Ecoutez Radio Sputnik
    Steak

    Insultes, intrusions, harcèlement: au Canada, des végans font la guerre aux agriculteurs

    CC0 / Free-Photos / Steak
    Canada
    URL courte
    Par
    231629
    S'abonner

    Les agriculteurs canadiens vivent des moments de détresse psychologique. En plus des incertitudes économiques, ils sont maintenant la cible d’activistes végans. Insultes, intrusions sur leur terrain, cyberharcèlement: on ne leur donne aucun répit. En entrevue avec Sputnik, la psychologue Pierrette Desrosiers analyse et dénonce cette réalité.

    «Violeurs», «tueurs», «barbares», «génocidaires»: ce sont des insultes que peuvent recevoir des agriculteurs et producteurs de viande canadiens.

    Selon la psychologue Pierrette Desrosiers, les agriculteurs vivent de plus en plus dans la détresse. Non seulement ils doivent composer avec les risques économiques liés à la mondialisation, mais aussi avec des messages violents qui les ciblent. Accusés par des militants d’assassiner des animaux, ils se sentent pris au dépourvu. Mme Desrosiers est l’une des premières psychologues au monde à avoir fait du milieu agricole sa spécialité.

    «Dans la dernière année, nous avons vu apparaître une montée fulgurante de ces messages de toutes sortes. En tant que psychologue, je suis extrêmement préoccupée par cette situation. Les agriculteurs en viennent à se demander s’ils doivent vraiment continuer à exercer leur métier. D’autres tentent même de dissuader leurs propres enfants de reprendre la ferme familiale. Certains parents en viennent à dire à leurs enfants de cacher à l’école le fait qu’ils ont une ferme laitière», a souligné Mme Desrosiers en entrevue avec Sputnik.

    Sans grande surprise, les réseaux sociaux y sont pour quelque chose. Sans eux, il serait plus difficile d’intimider les agriculteurs, mais aussi les vétérinaires et les gens auxquels on les associe. «Nous sommes en train de stigmatiser tout un groupe», estime cet expert.

    «Il y a 2 ou 3 ans, il n’existait pas encore de fil Facebook. Les agriculteurs n’avaient pas encore de réseaux où ils pouvaient échanger sur divers sujets liés à leur métier. Ces groupes ont leurs avantages, mais ils permettent aux “trolls” et activistes de les repérer et de les identifier. […] Depuis que tous les gens sont sur Facebook, les agriculteurs subissent de la cyberintimidation. […] Je commence moi-même à être bombardée de commentaires négatifs parce que je prends la défense des agriculteurs», observe la psychologue.

    Il s’agit d’un phénomène tout récent. En Europe, les groupes animalistes existent depuis plusieurs années, mais ils n’avaient pas encore essaimé au Canada.

    «Au Canada, jusqu’ici, nous avions été épargnés par ce phénomène. Si nous avions fait l’entrevue il y a 2 ans, il n’y aurait pas eu grand-chose à dire. Au Québec, j’ai été la première à aborder le sujet dans une réunion de l’assemblée générale du comité de la Stratégie québécoise de santé et de bien-être des animaux. Je suis intervenue pour dire que les pressions des activistes animalistes allaient prendre de l’ampleur et certainement participer au stress et à la déstresse des agriculteurs», poursuit-elle .

    Les attaques contre les agriculteurs ne se limitent pas à des messages violents sur les réseaux sociaux. Des boucheries sont parfois vandalisées. De même, en mars dernier, deux fermes laitières de l’Ontario ont vu des activistes végans pénétrer illégalement leur propriété. En avril suivant, des activistes ont répété ce coup d’éclat dans une ferme porcine de la Colombie-Britannique. Une fois sur place, les activistes tentent de confronter les agriculteurs. La psychologue rappelle que les activistes font courir des risques énormes aux fermes sur le plan sanitaire, mettant même en danger la vie des animaux qu’ils veulent tant sauver.

    «Ces actions sont extrêmement dangereuses du point de vue de la biosécurité. Les règles d’hygiène sont extrêmement strictes: les gens doivent d’abord se désinfecter avant de pénétrer dans les lieux. Les fermes ont de nombreux protocoles. Il y a un risque de contamination. Une maladie peut mener à abattre tout un troupeau», a-t-elle expliqué.

    Mme Desrosiers précise qu’elle n’a absolument rien contre les personnes qui font le choix de ne pas consommer de viande. En revanche, elle déplore l’intolérance de certains leaders «qui se croient moralement supérieurs»:

    «Les végans modérés ne dénoncent pas ces méthodes, mais se contentent de dire que ce n’est pas stratégique. Ils ne dénoncent aucunement le fait que des gens traitent les agriculteurs de tueurs et de violeurs», s’est désolée la psychologue.

    Pierrette Desrosiers dénonce l’inaction de la classe politique et des élites canadiennes en général. Si le phénomène est récent, il n’est pas trop tôt pour réagir, car les choses pourraient rapidement empirer, estime-t-elle.

    «Les agriculteurs faisaient déjà face à un fort stress et à une grande détresse, maintenant on en rajoute. C’est dommage, car nous avions réussi à revaloriser ce métier difficile, après l’avoir présenté dans le passé comme un métier fait pour les gens qui n’ont pas réussi à l’école. […] Les activistes végans s’attaquent à l’identité profonde des agriculteurs. Ce n’est pas banal. […] Les politiciens doivent évidemment se saisir de cette question. Je ne veux pas politiser le débat, mais il va falloir agir», a plaidé Mme Desrosiers à notre micro.

    Il y a quelques mois à Ottawa, le Comité permanent de l’agriculture et de l’agroalimentaire de la Chambre des communes a présenté un rapport décrivant la détresse des agriculteurs. Pierrette Desrosiers a participé comme expert aux séances de consultation. Le comité recommande au gouvernement de mettre en place «des campagnes et des stratégies de sensibilisation du public ayant pour but de lutter contre le problème croissant de la cyberintimidation […] et des menaces touchant les travailleurs agricoles». Pour l’heure le gouvernement n’a toujours pas mis en place ces actions.

    Tags:
    viande, végans, agriculture, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik