Ecoutez Radio Sputnik
    déchets

    Guerre des poubelles: après les Philippines, la Malaisie rabroue le Canada

    © AFP 2019 Pierre-Pilippe Marcou
    Canada
    URL courte
    Jérôme Blanchet-Gravel
    12371

    Après les Philippines, la Malaisie a sommé le Canada de récupérer ses déchets qui lui ont été envoyés par conteneurs entiers. Il y a quelque temps, des déchets canadiens aux Philippines causaient un incident diplomatique entre Manille et Ottawa. L’image du Canada, un grand producteur de déchets, se décompose en Asie du Sud-Est...

    À l'approche de la prochaine campagne électorale, Justin Trudeau n'avait pas besoin d'une histoire de déchets pour son image de dirigeant vert et progressiste… Une histoire pour laquelle il n'est toutefois pour rien, car elle remonte avant son arrivée au pouvoir en 2015. Entre 2013 et 2014, au moins 103 conteneurs d'ordures ménagères ont été expédiés du Canada aux Philippines. Ceux-ci contenaient notamment des bouteilles et des sacs en plastique recyclable, des journaux et des couches usagées.

    Depuis cette époque, la majorité des conteneurs était restée dans les ports des villes de Manille et Subic, ce qui avait fini par provoquer des manifestations. Mécontents, plusieurs groupes écologistes réclamaient le retour immédiat des déchets à leur expéditeur. Face à cette situation, le Président philippin, Rodrigo Duterte, avait menacé le Canada de lui renvoyer ses ordures, annonçant même qu'il comptait déposer des conteneurs devant l'ambassade canadienne à Manille. Plus encore, M. Duterte avait menacé de déclencher une «guerre» avec le Canada:

    «Je vais leur déclarer la guerre. Nous pouvons leur faire face. Je vais leur renvoyer ces ordures. Mettez ça sur un bateau et je vais dire au Canada que leurs poubelles sont en route. Qu'ils préparent une grande réception. Mangez-les si vous voulez», avait-il déclaré en avril dernier.

    Pour le chef du Parti vert du Québec, Alex Tyrrell, la déclaration du Président Duterte était «exagérée», mais a eu l'utilité d'être entendue par les Canadiens. Par la suite, Manille a aussi rapatrié du Canada son personnel diplomatique. Le gouvernement philippin estime qu'Ottawa n'a pas respecté le délai de récupération des déchets, dont certains auraient été illégalement expédiés.

    «Cette déclaration était exagérée, c'est excessif d'utiliser ce genre de langage pour ça. Ce langage doit être réservé aux cas plus graves. En même temps, il [Rodrigo Duterte, ndlr] a fait passer son message. À ce que je comprends, les déchets sont en route à l'heure actuelle. C'est malheureux que le Président Duterte ait été obligé d'aller jusque-là pour se faire comprendre par le gouvernement Trudeau», a souligné M. Tyrrell lors d'une entrevue avec Sputnik.

    Tout récemment, c'était au tour de la Malaisie de sommer le Canada de récupérer ses déchets. En effet, Kuala Lumpur entend renvoyer 3.000 tonnes de déchets plastiques au Canada, aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Australie et en France. La ministre malaisienne de l'Environnement, Yeo Bee Yin, a affirmé qu'elle voulait éviter que son pays ne devienne un «dépotoir» pour les pays riches.

    «Nous exhortons les pays développés à cesser d'expédier leurs déchets dans notre pays. Nous les retournerons sans pitié à leur pays d'origine. […] La Malaisie ne sera pas la décharge du monde. Nous ne nous laisserons pas intimider par les pays développés», a fermement averti la ministre malaisienne.

    Au Canada, des groupes écologistes n'ont pas tardé à se ranger symboliquement derrière les Philippines et la Malaisie. En février dernier, la branche canadienne de Greenpeace exhortait déjà le pays à ne plus se débarrasser de ses propres ordures:

    «Exporter nos déchets plastiques vers des pays déjà aux prises avec un problème de pollution plastique est déplorable. Nous partageons la même planète et celle-ci est noyée sous les déchets plastiques. Le Canada doit rapidement agir […] et se pencher sérieusement sur la pollution qui résulte de la surproduction et de la consommation de plastique à usage unique», a fait savoir par communiqué Sarah King, responsable de la campagne Océans et Plastiques de Greenpeace Canada.

    Même son de cloche au Parti vert du Québec. Selon le chef de cette formation, le Canada doit développer son «autosuffisance» en matière de gestion des déchets, qu'ils soient recyclables ou non.

    «Nous devrions être en mesure de traiter tous nos déchets, ici, sans dépendre de l'étranger. Pour y arriver, ça prend quand même des investissements importants dans le domaine du recyclage. En ce moment, le recyclage est géré plus ou moins par le marché libre. […] Il faut que le gouvernement prenne ses responsabilités pour la gestion des déchets produits au Québec et au Canada. Il faut s'arranger pour qu'on ait tous les centres de traitement et processus nécessaires», a précisé M. Tyrrell.

    Alex Tyrrell croit également que l'image du Canada en prend pour son grade dans ce nouvel épisode:

    «Ça fait longtemps que l'image du Canada, sur la scène internationale est ternie par les sables bitumineux. […] Maintenant, avec l'exportation de déchets et la continuation par Justin Trudeau des sables bitumineux, la réalité le rattrape», a-t-il ajouté.

    Le Canada s'est engagé à rapatrier ses déchets des Philippines d'ici juillet prochain. Quant à ses ordures en Malaisie, nul ne sait encore ce qu'il en adviendra. Chose certaine, les relations diplomatiques entre le Canada et ces deux pays asiatiques ne sont pas sorties renforcées de cette affaire.

    Lire aussi:

    Trump menace d'«effacer» l'Iran en cas d'attaque contre les USA
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    Le drone US abattu par l'Iran a effectivement violé sa frontière, selon la Défense russe
    Tags:
    incident, déchets, Parti vert du Québec, Rodrigo Duterte, Justin Trudeau, Québec, Malaisie, Canada, Philippines
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik