URL courte
Par
170
S'abonner

Dans l'Associé du diable, film-phare des années Clinton, le jeune ambitieux joué par Keanu Reeves doit défendre un promoteur immobilier véreux (Eddie Barzoon, incarné par un acteur géant) accusé de plusieurs meurtres ; et il gagne.

Dans l'Associé du diable, film-phare des années Clinton (le babélien tour de table des associés du diable Pacino évoque les méphitiques agents de Goldman Sachs qui ont anéanti l'Europe — Sutherland, Draghi, Barroso, Rasmussen), le jeune ambitieux joué par Keanu Reeves doit défendre un promoteur immobilier véreux (Eddie Barzoon, incarné par un acteur géant) accusé de plusieurs meurtres; et il gagne. Le promoteur a un appartement situé sur central Park, et cet appartement de Trump Tower est celui de The Donald lui-même! Dans son commentaire, le réalisateur Taylor Hackford souligne comme ça au passage chez Donald Trump une attitude baronniale très appréciable. Trump a été traité de Moghol (mogul, un compliment là-bas) par Larry King, de Showman par Woody Allen qui a dit à Cannes que ce serait l'année d'Hillary. Le vieux briscard ne croyait pas si bien dire.

Trump a été le caméo (personnage célèbre qui intervient dans un film) préféré des stars hollywoodiennes (qui veulent aujourd'hui le fusiller, mais c'est trop tard pour tuer le golem, camarades) dans une vingtaine de films, et il apparaît dans la comédie fantastique de Ben Stiller Zoolander: le satanisme, la mode, la drogue, l'écologie, les Illuminés, la programmation mentale, le complot false flag, tout y est dans ce scénario qui se mêle de faire assassiner à New York le président de la Malaisie, le petit pays des Boeing disparus.

De mon livre sur Trump, je suis surtout satisfait de mon chapitre sur ses idées et ses réflexions, car j'ai dû absorber sa drôle de littérature de développement personnel. Donald Trump a lu ou s'est imprégné grâce à ses assistants de Sun Tzu, de Thoreau, de Jung, et il n'est jamais ridicule sur le plan de l'expression et de la réflexion. Il a eu la chance comme un autre hollywoodian candidate, Ronald Reagan, d'être considéré comme un idiot par les as de nos médias. C'est pourtant une bonne leçon de Sun Tzu: ne pas sous estimer, se faire sous-estimer.

On va voir si la machine affolée de la dynastie Clinton, machine à tuer, à racketter, à assassiner, à piller, à violer les ambassadeurs US va finalement s'enrayer faute de munitions (voyez la fin de Collateral: a bout de munitions, Tom Cruise s'éteint dans sa rame de métro). Et si Trump est élu on va voir s'il sera capable de renvoyer l'OTAN à sa place et de faire la paix avec la Chine et la Russie. Il faudra aussi qu'il sauve son peuple de toutes les menaces de l'horrible ère d'Ubu Obama.

Enfin il faudra qu'il tienne plus longtemps que le 22 novembre. Car si le 8 marque l'encroûtement à Stalingrad, le débarquement de Cherchell (et donc le tournant de la guerre), le 9 allemand l'abdication du Kaiser, la nuit de cristal ou la chute du mur, le 22 marque l'assassinat de JFK.

Si Trump gagne, nous ne savons pas si nous aurons la troisième guerre mondiale. Mais nous fêterons nous notre victoire: celle du web démocratique contre la presse oppressante aux ordres des oligarques.

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Il traite ses copains de «fils de porcs» dans le 93, sa mère refuse de s'excuser auprès de l'enseignant et l'insulte
Un Toulousain diffuse la photo du professeur décapité et finit derrière les barreaux
L’Élysée dénonce les propos «inacceptables» d'Erdogan contre Macron
Tags:
Hollywood, Donald Trump, Hillary Clinton, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook