concernant l'agent chimique Novitchok (А-234) dont a été supposément empoisonné M.Skripal.

    Compte tenu du déroulement des évènements, Londres pourrait accepter l'aide qu'Ahmet Uzumcu, directeur général de cette organisation, avait proposée au Royaume-Uni mardi.

    «C'est très inquiétant que des agents chimiques soient toujours utilisés pour cibler des gens. Ceux qui sont responsables de leur utilisation doivent répondre de leurs actes», a souligné M.Uzumcu.

    Les mécanismes qui seront utilisés si l'OIAC est impliquée dans cette affaire ont été mentionnés le 13 mars par Alexandre Chulguine, représentant russe auprès de l'OIAC, lors de la 87e session de l'organisation.

    «Si Londres a de bonnes raisons de croire que la Russie viole la Convention sur l'interdiction des armes chimiques […] nous suggérons que le Royaume-Uni suive les procédures prévues par le paragraphe 2 de l'article 9 de la CIAC», a-t-il déclaré.

    Le diplomate russe faisait ainsi référence aux procédures d'investigation dans le cadre d'une utilisation présumée d'armes chimiques. Selon la CIAC, l'État sur le territoire duquel des armes chimiques auraient été employées peut demander au directeur général de l'OIAC de créer une équipe d'inspection afin de mener une enquête. Ce mécanisme prévoit que les experts internationaux reçoivent un «accès à toutes zones susceptibles d'être atteintes par l'emploi qui aurait été fait d'armes chimiques» et aux échantillons des substances utilisées.

    Cela signifie que Londres devra également divulguer les informations appropriées, y compris celles concernant les recherches consacrées au Novitchok (А-234) supposément effectuées au Royaume-Uni depuis les années 1990. Vassili Nebenzia, représentant permanent de la Russie auprès de l'Onu, a déclaré mercredi que des spécialistes avaient des raisons d'estimer que le Royaume-Uni avait lui-même la formule chimique de la substance Novitchok (А-234).

    L'empoisonnement de Salisbury pourrait devenir la première affaire de la sorte investiguée par l'OIAC, créée en 1997 afin de contrôler le respect de la CIAC. Auparavant, les procédures prévues par la Convention n'avaient jamais été employées dans une affaire semblable à l'empoisonnement de Sergueï Skripal. À la fin des années 1980 et au début des années 1990, l'Onu a établi des missions ad hoc afin d'étudier des allégations d'utilisation massive d'armes chimiques en Iran, en Azerbaïdjan et au Mozambique. Ces dernières années, l'OIAC mène une enquête en Syrie.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Affaire Skripal: et si l’agent Novitchok n’existait pas?
    Pourquoi l’UE dit «non» à la déclaration conjointe à l’OIAC sur l’affaire Skripal
    L’OIAC a déterminé l’agent neurotoxique utilisé pour empoisonner les Skripal
    Tags:
    Convention sur l'interdiction des armes chimiques (CIAC), armes chimiques, ONU, OIAC, Sergueï Skripal, Vassili Nebenzia, Russie centrale, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik