Ecoutez Radio Sputnik
    Des bouteilles de bière

    Une bière à base… de sel marin élaborée au Canada

    © Sputnik .
    Canada
    URL courte
    252

    Un couple de Canadiens qui vend du sel de l'océan Atlantique et leur ami, un brasseur, ont décidé de s'associer pour réaliser une bière à base de sel marin dont la distribution commerciale est prévue pour le mois de mai.

    Les Canadiens Colin et Audrey Duggan ont lancé, il y a trois ans, une petite entreprise qui vend du sel marin en ligne et dans des épiceries spécialisées au Canada. Leur ami, Stefan Gagliardi, qui travaille dans une des plus vieilles brasseries du continent, Alexandre Keith's, cherchait une bière qui irait avec du homard.

    «D'habitude, on marie le homard avec du champagne, mais cela est coûteux et je voulais une alternative moins chère», a déclaré M.Gagliardi à l'AFP.

    C'est en goûtant un homard avec une Gose, une bière particulière qui se trouve surtout en Allemagne et qui est brassée avec des épices, du sel et du blé, qu'il a décidé d'utiliser le sel de l'entreprise Duggan pour créer Le Passage, bière aux accents marins.

    Les Gose, amères et salées, reviennent aujourd'hui sur le devant de la scène, que ce soit en Amérique du Nord ou en Jordanie, où la première microbrasserie du pays, Carakale Brewing Company, utilise du sel de la mer Morte.

    «Les saveurs que vous obtenez de ce sel sont uniques, et ils rendent la bière unique», a encore déclaré Stefan Gagliardi, ajoutant que la boisson avait «une acidité citronnée, un côté sec accentué par la salinité».

    La première livraison de la bière est prévue pour début mai, a précisé l'AFP.

    Lire aussi:

    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Qu'a dit Poutine sur les Gilets jaunes que les médias français ont omis?
    La justice italienne ordonne la saisie du navire Open Arms
    Tags:
    homard, sel, boisson, brasserie, bière, livraisons, blé, AFP, mer Morte, Canada, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik