Ecoutez Radio Sputnik
    Le dopage

    Quand les sportifs américains se dopent, ce sont les Russes qui trichent!

    © Sputnik. Ruslan Krivobok
    URL courte
    La Main du Kremlin
    par La Main du Kremlin
    12851195915

    Alors que quatre sportives US ont reconnu avoir pris des substances interdites, les médias non seulement prennent leur défense mais aussi accusent la Russie de tenter de discréditer les "leaders du sport mondial", alors qu'aucune preuve d'implication russe dans la fuite n'a été fournie. Vous ne voulez pas répondre aux questions? Accusez la Russie!

    La politique du "deux poids, deux mesures" est celle qu'a adoptée l’AMA, qui punit les athlètes russes et passe sous silence un "traitement bien particulier" de certains sportifs américains.

    Alors que le groupe de pirates informatiques Fancy Bear avait publié la veille les documents de la base de données de l'AMA qui révèlent que l'Agence couvrait le dopage des joueuses de tennis américaines Venus et Serena Williams, de la gymnaste américaine Simone Biles et de sa compatriote et joueuse de basket-ball Elena Delle Donn, les médias occidentaux pointent à nouveau la Russie du doigt. Au lieu d'expliquer comment les sportives qui avaient été contrôlées positives en août dernier n'ont pas été disqualifiées des JO de Rio, ils préfèrent évoquer une "vengeance russe". #Accusation gratuite

    Ainsi, le journal américain The Washington Post lie la dernière fuite avec le fait que le Comité international olympique (CIO)  a "disqualifié presque toute l'équipe russe" et ce, malgré le fait que seuls les athlètes russe n'ont pas participé aux JO 2016 et que le pays a tout de même fini 4e au classement des médailles des Jeux de Rio.

    Quant à la réponse des sportives américaines accusées de dopage, le quotidien l'a qualifiée de "caustique".

    Le journal britannique The Telegraph a été encore plus sévère dans sa rhétorique envers… la Russie, évoquant une "attaque criminelle des hackers russes" qui n'est qu'une réaction de Moscou au fait que "les paralympiens russes ont été mis au rencart des Jeux paralympiques", cette opinion étant partagée par l'observateur sportif de la BBC Dan Roan.

    Cependant, la BBC admet du bout des lèvres que la confiance qu'elle accordait aux sportifs américains est ébranlée…

    Le directeur de l'Agence américaine antidopage (USADA) Travis Tygart a été scandalisé par la fuite. Il a déclaré dans un communiqué qu'il était "impensable" que "les hackers russes aient obtenu illégalement des informations médicales confidentielles dans une tentative de salir les athlètes et de faire comme si elles avaient fait quelque chose de mal, alors que ce n'est pas vrai". 

    De surcroît, les médias occidentaux ont réussi à faire croire à leurs lecteurs que les sportifs qui avaient pris des substances interdites avaient tout à fait le droit de le faire, ce qui constitue un exploit digne d'une médaille olympique.

    Dmitri Peskov
    © Sputnik. Vladimir Astapkovitch

    Ainsi, le Huffington Post a intitulé son article "Simone Biles déclare fièrement qu'elle a le TDAH" et le texte applaudit la gymnaste car elle n'a pas eu honte de le dévoiler. 

    Et tous les titres parlent des hackers russes, alors que le Kremlin a officiellement nié "toute implication de Moscou, du gouvernement (russe) ou de tout service russe…  C'est hors de question".

    Moscou a souligné qu'il fallait éviter de tirer des conclusions superficielles et que les accusations sans preuves n'honorent aucune organisation".

    Quand les sportifs américains se dopent, ce sont les Russes qui trichent!
    © Sputnik.
    Quand les sportifs américains se dopent, ce sont les Russes qui trichent!

    Lire aussi:

    Autorisée à se doper, elle prend part aux JO: bravo, l’AMA!
    Passe-droits pour Biles et les sœurs Williams: l'impartialité de l'AMA mise à mal
    AMA piratée: Moscou exclut toute implication
    Dopage: loin de donner une explication intelligible, l’AMA accuse la Russie
    Serena et Venus Williams dopées mais couvertes par l'AMA, révèlent des hackers
    Dopage: 17 pays appellent à une réforme de l’AMA
    Sportifs-mutants, gare à vous! L'AMA est en alerte...

    Lire aussi:

    Dopage: les Fancy Bears piratent une lettre de McLaren au CIO
    Le chef de l’USADA qualifie l'AMA de «renard gardant son poulailler»
    Le CIO propose à l'AMA d'élire un président neutre
    Tags:
    La Faute Aux Russes, La Main du Kremlin, Fancy Bear, dopage, Agence américaine antidopage (USADA), Comité international olympique (CIO), Agence mondiale antidopage (AMA), Venus Williams, Simone Biles, Elena Delle Donne, Serena Williams, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik