Ecoutez Radio Sputnik
    Julian Assange

    Découvrez le scoop de NYT! Cette liaison dangereuse entre Moscou et Assange…

    © Sputnik.
    URL courte
    La Main du Kremlin
    par La Main du Kremlin
    111459413

    Si Julian Assange publie des révélations sur les États-Unis, c'est que La Main du Kremlin est derrière le dissident américain! La preuve, ces fuites profiteraient à la Russie. Pas convaincu? Tant pis pour vous, c'est tout ce que le New York Times avance à l'appui de sa thèse. Léger.

    Voilà un beau travail d'enquête du New York Times (NYT)! Pour notre estimé confrère états-unien, l'affaire est claire: Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, le célèbre site de révélations des grands et petits secrets des puissants de ce monde, roule pour Moscou! En guise de preuve de ces graves accusations, "une analyse de New York Times des activités de WikiLeaks pendant les années que M. Assange a passées en exil a mis en évidence une conclusion différente: que ce soit par conviction, commodité ou coïncidence, des documents publiés par WikiLeaks, ainsi qu'un bon nombre de déclarations de M. Assange, ont souvent bénéficié à la Russie". 

    Peut-être faudrait-il cesser de mener des guerres non déclarées et de voler des informations afin d'arrêter de "bénéficier à la Russie"? Mais si au début de son article, le New York Times avoue ne pas avoir de preuves de cette liaison dangereuse entre Moscou et M. Assange, il a déjà oublié ce menu détail au milieu du texte, tellement cet essai complotiste est long. #Complotisme, #Accusation gratuite

    Le quotidien fait tout son possible pour faire honte à Assange, ce mauvais élève qui a promis au début de dénigrer la Russie, mais sort sans cesse des faits peu agréables sur la politique américaine.

    "Il y a une grande différence entre d'une part la publication d'informations sur la base des documents qui proviennent d'un dénonciateur comme Chelsea Manning, le soldat qui a fourni à WikiLeaks son journal de guerre et les scoops des câbles diplomatiques, et d'autre part accepter des informations, même indirectement, provenant d'un service de renseignement étranger qui cherche à faire avancer ses propres intérêts", s'indigne la revue.

    Comme si quelque ligne plus haut, le NYT n'avait pas confessé n'avoir aucune preuve de telles allégations! 

    De son côté, Julian Assange, cité par New York Times, a coupé net: Mme Clinton et les Démocrates ont été " attisent une hystérie néo-maccarthyste au sujet de la Russie ". Il n'y a "aucune preuve concrète que ce que WikiLeaks publie vient des agences de renseignement", même s'il serait heureux d'accepter de tels matériaux.

    Aucune preuve, sauf des pierres jetées dans le jardin de Washington, le manque de fuites sur la "dictature du Kremlin" et la trace de supposés hackers russes dans le piratage des données du Parti Démocrate. D'ailleurs, outre Wikileaks, d'autres organisations ont également publié ces données. 

    Pourtant, vers la fin de l'article, le New York Times semble avoir enfin pris Vladimir Poutine la main dans le sac:

    "C'était la première fois que M. Poutine a pris le parti de M. Assange. Il a qualifié les accusations portées contre M. Assange de + politiquement motivées+" et a déclaré que le fondateur de WikiLeaks est "persécuté pour la diffusion de l'information qu'il a reçue de l'armée des États-Unis concernant les actions des États-Unis au Moyen-Orient, y compris en Irak."

    Si toutes les personnalités dont M. Poutine ne dit pas de mal émargent effectivement au FSB, il est vrai que les États-Unis ont du souci à se faire… Histoire d'enfoncer un peu le clou, le NYT rajoute quelques éléments qui n'ont rien à voir avec le sujet qui nous occupe. Le quotidien rappelle qu'en janvier 2011, le Kremlin a accordé un visa à M. Assange et qu'un fonctionnaire russe a suggéré que le lanceur d'alerte méritait le Prix Nobel de la Paix. Puis, "Après qu'en avril 2012, sous la pression américaine, Visa et MasterCard aient cessé d'accepter des dons pour le financement de WikiLeaks, Russia Today a commencé à diffuser un podcast intitulé +Le monde de demain+ avec M. Assange comme hôte".

    Un Prix Nobel de la Paix pour un lanceur d'alertes? Et pourquoi pas un Prix Nobel pour un dirigeant qui lance opération militaire sur opération militaire? Il n'y a pas de paix sans guerre? Et surtout sans guerre interminable contre la prétendue Main du Kremlin.


    Lire aussi:

    Quand Assange cloue le bec d'une journaliste US en parlant de la Russie
    Assange dénonce l'"hystérie antirusse" de la campagne de Clinton
    Un attentat contre Julian Assange?
    Affaire Clinton: Assange s'adressera au procureur général US
    Assange interrogé à l’ambassade d’Equateur à Londres
    Assange: voilà pourquoi la piste russe a émergé après la fuite de mails de démocrates US
    Présidentielle US: choléra ou gonorrhée, se demande Assange
    Présidentielle US: Assange annonce une nouvelle fuite d'informations
    Assange: le Parti démocrate US accuse la Russie pour cacher le contenu des e-mails
    Selon Assange, Clinton accuse la Russie pour masquer un mal plus profond
    Au cœur de la vie de Julian Assange: l’exposition de sa prison
    Selon Assange, WikiLeaks a assez de preuves pour traduire Clinton en justice
    Brexit: pour Julian Assange, l'Europe se portera mieux sans les Britanniques
    J'accuse! Assange dévoile un accord entre Google et Hillary Clinton
    Tags:
    La Main du Kremlin, La Faute Aux Russes, complotisme, lanceur d'alerte, fuites, accusations, Kremlin, New York Times, Julian Assange, Vladimir Poutine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik