Analyse
URL courte
Par
21829
S'abonner

L’Aéroport de Toulouse va changer de mains, pour le plus grand bonheur de ses actionnaires chinois. Selon le Canard enchaîné, ceux-ci réalisent en quatre ans une belle plus-value de 75%. La privatisation partielle, poussée par Emmanuel Macron, avait valu des déboires judiciaires aux actionnaires, dont l’État. Retour sur un fiasco très français.

Culbute en vue pour le groupe chinois Casil (China Airport Synergie Investment Limited) actionnaires à 49,99% de la société d’exploitation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac (ATB). Selon Le Canard Enchaîné du 18 décembre, le groupe français Eiffage serait en passe de mettre sur la table 507 millions d’euros pour racheter au consortium chinois leur moitié de l’aéroport toulousain, qu’il avait acquis pour 308 millions d’euros en avril 2015, soit une belle plus-value de près de 230 millions d’euros, si l’on compte les 28,79 millions d’euros perçus au titre des dividendes.

Un tel gain interroge par ailleurs sur les méthodes d’évaluation des biens publics que cède Bercy. En effet, rares sont les occasions de réaliser une plus-value de près de 75% sur des investissements d’infrastructures, qui plus est par une entreprise n’ayant –comme le rappelle le Canard– «pas la moindre expérience de la gestion d’un aéroport».

Lors de la privatisation de l’aéroport, annoncé à l’été 2014 et impulsé par Emmanuel Macron, le prix de la société de gestion de l’aéroport est fixé par Bercy à 616 millions d’euros. 308 millions d’euros à débourser pour prendre 49,99% des parts jusqu’en 2046, pour les potentiels repreneurs français (ADP, Capitole Alliance, Vinci), la somme est jugée «déraisonnable». Pourtant, il vaudrait plus d’un milliard d’euros, au vu de ce qu’Eiffage serait près à mettre.

Après le retrait de l’Australien Macquarie, de l’Espagnol BTP Ferrovial et de l’Allemand AviAlliance (faisant partie du consortium Capitole Alliance), le Chinois Casil remportera finalement l’appel d’offres. En prime pour les nouveaux acquéreurs, Bercy se réserve alors la possibilité, sous trois ans, de revendre les 10,01% du capital lui restant à Casil, point sur lequel il se ravisera. Dès la fin 2014, Michel Sapin, ministre des Finances, et Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, «se félicitent du succès de l’opération», qui permet à l’État «de céder dans d’excellentes conditions sa participation».

Un avis que ne partagera pas la Cour des comptes, quatre ans plus tard. En novembre 2018, les sages de la rue Cambon épinglent la privatisation, estimant que «le processus choisi a révélé de graves insuffisances» et que la société de gestion restait dans une «situation, ambiguë et instable» après une privatisation qui restait «inaboutie». À leurs yeux, les critères de sélection de l’acquéreur étant «peu exigeants et limités à leur capacité financière», appelant à un «contrôle plus strict du respect des engagements des acquéreurs.»

«Bercy fait preuve, dès le début, d’un singulier aveuglement. L’acquéreur –une société au capital considérable de 10.000 euros– n’était autre que le prête-nom d’une société d’État chinoise et d’une autre, créée pour l’occasion aux îles Vierges britanniques, paradis fiscal bien connu», relate le palmipède.

Une domiciliation fiscalement avantageuse que soulignait la Cour des comptes dans son rapport. Le consortium Symbiose, holding de Casil, étant constitué à 51% de Shandong Hi-Speed Group, une entreprise publique chinoise, et à 49% de Friedmann Pacific Asset Management (JPAM), un fonds d’investissement implanté à Hong-kong et domicilié dans les îles Vierges britanniques.

La revente de l’aéroport par Casil est un secret de Polichinelle. Le lièvre est levé en tout début d’année par La Dépêche. Le média toulousain révèle ainsi que les actionnaires chinois cherchent à revendre leur participation avec un prix de réserve de 400 millions d’euros, en dessous duquel ils n’accepteraient aucune offre. Un processus de vente que la direction «prise de court» refusera alors de commenter, alors que la banque Lazard était mandatée et que quelques semaines plus tard, les offres d’Eiffage, Vinci et le groupement BPCE-Ardian seraient retenues.

Il faut dire qu’en plus de la juteuse plus-value, les ennuis juridiques s’amoncellent dans le ciel de la privatisation partielle d’ATB. Début mars, le rapporteur public de la cour administrative de Paris recommandait l’annulation de la privatisation partielle de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, à la fin du même mois, si le tribunal de commerce refusait de mettre sous séquestre les actions de Casil. En avril, la Cour administrative d’appel de Paris invalide la privatisation et l’État se pourvoit en cassation devant le Conseil d’État, qui finit par valider la privatisation.

L’État et les actionnaires chinois s’en sortent donc et ces derniers pourront revendre au prix fort au groupe français de leur choix. Mais quoi qu’il en soit, toute cette affaire ne fait pas très propre à la vieille d’une nouvelle privatisation d’infrastructures aéroportuaires, et non des moindres: celles d’ADP.

Les opinions exprimées dans cet article n'engagent que la responsabilité de son auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement la position de la rédaction de Sputnik.

Lire aussi:

Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Covid-19: «Président africain cherche clinique européenne?» Revenez une autre fois!
Tags:
France, Emmanuel Macron, privatisation
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook