Ecoutez Radio Sputnik
    Justin Trudeau

    Avant-goût électoral au Canada: les conservateurs distancent Trudeau

    © REUTERS / Remo Casilli
    Canada
    URL courte
    Par
    7150
    S'abonner

    Au Canada, des élections fédérales sont prévues au plus tard en octobre 2019 et les partis politiques semblent déjà entrés en campagne. En avance dans les sondages, les conservateurs ont le vent en poupe. Ils s’imposent aussi au niveau provincial, autre signe de faiblesse des libéraux de Trudeau. L’analyse de Sputnik.

    Les prochains mois s'annoncent difficiles pour le Premier ministre canadien. Le scandale SNC-Lavalin a beau se tasser dans les médias, Justin Trudeau peine à faire remonter le Parti libéral du Canada (PLC) dans les sondages. En début d'année, les libéraux étaient au coude-à-coude avec les conservateurs, mais l'écart s'est graduellement creusé depuis en faveur de ces derniers.

    À l'approche de la prochaine campagne électorale, la nervosité est palpable dans les rangs libéraux. Signe de cette nervosité, Trudeau a commis plusieurs erreurs de communication dans les dernières semaines.

    Pourtant doué pour ce genre d'exercice, Trudeau s'est fait doubler devant les caméras par son homologue québécois, François Legault, dans les régions québécoises touchées par les inondations. Sur le terrain, le Premier ministre québécois a été mieux perçu que Trudeau, ce qu'ont souligné de nombreux observateurs. Face aux journalistes, Trudeau s'est même fait apostropher par un bénévole mécontent, lui reprochant le caractère superficiel de ses opérations médiatiques. Un point de vue souvent repris sur les réseaux sociaux.

    L'avance des conservateurs au niveau national n'est toutefois pas insurmontable pour les libéraux, d'autant plus que ces derniers mènent toujours au Québec, province clé du système électoral canadien. Le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, ne fait pas non plus l'unanimité dans le pays. Si les conservateurs fédéraux sont en avance par rapport aux autres partis, leur chef ne serait pas particulièrement populaire auprès des électeurs. C'est du moins ce que montre un sondage de la firme Léger, rendu public le 28 avril dernier. Les conservateurs peuvent compter sur leur programme, mais pas nécessairement sur la personnalité de leur chef.

    Bataille de programmes, guerre de personnalités

    La bataille n'est pas perdue pour Trudeau, mais la deuxième moitié de son mandat a été marquée par le retour du conservatisme à l'échelle provinciale. L'élection de Premiers ministres aux tendances conservatrices, dans des provinces importantes comme l'Ontario, le Québec et l'Alberta, est un mauvais présage pour Trudeau. Si les libéraux fédéraux peuvent toujours compter sur le charisme de leur chef, ils ne peuvent plus compter sur leurs homologues pour défendre leur vision dans ces trois grandes provinces.

    En juin 2018, l'Ontario a élu le conservateur Doug Ford au poste de Premier ministre. En octobre de la même année, le Québec a élu Premier ministre François Legault. Sans se dire conservateur, M. Legault souhaite affranchir le Québec du multiculturalisme canadien, un principe cher aux libéraux fédéraux. Dans cette optique, François Legault a fait déposé une loi sur la laïcité de l'État, à laquelle s'oppose son homologue fédéral. Fidèle à l'héritage libéral de son père, l'ex-Premier ministre Pierre Elliott Trudeau, Justin Trudeau estime toujours que cette loi brime les droits individuels.

    Fin avril dernier, l'élection de Jason Kenney en Alberta est venue empirer la situation. Le chef du Parti conservateur uni conteste fortement les politiques environnementales des libéraux, qui nuisent selon lui à l'économie du pétrole albertain. Ancien ministre fédéral conservateur, M. Kenney menace même de revoir le système de péréquation, un symbole de l'unité canadienne. Ce système redistribue les recettes fédérales à travers tout le Canada, transférant des fonds des provinces les plus riches vers les plus pauvres.

    «Nous avons élu un gouvernement qui défendra les intérêts de l'Alberta et obtiendra une entente juste pour l'Alberta dans ce grand pays», a averti M. Kenney lors de son discours de victoire, le 17 avril dernier.

    Pour en rajouter, le 23 avril dernier, les électeurs de l'Île-du-Prince-Édouard ont accordé leur confiance au conservateur Dennis King. Les conservateurs étaient dans l'opposition depuis douze ans dans cette petite province de l'est. Quant aux libéraux, ils sont arrivés troisièmes derrière le Parti vert, une première dans l'histoire de cette formation. Sept provinces sur dix sont maintenant dirigées par des Premiers ministres aux tendances conservatrices.

    Dans ce contexte, Justin Trudeau devra redoubler d'efforts pour convaincre les Canadiens de lui confier un deuxième mandat. Il devra non seulement récupérer des électeurs tentés de voter plus à droite, mais aussi des électeurs tentés de voter plus à gauche, en particulier ceux préoccupés par l'environnement. Le bilan environnemental de Trudeau est très critiqué alors que le mouvement écologiste est plein essor. Dans ce contexte, il ne serait pas étonnant que de nombreux citoyens déçus délaissent le Parti libéral pour le Parti vert ou le Nouveau Parti démocratique. 

    Tags:
    Doug Ford, Andrew Scheer, François Legault, Justin Trudeau, Québec, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik