Ecoutez Radio Sputnik
    Livres Ouverts

    Littérature et conspiration (de Platon à Céline). Présentation

    © Flickr/ martingreffe
    URL courte
    Nicolas Bonnal
    par Nicolas Bonnal
    0 112

    Les grands auteurs à l'âge des complots… Il s'agit d'une étude des auteurs américains, russes ou européens face à la sensation de complot depuis trois siècles ou plus.

    Nous sommes dans une civilisation qui est une post-civilisation, et qui veut mettre fin à l'histoire en général et à l'humanité en particulier. Et cela s'est dessiné depuis des siècles, depuis la Renaissance sur fond de déclin du christianisme, d'utopisme planétaire, de quête du profit, de prêche humanitaire, de science sans conscience.

    Platon invente la théorie de la conspiration avec son fameux mythe de la caverne. La réalité qui défile est un simulacre, comme le bandeau CNN. Les grands auteurs ont tous deviné ce qui se tramait, de Cervantès à Jack London en passant par Chesterton ou Chateaubriand. Comment progresse cette conspiration (volonté de respirer ensemble, fût-ce un air irrespirable) de la civilisation moderne, comment elle s'agence, comment elle se dénonce (Augustin Cochin, Tocqueville), tel est l'objet du présent ouvrage. Nous partons aussi de cette constatation: la conspiration séculaire offre un air de présent permanent, surtout depuis le début du siècle des Lumières (Montesquieu).

    On observera une similitude frappante entre ces auteurs venus de siècles et d'horizons divers. C'est que la conspiration des banques, de la technologie, du pouvoir et du contrôle ne dort pas, et que ceux qui ne dorment pas la voient. D'où la violence d'un La Boétie. Cette étude peut approcher les complots des milliardaires humanitaires, en réétudiant John Buchan et ses trente-neuf marches, ou bien Jack London, sûr critique des oligarchies humanitaires.

    Le livre montre aussi qu'elles peuvent aussi être diffuses, ces conspirations. Medium is message a dit Macluhan et nous nous retrouvons dans un monde techno-altéré qui n'a plus rien d'humain, comme le labyrinthe crétois réservé au minotaure. On appréciera par exemple Daudet qui nous révèle dans son Tartarin dans les Alpes que la Suisse n'existe plus; elle est un décor de théâtre truqué pour riches touristes et nihilistes… Dostoïevski révèle aussi l'envers des réseaux de chemins de fer qui vont voler nos sources de vie encore mieux qu'à Tchernobyl. Villers de l'Isle-Adam a pourfendu dans ses Contes cruels la crétinisation par l'électricité, la presse et la publicité, qui aboutiront à un conditionnement apte à nous jeter dans les guerres d'extermination de la modernité.

    Le livre donc recense à partir de Platon et de sa caverne, jusqu'à Chesterton ou le binôme Céline-Bernays (découvrez ce chapitre très incisif) les grandes étapes du conditionnement des esprits, et la manière qu'ont choisi les génies de nos littératures, en dépit des mensonges officiels, de le combattre.

    Nota: la théorie de la conspiration ne fut pas toujours diabolisée. Elle était même un enseignement du Vatican, quand ce dernier dénonçait le monde moderne au lieu d'y collaborer. Plusieurs papes ont publié des textes contre les agissements des sociétés conspiratrices. On le rappelle ici.

     

    Littérature et conspiration: les grands auteurs à l'âge des complots (Dualpha, Kindle)

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

     

    Lire aussi:

    Basil Liddell Hart et la calamiteuse guerre occidentale
    Hitler et les origines du néo-totalitarisme
    Comment les anglo-saxons créèrent le nazisme à Versailles (suite)
    Tags:
    auteur, littérature, livres, complot
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik