Ecoutez Radio Sputnik
    Otto Skorzeny et Adrian von Fölkersam

    Ces agents saboteurs qui ont marqué l'histoire de la Seconde Guerre mondiale

    © Wikipedia /
    URL courte
    Par
    2111
    S'abonner

    Les histoires d'agents secrets n'ont rien perdu de leur charme, et celles des saboteurs de la Seconde Guerre mondiale ne font pas exception.

    Parmi eux Otto Skorzeny, décédé en Espagne en juillet 1975, qui s'était construit une image de "roi des agents de diversion" grâce à ses mémoires et à sa popularité dans les médias. Même si son palmarès ne valait peut-être pas tant d'attention, son charisme — il était un homme austère de pratiquement deux mètres de haut au menton plein d'assurance et à la joue balafrée — a charmé la presse qui a créé l'image d'un saboteur insolent. L'histoire de la Seconde Guerre mondiale connaît bien d'autres spécialistes de la diversion, souvent bien plus accomplis que Skorzeny mais pas aussi célèbres. Cet article retrace leur histoire.

    Otto Skorzeny

    Le personnage de Skorzeny était constamment entouré de légendes, dont beaucoup provenaient d'ailleurs de lui. Jusqu'au milieu des années 1930, il était encore un ingénieur ordinaire à Vienne, la capitale autrichienne, avant de rejoindre la SS en 1934. C'est alors que différents mythes ont commencé à faire leur apparition: plusieurs sources affirment par exemple que Skorzeny aurait tué le chancelier autrichien Engelbert Dollfuss mais on estime aujourd'hui que le chancelier a été assassiné par un autre membre de la SS lors d'une tentative de putsch. Après l'annexion de l'Autriche (ou "Anschluss"), son chancelier Kurt von Schuschnigg a été arrêté par les Allemands mais il n'est pas non plus possible d'affirmer que Skorzeny a participé à son arrestation. Par la suite, Schuschnigg déclarait qu'il ignorait tout de la participation de Skorzeny à son arrestation et ne se souvenait pas de lui.

    Otto Skorzeny
    © AP Photo / XCJ AD
    Otto Skorzeny

    Quand la Seconde Guerre mondiale a commencé, Skorzeny a officié comme démineur dans l'armée. Les informations sur son expérience au front se contredisent mais on sait qu'il n'a pas participé longtemps aux combats: il n'a passé que quelques mois sur le front de l'Est avant d'être renvoyé en décembre 1941 dans son pays pour soigner une inflammation de la vésicule biliaire. Après cela, Skorzeny n'a plus participé aux activités militaires.

    En 1943, en tant qu'officier disposant d'un diplôme d'ingénieur, il a été envoyé dans le camp d'Oranienburg où se déroulait la préparation d'un groupe d'agents de diversion, sur la base duquel sera formé plus tard le 502e bataillon de chasseurs SS sous le commandement de Skorzeny.

    C'est à lui qu'ont été confiées les commandes de l'opération qui l'a rendu célèbre, par Hitler en personne. Ce dernier n'avait pas l'embarras du choix: la Wehrmacht comptait très peu d'unités de saboteurs car les officiers, formés en majorité selon les anciennes traditions prussiennes, méprisaient ces méthodes de guerre qu'ils considéraient comme l'œuvre de "bandits".

    L'objectif de l'opération était le suivant: après le débarquement des Alliés dans le sud de l'Italie et la défaite des troupes italiennes près de Stalingrad, Mussolini avait été écarté du pouvoir par le roi d'Italie et placé en détention dans un hôtel de montagne. Hitler souhaitait conserver le contrôle du nord de l'Italie, développé sur le plan industriel, et a décidé de faire libérer Mussolini pour le nommer dirigeant de la république fantoche.

    Skorzeny a exigé un régiment de troupes aéroportées et décidé d'atterrir près de l'hôtel avec des planeurs lourds pour prendre Mussolini et s'envoler. Le bilan de l'opération fut mitigé: si l'objectif a été atteint et que Mussolini a bien été évacué, plusieurs accidents se sont produits à l'atterrissage et 40% du personnel du régiment a péri, sachant que les Italiens n'ont même pas opposé de résistance.

    Adolf Hitler était tout de même satisfait et accordera dès lors son entière confiance à Skorzeny, même si pratiquement toutes ses opérations futures seront vouées à l'échec. L'idée d'éliminer les dirigeants de la coalition antihitlérienne — Staline, Roosevelt et Churchill — pendant les négociations de Téhéran a échoué: les renseignements soviétiques et britanniques ont très vite réussi à neutraliser les agents allemands.

    L'opération Greif ("Griffon") fut elle aussi un échec — les agents allemands, déguisés en uniforme américain, devaient kidnapper le chef des forces Alliés Dwight Eisenhower. Pour mener cette mission, on avait recherché à travers toute l'Allemagne des soldats parlant un anglais américain parfait, qui avaient été entraînés dans un camp spécial où les militaires américains prisonniers leur expliquaient les particularités et les habitudes des soldats. Cependant, en raison des délais réduits, les agents de diversion n'ont pas été correctement formés: le chef du premier groupe a sauté sur une mine dès le premier jour de l'opération, et le second groupe a été fait prisonnier avec tous les documents sur l'opération — dont les Américains ont alors pu prendre connaissance.

    La deuxième opération réussie de Skorzeny fut "Panzerfaust". Alors que son pays avait connu plusieurs échecs sur le front, le dirigeant hongrois Miklos Horthy avait l'intention de signer une trêve: les Allemands ont alors décidé de kidnapper son fils afin qu'il renonce au pouvoir et que la Hongrie poursuive la guerre avec un nouveau gouvernement. Skorzeny a fait venir le fils de Horthy à une prétendue rencontre avec des Yougoslaves, où il a été capturé et enroulé dans un tapis, puis amené à la résidence de Horthy avec groupe de soldats pour le forcer à abdiquer.

    Après la guerre, Skorzeny s'est installé en Espagne, accordait des interviews, a écrit ses mémoires et travaillé sur son image de "roi des agents de diversion". Selon certaines informations, il aurait collaboré avec le Mossad et conseillé le président argentin Juan Peron. Il est décédé en 1975 des suites d'un cancer.

    Adrian von Fölkersam

    Cet agent de diversion est resté dans l'ombre de Skorzeny, essentiellement parce qu'il n'a pas survécu à la guerre et n'a pas bénéficié d'une telle campagne promotionnelle. Le 800e régiment spécial de Brandebourg — une unité spéciale de sabotage unique — au sein duquel il était chef de compagnie travaillait en liaison étroite avec la Wehrmacht. Toutefois les officiers allemands, formés selon les anciennes traditions prussiennes, méprisaient la spécificité de l'activité du régiment qui violait tous les canons de la guerre (port de l'uniforme ennemi et abandon de toute limite morale notamment). Ce dernier avait donc été rattaché à l'Abwehr, l'organe chapeautant les services de renseignement allemands.

    Les soldats du régiment suivaient une préparation spéciale au corps-à-corps, aux techniques de camouflage, au sabotage, aux tactiques de diversion, aux langues étrangères, au combat en groupe réduit, etc. Il s'agissait donc d'une unité d'élite.

    Adrian von Fölkersam
    © Wikipedia /
    Adrian von Fölkersam

    Fölkersam avait rejoint ce groupe en tant qu'Allemand russe: né à Saint-Pétersbourg au sein d'une famille éminente, son arrière-grand-père était général sous l'empereur Nicolas Ier, son grand-père, vice-amiral, avait trouvé la mort sur son navire en se rendant à la bataille de Tsushima, et son père était un critique d'art et gardien de la galerie des bijoux à l'Ermitage.

    Après l'arrivée des bolcheviks au pouvoir, la famille de Fölkersam a dû fuir le pays et il a grandi à Riga, d'où, en tant qu'Allemand de l'Ostsee (balte), il a émigré en Allemagne en 1940 quand la Lettonie a été annexée à l'URSS. Fölkersam commandait le régiment balte de Brandebourg constitué d'Allemands baltes russophones, ce qui les rendait importants pour les opérations de diversion sur le territoire soviétique.

    Plusieurs opérations ont réussi avec la participation directe de Fölkersam. En général, il s'agissait de la prise de ponts et de points stratégiques dans les villes. Les agents de diversion, déguisés en uniforme soviétique, traversaient tranquillement les ponts ou entraient dans les villes pour s'emparer des points clés. Les soldats soviétiques n'avaient alors pas le temps d'opposer résistance et étaient faits prisonniers, ou étaient tués dans la fusillade. C'est ainsi qu'ont été pris les ponts de Daugava et de Berezina, ainsi que la gare et la centrale électrique de Lvov. La plus connue reste la diversion de Maïkop de 1942. Les soldats de Fölkersam, en uniforme du NKVD (la police politique de l'URSS), sont arrivés dans la ville pour identifier tous les postes de défense, s'emparer de la liaison du QG et désorganiser complètement toute la défense en envoyant à travers la ville des ordres de retraite immédiate de la garnison face à un encerclement imminent. Le temps que la partie soviétique comprenne ce qui se passe, les principales forces de la Wehrmacht s'étaient en effet rapprochées de la ville, qui a été prise pratiquement sans aucune résistance.

    Ces diversions réussies de Fölkersam ont attiré l'attention de Skorzeny, qui en a fait son bras droit. Fölkersam a participé à plusieurs de ses opérations, notamment pour le renversement de Horthy, ainsi qu'à la tentative de capture d'Eisenhower. Le régiment Brandebourg, lui, a été élargi pour devenir une division: suite à cette augmentation des effectifs la division a perdu de facto son statut d'élite et était utilisée comme une unité de combat ordinaire.

    Adrian von Fölkersam n'a pas survécu jusqu'à la fin de la guerre: il est mort en Pologne en janvier 1945.

    Junio Valerio Borghese, le "Prince noir"

    Issu d'une célèbre famille aristocratique italienne dont la lignée a connu des papes, des cardinaux ou encore de fameux industriels, et dont l'un de ses proches est devenu parent de Napoléon après avoir épousé sa sœur, Borghese était marié à la comtesse Olsoufieva, parente éloignée de l'empereur Alexandre Ier.

     

    Junio Valerio Borghese
    © Wikipedia /
    Junio Valerio Borghese

    Capitaine de frégate de la marine italienne, il commandait la 10e flottille au sein de laquelle il a monté une unité spéciale de diversion d'"hommes-torpilles". Sa flottille comprenait également des sous-marins miniatures spéciaux et des vedettes chargées d'explosifs.

    Les torpilles humaines, ou Maiale, ont été conçues par les Italiens à la fin des années 1930. Chacune était dotée d'un moteur électrique, de dispositifs de respiration pour l'équipe, d'une ogive de 200-300 kg et était guidée par deux membres d'équipage assis dessus.

     

    Maiale, torpilles humaines
    © Wikipedia /
    Maiale, torpilles humaines

    La torpille était amenée à l'endroit de la diversion par un sous-marin spécial, après quoi elle plongeait sous l'eau pour se rendre jusqu'au navire visé. L'ogive était dotée d'une minuterie pouvant effectuer un décompte jusqu'à 5 heures, permettant aux nageurs de quitter le lieu de l'explosion.

    Cependant, des imperfections techniques entraînaient souvent des dysfonctionnements des torpilles ainsi que des appareils respiratoires, forçant les plongeurs à abandonner la mission. Néanmoins, après quelques échecs initiaux, la réussite a enfin souri aux Italiens. L'opération la plus connue fut le raid de décembre 1941 sur Alexandrie, où se situait une base de la flotte britannique. Malgré les précautions des Britanniques, les agents de diversion italiens ont réussi à actionner les torpilles pour endommager sérieusement les puissants cuirassés britanniques Valiant et Queen Elizabeth, qui ont dû être remis en état — ils n'avaient pas coulé seulement parce qu'ils étaient stationnés à faible profondeur. L'explosion a également endommagé un destroyer, et un cargo de transport a été coulé.

    Après cette frappe très dure, la flotte italienne a obtenu un avantage temporaire sur le théâtre méditerranéen grâce à la supériorité numérique de ses cuirassés. Les Britanniques avaient alors perdu leur suprématie en mer, ce qui avait permis aux Italiens et aux Allemands d'alimenter plus activement leurs forces en Afrique du Nord, où elles ont connu un certain succès. Le raid d'Alexandrie a valu aux nageurs de combats et au prince Borghese la plus haute distinction italienne: la médaille d'or de la bravoure.

    Après que l'Italie s'est retirée de la guerre, Borghese a soutenu la république fantoche pro-allemande de Salo, mais n'a pratiquement pas participé aux opérations personnellement car la flotte était restée entre les mains de l'Italie.

    Après la guerre, Borghese a été condamné pour collaboration avec les Allemands à cause de ses activités auprès de la république de Salo, quand l'Italie était déjà sortie de la guerre. La peine, initialement de 12 ans de prison, a été réduite à trois ans compte tenu de ses exploits pendant la guerre. Après sa libération il a sympathisé avec l'extrême-droite et a écrit ses mémoires. En 1970, il a été contraint de quitter l'Italie, soupçonné de complicité dans la préparation d'un coup d'État. Il est décédé en Espagne en 1974.

    Pavel Soudoplatov

    Il restera dans l'histoire comme le principal agent de diversion soviétique. Pavel Soudoplatov était également spécialisé dans les opérations visant à éliminer les représentants politiques gênants pour Staline (par exemple, Trotski). Immédiatement après le début de la guerre, l'URSS a créé un groupe spécial auprès du NKVD pour superviser le mouvement de guérilla et le diriger. Pavel Soudoplatov a alors pris la tête du 4e détachement du NKVD spécialisé en diversion à l'arrière des Allemands et en territoire occupé. A cette époque, il ne participait déjà plus directement aux opérations, se limitant à la supervision générale et à l'élaboration des plans.

    Pavel Soudoplatov
    © Wikipedia /
    Pavel Soudoplatov

    Les unités de diversion étaient envoyées à l'arrière des forces allemandes où, si possible, elles se réunissaient pour former des groupes de guérilla plus volumineux. Étant donné l'extrême danger de ce travail, beaucoup d'attention était accordée à la formation des agents de commando: en règle générale, on recrutait des individus ayant une bonne préparation sportive. Le champion de boxe de l'URSS Nikolaï Korolev, par exemple, servait dans un groupe de reconnaissance et de diversion.

    Contrairement à la guérilla ordinaire, ces groupes de reconnaissance et de diversion étaient commandés par des officiers du NKVD. Le plus connu de ces groupes était Pobediteli ("Vainqueurs"), dirigé par l'officier du NKVD Dmitri Medvedev dont Pavel Soudoplatov était le supérieur hiérarchique.

    Plusieurs groupes de commandos bien préparés (dont certains avaient été emprisonnés à la fin des années 1930 ou étaient des agents de la Tcheka renvoyés à la même période et amnistiés au début de la guerre) étaient parachutés à l'arrière des Allemands pour former une unité commune chargée d'assassiner les officiers allemands hauts placés, ainsi que de mettre en œuvre des plans de diversion: sabotage des voies ferroviaires et des trains, destruction des lignes téléphoniques, etc. Le célèbre agent soviétique Nikolaï Kouznetsov a passé plusieurs mois dans cette unité.

    Après la guerre, Pavel Soudoplatov a continué de commander l'unité de diversion, cette fois spécialisée dans les missions à l'étranger. Suite à la chute de Beria, le général Soudoplatov a été arrêté car il était l'un de ses proches collaborateurs. Il a tenté de simuler la folie mais a été condamné à 15 ans de prison pour l'organisation des assassinats de rivaux de Staline, et a été privé de tous ses grades et décorations. Il a purgé sa peine à la prison de Vladimir puis, après sa libération, a écrit ses mémoires et des livres sur le travail du renseignement soviétique. Il a été réhabilité après la chute de l'URSS en 1992 avant de décéder en 1996.

    Ilia Starinov

    Ilia Starinov est le plus célèbre des agents de diversion soviétique sur le terrain. Si Pavel Soudoplatov dirigeait les actions de diversion, Starinov y participait directement comme spécialiste des explosions. Avant la guerre déjà, Starinov formait des agents de diversion et avait lui-même acquis de l'expérience à l'étranger en participant à plusieurs opérations de diversion pendant la guerre civile en Espagne, où il entraînait des agents de diversion parmi les républicains. Il a notamment conçu une mine anti-train spéciale activement utilisée en URSS pendant la guerre.

     

    Ilia Starinov
    © Wikipedia /
    Ilia Starinov

    Après le début de la Seconde Guerre mondiale, Starinov fut chargé de la formation des partisans soviétiques en matière d'explosions. Comme codirigeant du QG pour les diversions au sein du QG central du mouvement de guérilla, il a personnellement participé à l'opération pour éliminer le commandant de Kharkov, le général von Braun. Pendant la retraite des forces soviétiques, des explosifs ont été enterrés à côté de la meilleure villa de la ville et pour tromper les démineurs allemands un leurre a été placé à un endroit visible, que les Allemands ont neutralisé. Quelques jours plus tard, la bombe a été actionnée à distance par radiocommande. Il s'agit de l'une des rares utilisations réussies de mines radiocommandées, car cette technologie n'était pas encore suffisamment fiable et travaillée à l'époque.

    Après la guerre, Starinov a été chargé du déminage des voies ferrées et quand il a quitté le service actif, il a enseigné les tactiques de diversion dans les établissements du KGB jusqu'à la fin des années 1980, avant de prendre sa retraite. Il est décédé en 2000.

    Colin Gubbins

    Avant que la guerre n'éclate, Gubbins étudiait la guerre de guérilla et la tactique de diversion. Il a ensuite pris la tête du Special Operations Executive britannique (SOE), qui fut probablement la plus grande usine de terreur, de sabotage et de diversions de l'histoire de l'humanité. L'organisation semait le chaos et organisait des diversions pratiquement sur tous les territoires occupés par les Allemands, tout en formant des cadres de la Résistance dans tous les pays européens: les résistants polonais, grecs, yougoslaves, italiens, français, albanais recevaient des armes, des médicaments, de la nourriture et des agents préparés par le SOE.

     

    Colin Gubbins
    © Wikipedia /
    Colin Gubbins

    Les diversions les plus remarquables du SOE resteront l'explosion d'un grand pont à Gorgopotamos en Grèce — qui a coupé pendant plusieurs mois la communication entre Athènes et Thessalonique, perturbant l'approvisionnement de l'Afrikakorps de Rommel en Afrique du Nord — et la destruction de l'usine d'eau lourde en Norvège. Les premières tentatives de détruire cette usine susceptible d'être utilisée à des fins nucléaires avaient échoué et c'est seulement en 1943 que les commandos entraînés par le SOE ont réussi à la neutraliser, sapant ainsi le programme nucléaire allemand.

    Une autre opération remarquable du SOE est l'élimination de Reinhard Heydrich, protecteur de Bohême-Moravie et directeur de l'Office central de la sécurité du Reich (RSHA). Deux agents formés par les Britanniques, un Tchèque et un Slovaque, ont débarqué en Tchéquie pour lancer une bombe qui a blessé mortellement Heydrich.

    L'opération Foxley — un attentat contre Hitler — devait être le point culminant de l'activité de l'organisation. Elle avait été minutieusement préparée, notamment par la formation d'agents et de tireurs d'élite qui devaient être parachutés en uniforme allemand pour se rendre jusqu'à la résidence d'Hitler à Berghof. Il a finalement fallu renoncer à l'opération car la disparition du Führer aurait pu en faire un martyr aux yeux du peuple allemand et donner une impulsion supplémentaire à ce dernier. De plus, un dirigeant plus talentueux et ingénieux aurait pu prendre la suite d'Hitler, ce qui aurait compliqué la guerre alors qu'elle touchait à sa fin.

    Après la guerre, Colin Gubbins a pris sa retraite militaire pour devenir directeur d'une usine de textile. Il fut membre du club de Bilderberg, considéré par certains conspirationnistes comme une sorte de gouvernement mondial secret.

    Max Manus

    Le plus célèbre agent de diversion norvégien est connu pour avoir coulé plusieurs navires allemands. Après la capitulation de la Norvège et son occupation par l'Allemagne, il a rejoint la Résistance. Max Manus a notamment tenté d'organiser un attentat contre Himmler et Goebbels lors de leur visite à Oslo, mais sans succès. Arrêté par la Gestapo, il a réussi à fuir grâce à l'aide d'un groupe de résistants et après avoir traversé plusieurs pays il est arrivé en Grande-Bretagne où il a suivi une formation commando au sein du SOE.

     

    Max Manus
    © Wikipedia /
    Max Manus

    Il a ensuite été projeté en Norvège où il a détruit plusieurs navires allemands avec des mines adhésives. Après ces opérations de sabotage réussies, Manus a rejoint la Suède voisine, neutre, pour échapper à la capture. Pendant la guerre il a fait couler plusieurs navires de transport allemands, devenant ainsi le plus célèbre des combattants de la Résistance norvégienne. Il sera ensuite désigné en tant que garde du corps du roi de Norvège pendant le défilé de la Victoire à Oslo.

    Après la guerre, il a écrit plusieurs livres sur son activité et a fondé une compagnie pour la vente de matériel de bureau, qui existe encore aujourd'hui. Dans les interviews qu'il a données après la guerre il disait souffrir de cauchemars la nuit et des souvenirs difficiles de la guerre, qu'il devait noyer dans l'alcool. Pour combattre ses cauchemars, il a décidé de changer de cadre et a déménagé avec sa famille aux îles Canaries. Mort en 1986, il est considéré comme un héros national en Norvège.

    Nancy Wake

    Journaliste avant la guerre, Nancy Wake vivait en France où elle avait épousé un millionnaire. Dès le début de l'occupation elle a participé à l'organisation de la fuite des Juifs du pays. Plus tard, elle s'est retrouvée sur les listes de la Gestapo et a dû fuir en Grande-Bretagne où elle a suivi une formation commando au SOE.

     

    Nancy Wake
    © Wikipedia /
    Nancy Wake

    Elle a ensuite été envoyée en France pour unir les unités disparates des résistants français et les diriger. Les Anglais, qui apportaient un immense soutien à la Résistance française en leur envoyant des armes et des officiers formés pour la coordination, ont souvent utilisé des femmes en tant qu'agents car les Allemands étaient moins soupçonneux à leur encontre.

    A la tête de forces de la Résistance, Wake répartissait les armes, les réserves et l'argent envoyés par les Anglais. Les résistants français avaient une mission de taille: au début du débarquement des Alliés en Normandie ils devaient empêcher par tous les moyens les Allemands d'envoyer des renforts vers le littoral. Ils faisaient donc exploser des trains et attaquaient les unités allemandes pour les empêcher de se déplacer.

    Nancy Wake faisait forte impression sur les hommes et femmes qu'elle commandait, qui n'étaient pas des professionnels dans leur grande majorité. Ils ont notamment été bouleversés quand elle a tué un soldat allemand de ses propres mains: elle s'est approchée par l'arrière et lui a brisé le larynx avec le tranchant de sa main.

    Après la guerre, elle a reçu de nombreuses distinctions de plusieurs pays. Elle a aussi participé plusieurs fois à des élections mais sans succès. Elle a écrit ses mémoires et plusieurs séries et films ont été tournés sur sa vie. Elle est décédée en 2011.


    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Tags:
    guerre, Seconde Guerre mondiale
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik