Asie
URL courte
Par
Manifestations postélectorales au Kirghizstan (11)
147
S'abonner

Au lendemain des tensions qui ont éclaté dans les rues de Bichkek, la capitale du Kirghizstan, où des manifestants se sont rassemblés pour contester les résultats du vote, la commission électorale du pays a pris la décision de les annuler.

La Commission électorale du Kirghizistan a déclaré invalides les résultats des élections législatives.

«La Commission électorale, avec douze voix, a décidé d'invalider les résultats du vote», a écrit sur sa page Facebook Gulnara Djurabaeva, membre de la commission.

Comme elle l’a déclaré à l’agence locale 24.kg, la question de la dissolution de l’organisation était également discutée.

«Je crois qu'avec cette campagne électorale, nous nous sommes discrédités, et par conséquent, la meilleure et la plus correcte des décisions sera la démission anticipée».

Élections parlementaires au Kirghizstan

Des élections législatives se sont déroulées le 4 octobre. Selon les résultats, quatre partis pro-gouvernementaux devaient se retrouver au Parlement, alors que ceux d’opposition n’ont pas pu franchir le seuil électoral de 7%, nécessaire pour assurer la représentation du peuple. De nombreuses violations électorales ont été notifiées.

Le Président de la République, Sooronbay Jeenbekov, a lui aussi admis que l'achat de votes avait été un problème lors de l’élection.

Tensions dans la capitale

Le lendemain des législatives, de violents affrontements avec la police se sont déroulé dans les rues de Bichkek, la capitale du Kirghizstan, où des manifestants se sont rassemblés pour contester les résultats du vote. Plusieurs agents ont été visés par des cocktails Molotov.

Alors que la police était parvenue à disperser la foule lundi soir, les manifestants sont revenus plusieurs heures plus tard dans le centre et ont fait irruption dans le bâtiment qui abrite à la fois le chef de l'État et le Parlement. Il était en feu le 6 octobre au matin.

​Les manifestants ont par la suite pénétré au siège du Conseil national de sécurité et libéré l'ancien Président Almazbek Atambaïev, emprisonné cette année pour des accusations de corruption.

Dossier:
Manifestations postélectorales au Kirghizstan (11)

Lire aussi:

La nouvelle carte du couvre-feu en France publiée par les autorités
Opération de police à Lyon Part-Dieu, une femme a menacé de se faire exploser
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Tags:
émeutes, tensions, élections législatives, élections, Kirghizstan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook