Asie
URL courte
Par
27821
S'abonner

Les autorités sanitaires chinoises ont reconnu la faiblesse de leurs vaccins et ont déclaré qu’elles envisageaient de les mélanger avec ceux d’autres fabricants, comme Pfizer, pour améliorer leur taux d’efficacité.

Pour la première fois, les autorités chinoises ont elles-mêmes évoqué la faible immunisation de leurs vaccins, pourtant déjà largement distribués sur le territoire national et à l’étranger. Lors d’une conférence samedi 10 avril, le directeur du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CDC), Gao Fu, a évoqué les mesures envisagées pour améliorer leur efficacité.

La Chine étudie deux voies «pour résoudre le problème de l’efficacité pas très élevée de ses vaccins existants», a-t-il admis dans des propos relayés par le South China Morning Post.

La première consiste à ajuster l’intervalle entre les doses, le dosage de chaque injection ou leur nombre par personne. Le CDC chinois a récemment allongé le délai entre les deux doses, qui est désormais de trois à huit semaines, contre deux semaines auparavant.

La seconde option serait de mélanger des vaccins utilisant des technologies différentes. Les  vaccins chinois dits «inactivés» utilisent du matériel biologique mort pour provoquer une réaction du système immunitaire. M.Gao a évoqué les vaccins reposant sur l’ARN messager. Une étude a été lancée par l’université de Hong Kong sur les effets d’une première dose de Pfizer combinée à une seconde dose de Sinovac.

Études à l’étranger

Le vaccin CoronaVac, de la société pharmaceutique Sinovac, a fait l’objet d’une vaste étude au Brésil, affichant un taux d’efficacité de seulement 50% contre les infections (80% contre les formes graves), alors que Pfizer, Moderna et le Spoutnik V dépassent tous trois les 90%, suivis de 85% pour Johnson & Johnson et de 76% pour AstraZeneca.

La vaccination au CoronaVac au Chili, donnant lieu à une étude en conditions réelles, a démontré cette semaine une efficacité de 56,5% contre les infections deux semaines après la deuxième dose, mais de seulement 3% après la première. Autrement dit, le vaccin chinois n’offrirait quasiment aucune protection lors des deux premières semaines, délai nécessaire avant de recevoir l’autre injection.

Réaction chinoise

Ces résultats, publiés par une université chilienne, se basent sur des données limitées et «n’ont rien à voir avec un travail de recherche», a défendu ce dimanche le média chinois Global Times, affirmant qu’un véritable article scientifique ne sera publié que la semaine prochaine par le ministère chilien de la Santé.

Selon un représentant de Sinovac cité par le Global Times, les tests cliniques de phase III au Brésil, en Indonésie, en Turquie et au Chili ont prouvé que les cas de Covid étaient bien moins nombreux chez les groupes vaccinés que chez ceux qui avaient reçu un placebo. Au 2 avril, quelque 65 millions de Chinois avaient déjà reçu une dose, et la moitié avaient reçu les deux. L’empire du milieu espère avoir vacciné 80% de sa population, soit un milliard de personnes, d’ici la mi-2022.

Lire aussi:

Le Hamas dit avoir lancé des dizaines de roquettes vers Israël, des sirènes retentissent à Tel Aviv - images
Deux ex-espions du KGB et de la DGSE racontent: «Les Gafam sont le service de renseignement le plus puissant au monde»
Moscou publie sa liste des «pays inamicaux» et explique les mesures qui les attendent
Tags:
étude, efficacité, CoronaVac, vaccin de Sinovac, vaccin, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook