Ecoutez Radio Sputnik
    Pomników Polaków zabitych na Wołyniu, Gdańsk

    Massacre des Polonais en Volhynie? Fiction du Kremlin, selon Kiev

    © Photo. Stako
    URL courte
    La Main du Kremlin
    par La Main du Kremlin
    312086048

    Le député ukrainien Yuriy Choukhevytch est formel. Si Varsovie a officiellement reconnu le génocide en Volhynie, où jusqu’à 80.000 civils polonais ont été massacrés par des Ukrainiens pendant la Seconde Guerre mondiale, c’est qu’elle y a été poussée par la Main du Kremlin! Les Polonais sont révoltés.

    Entre 30.000 et 80.000 personnes, dont des Polonais, des Russes et des Juifs, ont été massacrées en 1943 par un groupe nationaliste ukrainien sur le territoire de l’ancienne République de Pologne, en Volhynie. Mais ce n’est que 73 ans plus tard que ce terrible crime a enfin été reconnu en tant que génocide par le parlement polonais… Une décision qui dérange l’Ukraine. D’ailleurs, le député ukrainien Yuriy Choukhevytch ("Parti Radical") a tranché: selon lui, en juillet, la Pologne a déclaré une guerre hybride à son pays. Pour lui, cette reconnaissance du génocide n’est destinée qu’à porter atteinte à des valeurs néonazies ukrainiennes et bien entendu il y voit la Main du Kremlin.

    Le journaliste polonais Igor Miecik, du quotidien polonais Gazeta Wyborcza s’est rendu à Lviv pour rencontrer Yuriy Choukhevytch quelques jours avant l’adoption du document indiquant que les victimes du massacre perpétré par le groupe nationaliste ukrainien n’avaient pas été correctement honorées et que les crimes de masse n’avaient pas été qualifiés de génocide par le Sénat polonais, "comme l’exige la vérité historique".

    Au lieu de "bonjour", la première phrase du parlementaire ukrainien a été:

    "Combien Moscou vous a-t-il payé?"

    Le journaliste polonais avoue avoir été saisi de stupeur et a demandé à qui, pourquoi et "Quel Moscou"?

    "Le Moscou de Poutine, le Kremlin. Combien de députés ont-ils été payés pour avoir qualifié ce qui c’était passé en Volhynie de génocide?". 

    À la question logique de savoir pourquoi diable le président russe Vladimir Poutine aurait besoin d’une telle décision du parlement polonais, le député ukrainien a coupé net:

    "Le Kremlin fera tout ce qui est possible et imaginable pour compromettre Stepan Bandera, le nationalisme ukrainien, la pensée politique de l’OUN-UPA (Organisation des nationalistes ukrainiens — Armée insurrectionnelle ukrainienne, parie politique accusé du génocide volhynien, ndlr). Il fera tout pour diaboliser nos héros et diviser le peuple".

    Le journaliste polonais a fait remarquer qu’"il n’y avait pas besoin de Poutine pour que M. Bandera et sa conception divisent les Ukrainiens". D’après lui, M. Bandera n’ pas la côte, et pas uniquement en Pologne. "J’ai rencontré beaucoup d’Ukrainiens qui sont pour le moins sceptiques vis-à-vis de l’idéologie bandérienne".

    "C’est le résultat d’un demi-siècle de propagande soviétique. Mais ça change. Pour la première fois depuis ces nombreuses années, c’est à nous de décider qui est notre héros et d’éduquer nos jeunes, qu’on le veuille ou non", a conclu Yuriy Choukhevytch.

    D’après le député ukrainien, la décision du parlement polonais est un "texte mensonger, chauvin et provocateur" de sa première à sa dernière phrase. D’après lui, il s’agit d’une falsification de l’histoire. Et si en Ukraine, on organise des expositions pour commémorer les victimes du massacre de Volhynie, le parlementaire veut les noms des familles et les noms des organisations des gens qui "font ce spectacle".

    Quant à la partie polonaise, Varsovie ainsi que les Polonais ordinaires sont unanimes: tant que les Ukrainiens ne comprendront pas combien la reconnaissance du génocide est importante pour les Polonais, les deux camps n’arriveront jamais à une réconciliation définitive sur ce crime.

    Lire aussi:

    Bandera, génocide et pogroms: l'Ukraine et la Pologne en plein désamour
    Crimes contre l’humanité: Varsovie demande aux USA l’extradition d’un nazi ukrainien
    Pour les médias polonais, l'Ukraine est un «trou géopolitique»
    Tags:
    La Faute Aux Russes, La Main du Kremlin, massacre de Volhynie, agents du Kremlin, Yuriy Choukhevytch, Vladimir Poutine, Pologne, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik