Ecoutez Radio Sputnik
    Angela Merkel

    Angela Merkel enfin mise à nu

    © REUTERS/ Fabrizio Bensch/Files
    URL courte
    Nicolas Bonnal
    par Nicolas Bonnal
    124272374

    Angela Merkel sème le vent en Europe et récolte la tempête.

    La lubie migratoire de la chancelière en fer blanc s'est transformée an dictature multiculturelle obligatoire (les allemands doivent s'adapter, pas l'inverse) dans la logique Soros-Obama, même si cette hydre à deux têtes est maintenant à l'agonie.

    Angela Merkel est une énigme. Voyez la vie de son père, venu de l'ouest pour jouer au pasteur à l'est, qui disposait de deux voitures de fonction et d'une totale liberté de mouvement. Pion communiste, Merkel ensuite joue à la chrétienne démocrate, avant de trahir Helmut Kohl et de s'imposer comme candidat néocon aux ordres de Washington, alors que son second mari bosse pour une boîte (Accelrys) liée au Pentagone et cotée au Nasdaq. Tout cela se vérifie sur Wikipédia, pas besoin de faire jouer la théorie de la transpiration qu'on laissera à la presse-système.

    Qui veut comprendre Merkel doit lire sa lettre au Washington Post, publiée le 20 février 2003. Je cite la future qui écrit en anglais. Merkel, télécommandée par le méphitique agent d'influence Jeffrey Gedmin, y étale son adoration pour Bush et menace la France trop rebelle de Jacques Chirac et Dominique de Villepin.

    « The United States is the only remaining superpower, but even so it will have to rely on dependable partners over the long term. Germany needs its friendship with France, but the benefits of that friendship can be realized only in close association with our old and new European partners, and within the transatlantic alliance with the United States. »

    La caporale reprend le lemme du vétuste modèle thatchérien (There is no alternative):

    « There is no acceptable alternative to this way forward at the beginning of this new epoch. »

    La Merkel devait saboter le lien entre Paris, Berlin et Moscou, et c'est pourquoi elle fut mise au pouvoir, alors qu'impopulaire elle n'avait pas gagné les élections. Depuis elle fut réélue grâce aux résultats économiques des réformes adoptées en leur temps par le chancelier Schroeder, ami de la Russie d'ailleurs!

    Autoritaire et humanitaire (ça va ensemble), Merkel incarne le péril féministe; voyez L'Express qui évoque dans une manchette débile ces femmes qui sauvent le monde. En réalité si nous avions eu Hillary Clinton au pouvoir, nous aurions déjà la guerre mondiale. Merkel incarne l'esprit de la nursery décrit en 1921 par Chesterton lors de son voyage en Amérique (What I saw in America, voyez sur Gutenberg.org). Pour Chesterton la féministe (la fasciste ou la bolchéviste au féminin) considère le citoyen comme un enfant, plus comme un citoyen.

    Je cite le maître qui s'exprime dans un anglais de gazette:

    « And as there can be no laws or liberties in a nursery, the extension of feminism means that there shall be no more laws or liberties in a state than there are in a nursery. The woman does not really regard men as citizens but as children. She may, if she is a humanitarian, love all mankind; but she does not respect it. »

    La trique dans une main, les rares sucreries dans l'autre. Les peuples en Europe sont en effet toujours traités comme des enfants, et menacés s'ils se montrent récalcitrants. Les arguments de nos élites reproduisent en continu cet insupportable schéma matriarcal (matriarcal et non maternel comme on va voir).
    Lagarde est là pour financer l'Ukraine, Clinton la guerre, Merkel incarne la soumission et le TTIP; Theresa May est mise là pour liquider le Brexit. Le fascisme à la sauce mondiale prend un visage féministe. Car le féminisme est une métastase du totalitarisme postmoderne. On retrouve comme toujours Tocqueville et son pouvoir prévoyant, tutélaire et doux, qui cherche à nous fixer dans l'enfance. Ces froides fonctionnaires sans enfant remplissent nûment leur tâche ingrate, oubliant au passage que l'homme a été créé égal à la femme!

    On espère se débarrasser de Merkel en 2017 avec M. Seehofer. L'analyste américain Wayne Madsen écrivait à ce propos:

    « Avec les rêves euro-atlantistes des mondialistes quotidiennement brisés, Seehofer voit évidemment sa chance de prendre la barre de l'Allemagne des mains d'une Merkel de plus en plus impopulaire et de diriger le pays vers un « atterrissage en douceur » à la suite de la dissolution de l'UE. »

    Et ce n'est pas encore fait hélas. Le système étatique allemand accable les contribuables, poursuit les internautes, persécute les familles, relâche les violeurs (voyez l'intervention de Poutine à ce sujet). Il devient tyrannique pour appuyer la dérive de la chancelière muée en femme la plus impuissante du monde, car les gros animaux blessés sont les plus dangereux.

    Le système Juncker-Merkel-Schultz (Schultz est le « kapo » de Silvio Berlusconi, dernier PM élu en Italie) repose sur l'anéantissement de la citoyenneté. Il n'est pas encore aplati. Espérons que les Allemands se réveillent pour la liberté européenne, celle qui repose sur la solidarité des peuples et l'amitié avec la Russie, pas sur la guerre avec Moscou et une bureaucratie de bunker.

     

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

     

     

     

    Lire aussi:

    De quoi discuteront Poutine et Merkel à Sotchi?
    Angela Merkel en Russie: une visite controversée
    Au terme du G7, Merkel en conclut que l’Europe doit prendre son destin en main
    Tags:
    Hillary Clinton, Angela Merkel, Europe, Allemagne, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik