Ecoutez Radio Sputnik
    Une jeune fille, image d'illustration

    Le mystère de la princesse de Tissoul, «endormie depuis des millions d'années»

    CC0 / Pixabay/ Free-Photos
    URL courte
    par redlynx
    192

    Même les scientifiques ont parfois du mal à élucider certains mystères qui jalonnent l'histoire de l'humanité. C'est le cas de la princesse de Tissoul, dont on ignore toujours de quoi il s'agit: une invention réussie ou un scoop minutieusement caché?

    Cette histoire est apparue pour la première fois dans le journal Arkaïm. Son auteur, Oleg Koulichkine, s'était entretenu avec un voyageur qui prenait le même train que lui, et a décidé d'écrire les informations que ce dernier avait partagées avec lui. Ce facteur, déjà, fait hésiter à prendre l'histoire au sérieux. D'après ce récit, en 1969, l'ouvrier Karnaoukhov a découvert un sarcophage étrange pendant l'exploitation d'une mine de charbon du village de Rjavtchik, dans la région de Kemerovo.

    La trouvaille était enfouie à 70 m de profondeur et se présentait sous la forme d'un sarcophage de 2 m de long. En l'ouvrant, les travailleurs ont découvert une femme plongée dans un liquide rosâtre. Elle avait un physique européen et portait des vêtements blancs. Mais c'est ensuite que le plus étrange a commencé: les services spéciaux, la police, les militaires et les pompiers sont rapidement arrivés. L'endroit de la découverte a été bouclé, le sarcophage a été chargé à bord d'un hélicoptère et plus personne ne l'a revu. Curieusement, ils ont d'abord voulu vider le liquide, mais sans celui-ci le corps de la jeune femme devenait noir. Ils l'ont alors reversé dans le sarcophage.

    Cette histoire a été rapidement entourée de rumeurs, qui ont intéressé les médias des années plus tard. Plusieurs journalistes ont même mené une investigation sur place dans le village de Rjavtchik. En 1973, quand l'histoire était déjà oubliée, les militaires ont organisé des recherches d'envergure dans cette zone. Le brouhaha s'était apaisé et les recherches n'avaient pas attiré l'attention.

    Que cherchaient les militaires? Selon les rumeurs, un certain professeur se serait rendu dans le village en qualifiant la princesse de Tissoul de «trouvaille cruciale capable de changer le cours de l'histoire». Il a déclaré que cette découverte pourrait être âgée de 800 millions d'années. Mais ce n'est pas possible: la période carbonifère a commencé il y a seulement 360 millions d'années. De plus, toutes les investigations ont montré qu'il n'y avait aucune preuve tangible: les témoignages divergent et, en même temps, apportent tous trop de détails.

    L'auteur de l'article, Oleg Koulichkine a révélé sa découverte à un ex-agent du KGB. Qui est-il, où est-il, d'où le sait-il — cela reste un mystère. Certains spécialistes pensent que la princesse de Tissoul est confondue avec la princesse de l'Altaï — une vraie découverte, dont l'âge avoisine les 2.500 ans.

    Croire ou non, c'est à chacun de décider. Cette histoire contient trop de taches blanches sans aucune preuve.

    Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

    Lire aussi:

    Les internautes veulent goûter au liquide d’un mystérieux sarcophage noir trouvé en Egypte
    Le mystère d’un sarcophage en granit noir découvert en Égypte élucidé
    Un sarcophage égyptien vide ne s'avère pas si vide que ça
    Tags:
    rumeurs, princesse, mystère, histoire, Kemerovo, URSS
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik