Ecoutez Radio Sputnik
    Le dernier jour de Pompéi

    Comment la nature a changé le cours de l'histoire du monde

    CC0 / Wikipedia
    URL courte
    par redlynx
    0 33151

    Les cataclysmes naturels marquent parfois l'histoire à jamais en changeant le climat de notre planète, en entraînant la mort de civilisations entières ou des migrations massives de population. Parfois, ils aident aussi à stopper des épidémies.

    La disparition de l'Atlantide

    L'éruption du volcan de l'île de Santorin est certainement la plus marquante de l'histoire de l'humanité: elle a détruit la majeure partie de l'île et entraîné la disparition de toute une civilisation située à proximité sur l'île de Crète — la civilisation minoenne. Le soufre volcanique a recouvert les champs et a mis un terme à l'agriculture dans cette zone. Cette éruption volcanique parmi les plus puissantes de l'histoire a conduit à l'apparition de versions scientifiques intéressantes: ainsi, certains chercheurs pensent que l'île de Santorin et la légendaire Atlantide dont parlait Platon désignent le même lieu. Selon d'autres versions, la colonne de feu aperçue par Moïse était justement l'éruption de Santorin, et la mer s'est écartée suite à l'immersion de Santorin dans l'eau. La dernière fois que le volcan a montré des signes d'activité remonte à 1886: des morceaux de lave étaient alors projetés jusqu'à 500 m d'altitude. Cette éruption avait provoqué l'apparition de plusieurs îles.

    Le dernier jour de Pompéi

    Aucun habitant de la ville romaine de Pompéi ne soupçonnait que le Vésuve surplombant la ville était un volcan dormant. Il était considéré comme une montagne ordinaire de forme étrange — comme si son sommet avait été pressé vers l'intérieur pour former une cavité. Depuis longtemps entouré d'arbres, tout le monde ignorait qu'il s'agissait d'un cratère volcanique.

    Aristote, qui avait visité Pompéi bien avant l'éruption, fut le premier à émettre cette hypothèse. Il avait même averti les habitants que le Vésuve était un volcan mais cela n'avait eu aucun effet. Même après le puissant séisme du 5 février 62, presque 10 ans avant le réveil du Vésuve, aucune action n'avait été entreprise. Il s'agissait manifestement des premiers signes d'un cataclysme imminent.

    L'éruption légendaire qui a submergé plusieurs villes a commencé dans la journée du 24 août 79 et a duré près de 24 heures. Pline le Jeune écrivait: «Un grand nuage noir s'avançait rapidement… des flammes longues et fantastiques s'en échappaient, faisant penser à des éclairs de foudre, mais bien plus grands».

    La puissance de l'éruption du Vésuve dépasse celle de l'explosion de la bombe atomique à Hiroshima. Il est difficile d'établir le nombre exact de morts causées par ce cataclysme. De nombreux habitants ont quitté la ville avant la pluie de cendre meurtrière qui a recouvert Pompéi — mais manifestement une grande partie de la population a été tuée en tentant de s'échapper par bateau.

    Krakatoa

    L'explosion et l'éruption du volcan Krakatoa le 27 août 1883 continue d'impressionner par sa puissance et sa destruction phénoménales. Le tsunami de 30 mètres provoqué par l'explosion a conduit à la mort d'environ 36.000 personnes sur les îles voisines. 295 villes et colonies ont été balayées par la mer. La force de l'explosion du volcan (6 sur l'échelle VEI), selon les géologues, était 10.000 fois plus puissante que celle qui détruira Hiroshima le siècle suivant, et était équivalente à l'explosion de 200 mégatonnes de tolite. Le bruit de l'explosion a été entendu sur 8% du territoire de la planète, le flux pyroclastique qui s'est dirigé vers le nord du volcan et a emporté 2.000 vies s'élevait à 900 m. La cendre volcanique emportée par le vent est retombée 10 jours plus tard à 5.330 km du lieu d'éruption (approximativement la distance qui sépare Moscou du Baïkal). L'atmosphère de toute la planète a été perturbée par l'explosion pendant plusieurs jours. La vague d'air suscitée par l'éruption, selon différentes informations, a fait entre 7 et 11 fois le tour de la Terre.

    Le grand incendie de Londres

    Toutes les grandes catastrophes ne sont pas naturelles. Le facteur humain peut parfois être aussi nuisible qu'une éruption volcanique. C'est ce qui s'est produit à Londres en septembre 1666. L'incendie qui a démarré le 2 septembre dans le quartier de la Cité suite à une inadvertance du boulanger Thomas Farriner a détruit en quelques jours le tiers de la ville et, par miracle, a épargné l'aristocratique Westminster et le palais royal.

    Le deuxième jour, les flammes ont atteint le centre financier de Londres. Une partie de l'or conservé dans les banques a fondu ou a été volé, ce qui a porté un grave préjudice à l'économie anglaise. Il est difficile d'évaluer le nombre de victimes de l'incendie de Londres — personne ne recensait les pauvres qui s'installaient dans des cabanes à toit de paille, d'autant qu'une grande partie des ossements a été détruite par le feu avec les maisons. On sait que sur 80.000 habitants de Londres, près de 70.000 sont restés sans abri. Toutefois, les conséquences de l'incendie n'ont pas été que négatives. Les flammes ont éliminé les rongeurs et stoppé la peste qui sévissait dans la ville en 1665-1666.

    Université Lomonossov de Moscou
    © Flickr/ Alexey Kljatov
    Le séisme de Shaanxi

    Le plus important tremblement de terre de l'histoire de l'humanité s'est produit le 23 janvier 1556 dans la province de Shaanxi au centre de la Chine. Sa magnitude est évaluée à 11 sur l'échelle de Richter. La destruction a frappé les territoires dans un rayon de 500 km de l'épicentre dans la vallée de la rivière Wei He. Dans certaines régions de la province, notamment là où les habitants vivaient dans des grottes de calcaire qui se sont effondrées dès les premières secousses, il n'y a pas eu de survivants. Dans d'autres régions la mortalité a atteint 60%. Au total, la catastrophe naturelle a fait 830.000 morts.

    Les inondations dans le centre de la Chine

    Le plus grande catastrophe naturelle de l'histoire de l'humanité est l'inondation dans le centre et au sud de la Chine en 1931 qui a tué près de 3,7 millions de personnes et touché plus de 50 millions d'habitants.

    Après la longue sécheresse de 1928-1930 l'hiver avait été particulièrement enneigé. Le printemps de 1931 a été marqué par des précipitations record, et l'été par un nombre record de cyclones: 7 en juillet, la norme étant deux cyclones par an. En juillet, les plus grands fleuves chinois Yangzi, Huai He et Huang He (Fleuve jaune) ont débordé, et dans la nuit du 25 août ils ont atteint le Grand canal et ont balayé les barrages, noyant près de 200.000 personnes qui dormaient à ce moment-là.

    De nombreux corps non enterrés par temps chaud ont provoqué la propagation d'épidémies — typhus, choléra. La pénurie alimentaire a même conduit à certains cas d'infanticide et de cannibalisme.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Près de Naples, un «super volcan» prêt à entrer en éruption
    Ces «gonflements volcaniques» en disent long sur une éventuelle éruption
    Fumée sur le Vésuve: une photo déclenche l'émoi sur la Toile
    Tags:
    inondations, séisme, incendie, Chine, Londres, Pompéi, Atlantide
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik