Asie
URL courte
Par
123510
S'abonner

La Chine a annoncé avoir ratifié un traité d’extradition signé en 2017 avec Ankara. Cela serait susceptible de semer la panique au sein de la diaspora ouïghoure en Turquie, selon le porte-parole du Congrès mondial ouïgour.

Le comité permanent de l’Assemblée nationale populaire chinoise a ratifié un traité d’extradition avec la Turquie qui devrait permettre à Pékin d’accélérer le retour de certains Ouïghours soupçonnés de «terrorisme» et réfugiés en Turquie.

L’accord a été signé en 2017, mais la Turquie, qui abrite une importante diaspora ouïghoure estimée à 50.000 personnes, n’a pas jusqu’à présent ratifié le document. Or, selon Dilxat Raxit, porte-parole du Congrès mondial ouïgour cité par l’AFP, la ratification chinoise est susceptible de «provoquer la panique parmi les Ouïghours ayant fui la Chine et n’ayant pas encore la citoyenneté turque».

Le texte prévoit néanmoins plusieurs motifs de refus, par exemple si l’État auquel est soumise la demande d’extradition l’estime liée à un «crime politique», si la personne visée possède sa citoyenneté ou encore si elle bénéficie du droit d’asile.

En 2019, Ankara dénonçait le traitement des Ouïghours en Chine

La Turquie est le seul pays à majorité musulmane à avoir jusqu’ici dénoncé publiquement le traitement des Ouïghours en Chine. Début 2019, le ministère turc des Affaires étrangères l’avait ainsi qualifié de «honte pour l’humanité».

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Le Drian: «Il est urgent de dire à l'Iran que cela suffit»
Tags:
ouïghours, extradition, Turquie, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook