URL courte
Par
7164
S'abonner

Depuis le début de son mandat, Donald Trump a montré l’image d’une politique brouillonne, affirmant une chose puis son contraire, se réjouissant du Brexit et de l’éventuel éclatement de l’Europe pour affirmer son attachement à l’UE le lendemain etc… Sa décision de bombardement unilatéral de la Syrie est infiniment plus grave.

Sur un plan stratégique, c'est une erreur d'appréciation qui peut aboutir à déclencher une guerre "chaude". Explications.

Certains pensaient, moi le premier, qu'avec l'élection de Trump au dépens d'Hillary Clinton s'ouvrait une nouvelle ère, riche de potentialités d'améliorations pour les relations internationales. Hélas, il nous faut très vite déchanter. Si cela continue, nous regretterons Barack Obama…

Passons sur la servilité de Berlin, Londres et Paris, qui ont approuvé sans réserve un acte de guerre unilatéral, sans informer le Conseil de sécurité de l'Onu, au mépris de toutes les règles de droit international et même… américain, sur la base d'allégations non démontrées à ce jour.

Une décision stratégique lourde de menaces.

Lorsque l'on étudie la stratégie géopolitique, on apprend qu'il ne faut jamais mettre l'adversaire dos au mur, et qu'il faut toujours conserver une issue. Sinon la géopolitique se transforme en stratégie militaire, c'est à dire en confrontation "chaude".

Essayons de raisonner sur cette affaire froidement, comme dans un jeu d'échecs.

Les USA ont donc frappé la Syrie militairement. Israël en a fait de même quelques semaines auparavant. Imaginons que les USA frappent à nouveau? Ce serait catastrophique pour la Russie et ses alliés. Cela signifierait que la défense russe n'est pas efficace, et que ses systèmes de défense sont incapables de les protéger. Cette perspective est totalement inacceptable. Il en va de la crédibilité même de la diplomatie russe et de sa dissuasion. En cas de nouvelles attaques, ceux-ci seraient donc contraints de riposter.

Coté américain maintenant. Si Trump cesse ses bombardements, craignant une riposte russe, il perd la face par rapport aux "faucons" américains. Il sera donc tenté de continuer, avec tous les risques d'escalade: pour dire les choses, un risque de guerre ouverte.

Donald Trump a donc pris une décision en évaluant mal les risques, pouvant entraîner une escalade incontrôlable. Les guerres naissent ainsi. Espérons qu'il récupérera son sang froid, car la situation pourrait devenir explosive…

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Lire aussi:

Mort de George Floyd: le gouverneur du Minnesota annonce la mobilisation totale de la Garde nationale
Les violences urbaines s'étendent, et avec elles les territoires perdus de la République?
Les Français font davantage confiance à Didier Raoult qu’à Olivier Véran, selon un sondage
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook