Ecoutez Radio Sputnik
    Les drapeaux américain et iranien

    Retrait US de l’accord avec l’Iran: faut-il se préparer au pire?

    © REUTERS / Carlos Barria
    Analyse
    URL courte
    Maria Tonkova
    6150

    En se retirant de l’accord sur le nucléaire iranien, les États-Unis sapent le système de non-prolifération des armes nucléaires et envoient un signal clair concernant leur crédibilité. Les experts russes ont évalué les risques de développement du scénario le plus macabre.

    Le retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien qualifié d'«historique» par Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères, mais ultérieurement jugé «désastreux» par Donald Trump, peut avoir des conséquences à long terme sur le régime international de non-prolifération. Les experts russes ont évalué les dégâts infligés et les possibilités afin de sauver la situation.

    Des nuages noirs sur le régime de non-prolifération

    La signature du Plan global d'action conjoint (JCPOA) a constitué un jalon important dans l'évolution du système international de non-prolifération des armes nucléaires, basé sur le Traité sur la non-prolifération nucléaire (TNP) de 1968.

    Dans un article publié peu avant l'annonce de la décision de Donald Trump de retirer les États-Unis de l'accord avec l'Iran, Seyed Hossein Mousavian, ancien diplomate iranien qui a participé aux négociations avec l'UE et l'AIEA sur le programme nucléaire du pays, a prévenu que si Washington prenait cette décision, l'Iran aurait trois options pour réagir, dont l'une consisterait à se retirer du TNP.

    Le retrait des États-Unis de l'accord sur le programme nucléaire iranien constitue donc un défi pour l'ensemble du système de non-prolifération, estime Anton Khlopov, directeur du Centre russe de l'énergie et de la sécurité, qui a participé à une table ronde organisée le 10 mai par l'agence de presse Rossia Segodnia et consacrée aux conséquences de la décision de Donald Trump.

    «Les États-Unis se transforment de l'un des garants du TNP en l'un des problèmes de ce régime», a-t-il déploré, en rappelant le refus de Washington de ratifier le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires, son retrait du Traité ABM et les questions qui existaient concernant le respect des Traités INF et New START.

    Pyongyang reste vigilant

    Au-delà du fait que le retrait des États-Unis de l'accord avec l'Iran sape le système actuel de non-prolifération, il peut entraver ses possibles améliorations, notamment au sujet du nucléaire nord-coréen.

    «Malheureusement, la situation sur l'accord iranien envoie un signal très négatif à ceux qui font face aux défis de non-prolifération du point de vue des perspectives de résolution des crises auxquelles nous sommes confrontés actuellement ou auxquelles nous seront confrontés à l'avenir», estime M. Khlopov.

    Selon lui, cette situation peut se traduire par la diminution de la crédibilité des États-Unis, en témoignant de leur manque de capacité de conclure et respecter leurs engagements. Cela peut jouer contre Washington à l'approche de la rencontre entre Donald Trump et Kim Jong-un.

    «Pyongyang peut faire des conclusions concernant la capacité des États-Unis de conclure des accords. […] En 1994, les États-Unis et la Corée du Nord ont conclu un accord cadre qui a été détruit, ce qui est en bonne partie dû à la transition de l'Administration américaine de démocrate à républicaine», a-t-il ajouté.

    Le maintien du dialogue malgré tout

    Suite à l'annonce de la décision de Donald Trump le 8 mai, le ministère russe des Affaires étrangères a fait part de son intention de poursuivre la collaboration avec les autres parties du JCPOA et la coopération bilatérale avec l'Iran.

    En effet, selon Adlan Margoev, directeur du programme «La Russie et la non-prolifération nucléaire» au sein du Centre russe des recherches politiques interrogé par Sputnik, Moscou a une expérience positive pour mener une politique indépendante à l'égard de l'Iran, visant à soutenir son programme nucléaire civil. Il a rappelé l'accord russo-iranien sur la coopération dans le domaine de l'usage pacifique de l'énergie atomique conclu en 1992.

    «Depuis cette date, nous avons subi une pression considérable des Américains et de la coalition occidentale en général à cause de cette coopération. Nous étions le seul pays à continuer à coopérer avec l'Iran pendant les années les plus difficiles […] Il faut poursuivre cette coopération avec eux [les Iraniens, ndlr] et signaler à nos partenaires occidentaux que la Russie entend soutenir les activités nucléaires légitimes en Iran», a-t-il précisé.

    L'expert russe a précisé que désormais, l'Iran suit de près le comportement des autres parties du JCPOA afin de définir sa ligne de conduite. Le maintien du dialogue avec Téhéran peut permettre d'éviter la violation de l'accord de sa part.

    La Russie, en tant que partie du JCPOA, a joué un rôle très actif dans l'atténuation des tensions autour du programme nucléaire iranien. En conformité avec cet accord, l'Iran lui a transféré la totalité de son uranium enrichi à 20%. Par ailleurs, la société russe de l'énergie nucléaire Rosatom participe à la transformation du centre de Fordo, auparavant spécialisé dans l'enrichissement d'uranium.

    Lire aussi:

    L'échec du plan d’action iranien signifiera l'échec de tout le régime de non-prolifération
    Accord sur le nucléaire iranien: les sanctions levées, vivent les sanctions!
    «Nous sommes à deux doigts d'une guerre nucléaire»
    Tags:
    New START (Traité de réduction des armes nucléaires), énergie nucléaire, Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), programme nucléaire iranien, Donald Trump, Mohammad Javad Zarif, Kim Jong-un, Corée du Nord, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik