Asie
URL courte
Par
21930
S'abonner

Un tremblement de terre de magnitude 7,3 a été enregistré au large de la préfecture japonaise de Fukushima. Bien qu'aucune destruction majeure n'ait été signalée, l'agence Kyodo parle d'une cinquantaine de blessés.

Un tremblement de terre de magnitude 7,3 s'est produit ce samedi 13 février, à 23h08 heure locale (14h07 UTC) au large de l'île japonaise de Honshu, a rapporté l'Agence météorologique du Japon (JMA).

​Selon les données de JMA, l'épicentre du séisme se trouvait au large des côtes de la préfecture de Fukushima, ravagée par le séisme et tsunami du 11 mars 2011. Des secousses ont été ressenties jusqu'à la capitale, Tokyo.

L'Agence a déclenché une alerte au tsunami, mais probablement sans risque de grandes destructions. Dans le même temps, les autorités ont recommandé aux habitants de ne pas s'approcher du littoral.

S’établissant initialement à 7,1, la magnitude du séisme a été par la suite revue à la hausse, à 7,3, par l’autorité météorologique.

Les secousses ont été ressenties dans au moins 10 préfectures du nord, du nord-est et du centre du Japon. Les Forces japonaises d'autodéfense ont été mises en état d'alerte.

L'agence Kyodo a fait état de plus de 50 blessés suite au séisme. Près de 950.000 foyers ont été privés d'électricité à Tokyo et dans ses banlieues.

Une cellule de crise a été déployée auprès du bureau du Premier ministre Yoshihide Suga après le tremblement de terre, a annoncé le gouvernement nippon.

De puissantes répliques peuvent être attendues dans la zone pendant encore une semaine, a mis en garde l'Agence météorologique. En une heure et demie après le tremblement de terre, 12 répliques de diverses intensités se sont déjà produites.

Un porte-parole de JMA n'a pas exclu qu'il puisse s'agir d'une réplique du séisme de magnitude 9,0 survenu en 2011.

Il y a 10 ans, le nord-est du Japon avait été frappé par un séisme et un tsunami dévastateurs qui ont fait près de 16.000 morts et plus de 2.500 disparus et provoqué la plus grave crise nucléaire connue par l'humanité depuis la catastrophe de Tchernobyl.

Lire aussi:

«Je ne suis pas un tueur»: le Premier ministre slovaque refuse le renvoi du vaccin russe Spoutnik V
Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Nouvelle nuit de violences urbaines en banlieue lyonnaise, plus d’une dizaine de voitures incendiées – images
Tags:
Yoshihide Suga, Centre sismologique euro-méditerranéen (CSEM), Honshu, séisme, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook