Ecoutez Radio Sputnik
    Le canal de Moscou

    Le canal de Moscou au fil de l'histoire

    © Sputnik. Maksim Blinov
    URL courte
    par redlynx
    180

    Ce canal reliant la Moskova à la Volga a fait de la capitale un port de cinq mers, a permis d'alimenter en eau des millions de Moscovites pour des générations d'avance et a relié deux capitales par la mer. L'idée, née à l'époque de Pierre le Grand, a été mise en œuvre par les prisonniers du camp de Dmitrov.

    Approvisionner Moscou en eau

    Dans les années 1930, il était évident que l'approvisionnement en eau de la ville était insuffisant même en voyant les quais de la Moskova: il était possible de traverser le fleuve à gué près du mur du Kremlin. Les réservoirs Khodynski, Preobrajenski, Andreevki, Artezianski, Mytichtchinski et Roublevski suffisaient à peine: ils apportaient l'équivalent de 15 millions de seaux par jour, ce qui était trop peu pour une population de 3 millions d'habitants et le développement industriel. Pendant les sécheresses la distribution d'eau était limitée.

    Le canal de Moscou au fil de l'histoire
    © Sputnik. Yuryi Abramochkin
    Le canal de Moscou au fil de l'histoire
    En 1931, le Comité central a décidé: «Il faut radicalement régler le problème d'irrigation de la Moskova en la reliant à l'amont de la Volga. Le Comité d'État pour la planification et le Commissariat populaire au transport maritime doivent immédiatement commencer la mise au point du projet de construction pour lancer dès 1932 les travaux qui permettront de relier la Moskova à la Volga.»

    Le pont aquatique

    Le principal problème pour tous les hydrologues planchant sur le projet de jonction de Moscou avec la Volga était posé par la hauteur de Dmitrov, qui se situe à 60 mètres au-dessus du niveau de la Moskova. Les ingénieurs ont décidé qu'il était impossible de creuser un canal aussi profond, qui plus est sur plus de 100 km de longueur. Il fallait faire passer l'eau au-dessus en construisant une sorte d'aqueduc de Stroguino à Doubna pour faire monter l'eau des fleuves, et pour cela bloquer la Volga par un barrage près de l'embouchure de la Doubna — au niveau du village d'Ivankovo. C'est ainsi qu'est apparu le réservoir Ivankovskoe d'où une partie de l'eau coulait dans son lit d'origine, et une partie a dévié vers le lit artificiel en direction de la Moskova.

    La réalisation

    Le canal de Moscou au fil de l'histoire
    Le canal de Moscou au fil de l'histoire
    Voici quelques chiffres pour comprendre l'ampleur des travaux qui ont été nécessaires pour la mise en œuvre de ce projet. 240 sites d'hydro-infrastructure ont été construits: des écluses, des barrages, des réservoirs, des centrales hydroélectriques, trois ports et de nombreux quais. C'est à cette époque qu'ont fait leur apparition les lacs artificiels appréciés par les Moscovites: Ikchinskoe, Outchinskoe, Pialovskoe, Petovskoe, Kliazminskoe et Khimkinskoe.

    En parallèle ont été construits des points, des routes, des voies ferroviaires, des bifurcations, des tunnels, dont Touchinski. Le site le plus novateur à l'époque était le pont ferroviaire de la ligne Moscou-Riga, dont les travées avaient établi un record de longueur en URSS — seul le pont espagnol sur l'Esla le devançait.

    Le lit était creusé par 200 bulldozers — un nombre sans précédent sur un chantier. Les trains pouvaient livrer jusqu'à 50.000 tonnes de fret à la fois, 200 millions de mètres cubes de terre ont été creusés et 7 millions de tonnes de béton ont été coulées.

    La main d'œuvre

    La principale main d'œuvre de ce chantier titanesque était constituée des prisonniers des goulags — les camps de travail forcé. Alexandre Soljenitsyne décrit la situation dans L'Archipel du Goulag: «On dit que pendant l'hiver de 1931-1932 près de 100.000 personnes sont mortes pour construire le canal de la mer Blanche, alors que la construction du canal Moscou-Volga a duré deux fois plus longtemps — on peut s'imaginer combien de nos compatriotes reposent le long de ce canal.»

    Le canal de Moscou au fil de l'histoire
    © Sputnik. Maksim Blinov
    Le canal de Moscou au fil de l'histoire
    Les travailleurs étaient formés rapidement sur place pendant des stages organisés à Dmitrov près du chantier, dans 43 spécialités. Près de 290.000 personnes ont effectué ces stages jusqu'en 1936. Au vu du manque de cadres, les prisonniers ayant une spécialité étaient affectés aux postes à responsabilité. A l'issue de la construction il a été décidé de libérer 55.000 personnes pour leur travail dévoué, mais cela ne concernait pas les prisonniers condamnés en vertu de l'article 58 (activité contre-révolutionnaire), qui ont été envoyés sur d'autres chantiers pour construire des canaux.

    Fermer la Volga!

    Ces travaux ont pris fin au printemps 1937. Le 23 mars, la Volga a été bloquée: complètement pendant trois minutes, puis le barrage a été progressivement ouvert pour envoyer l'eau dans son lit d'origine tout en remplissant le réservoir. Deux semaines plus tard, la mer de Moscou s'est remplie et l'eau a été envoyée en direction de Moscou. Le canal a été rempli le 17 avril, le niveau de la Moskova est monté de trois mètres, et pendant les fêtes de mai les premiers bateaux de voyageurs ont traversé le canal jusqu'au Kremlin.

    Jusqu'en 1947 le canal n'avait pas de nom, et il a été baptisé à l'occasion du 800e anniversaire de la capitale. On dit que contrairement à toute autre construction de ce genre, le canal de Moscou n'a pas significativement dégradé l'état écologique de la région de Moscou et que c'est même le contraire par endroits. Si ce n'est que parfois, l'eau délave les fosses communes de prisonniers défunts.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Le département d'État évoque des «incidents dangereux» dans le ciel syrien
    Poutine connaît désormais les meilleurs coins de pêche de Russie
    Guerre de l’eau: les zones des futurs conflits identifiées
    Tags:
    Canal de Moscou, la Moskova, Volga, Moscou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik