Asie
URL courte
Par
4946
S'abonner

Avec l’administration Biden au pouvoir, la présence militaire américaine s’est intensifiée en mer de Chine méridionale, dont une grande partie est revendiquée par la Chine. Ce 17 février, un navire de guerre des États-Unis est entré dans les eaux contestées dans le cadre d’une opération. Il s’agit du deuxième en huit jours.

Un navire de guerre de la marine américaine s’est approché ce mercredi 17 février des îles Spratleys revendiquées par Pékin en mer de Chine méridionale dans le cadre de l’intensification de la présence militaire américaine dans les eaux contestées, laquelle a été décidée par l’administration Biden, rapporte CNN.

«Cette opération de liberté de navigation ("FONOP") défend les droits, les libertés et les utilisations licites de la mer reconnus par le droit international en contestant les restrictions illégales imposées au droit de passage inoffensif par la Chine, le Vietnam et Taïwan», a déclaré le lieutenant Joe Keiley, porte-parole de la 7e flotte de l'US Navy dans un communiqué relayé par la chaîne.

Le destroyer américain USS Russell a ainsi été déployé dans la zone des opérations de la 7e flotte américaine à l'appui du bassin Indo-Pacifique libre et ouvert, indique CNN.

«Les revendications maritimes illicites et radicales en mer de Chine méridionale constituent une menace sérieuse pour la liberté de la mer, y compris les libertés de navigation et de survol, le libre-échange et le commerce sans entraves, ainsi que la liberté d'opportunités économiques pour les nations du littoral de la mer de Chine méridionale», ajoute-t-il.

Une opération similaire

Cette opération fait suite à une autre menée le 9 février par le destroyer USS John McCain entré dans la zone autour des îles Paracels également revendiquées par le pouvoir chinois en mer de Chine méridionale. Le porte-parole de la diplomatie chinoise a dénoncé sur le réseau social WeChat «ces démarches provocatrices», appelant les États-Unis à «limiter leurs opérations militaires en mer et dans les airs».

«La Chine prendra toute mesure nécessaire pour protéger sa souveraineté et sa sécurité nationale, ainsi que pour maintenir la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale», a assuré l’officiel.

Pomme de discorde

La Chine entretient depuis plusieurs années des différends maritimes avec d'autres États côtiers de la mer de Chine méridionale comme le Vietnam, les Philippines, la Malaisie et le Brunei. Arguant d'une présence plus ancienne, Pékin dispute à ces pays riverains des îles d'une vaste zone maritime et revendique la majorité de la mer de Chine méridionale, route clé du commerce maritime.

Les États-Unis accusent la Chine d'intimider ses voisins, tandis que Pékin pointe l'ingérence et les menaces à la sécurité de la part de Washington et ses alliés qui envoient des navires de guerre dans la région.

Lire aussi:

«Ils profitaient des USA»: Trump se lâche contre Macron et les dirigeants européens
Francis Lalanne choque en liant le malaise cardiaque d’Eriksen au vaccin anti-Covid
Une candidate du RN suspendue en Auvergne-Rhône-Alpes pour un tweet antisémite
Le geste désespéré d’un Algérien en situation irrégulière qui voulait quitter la France
Tags:
Joe Biden, États-Unis, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook