Ecoutez Radio Sputnik
    Chlag Amraoui, Langage du temps, huile sur toile, 105 x 55 cm, 2012

    Chlag Amraoui, peintre berbère à Montréal, fier d’être «métèque et nomade»

    © Photo. Chlag Amraoui
    Canada
    URL courte
    Par
    4208
    S'abonner

    Peintre d’origine berbère arrivé en 2005 au Québec, Chlag Amraoui fait partie des artistes «underground» les plus en vue à Montréal. Reconnu pour ses tableaux représentant des visages et des foules colorés, il conseille maintenant des galeries d’art de la métropole québécoise. Entrevue avec ce peintre hors du commun.

    C’est en 2005 que Chlag Amraoui débarque à Montréal. Né en 1969 dans les montagnes de l’Aurès, au nord-est de l’Algérie, il a longtemps pratiqué la peinture dans son pays natal, avant d’ouvrir son premier atelier montréalais. Il a étudié à l’École régionale des Beaux-Arts de Batna, en Algérie, et à l’École supérieure des Beaux-Arts d’Alger.

    Sa principale marque de fabrique: s’inspirer des arts premiers de la culture berbère, une culture millénaire ancrée dans le bassin méditerranéen. Fier d’être «métèque et nomade», il aime se voir comme un ambassadeur de sa culture au Québec.

    «J’ai peint presque toute ma vie. J’ai commencé quand j’étais gamin. J’observais ma mère, qui faisait de la poterie et des tapis traditionnels. Mon premier contact avec l’art remonte donc avant mon entrée à l’école primaire. Ce que ma mère faisait m’habite encore comme artiste. Ces souvenirs font partie de ma mémoire esthétique», a-t-il d’abord relaté en entrevue avec Sputnik France.
    Chlag Amraoui, Tempête du printemps, huile sur toile, 180 x 150 cm, 2009
    © Photo. Chlag Amraoui
    Chlag Amraoui, Tempête du printemps, huile sur toile, 180 x 150 cm, 2009

    Chlag Amraoui a d’abord exposé dans la plupart des grandes galeries tunisiennes et algériennes, de 1995 à 2005. Durant cette période, il a aussi exposé à l’Hôtel de Ville de Paris et à Libreville, capitale du Gabon. Plusieurs de ses œuvres sont encore exposées dans divers lieux publics au Maghreb, alors que d’autres se trouvent dans des collections privées et publiques en Europe, en Asie et en Afrique du Nord.

    «Je suis un nomade artistique. J’ai essayé d’absorber toute l’énergie du peuple berbère. J’essaie d’exploiter toutes les images, tous les visages et tous les symboles reflétant l’identité de ce peuple. La poterie, les tatouages ancestraux et la danse m’inspirent aussi beaucoup. Les femmes tatouées de mon village natal m’inspirent particulièrement. Il y a tout un nomadisme culturel qui me nourrit artistiquement», ajoute-t-il.
    Le peintre Chlag Amraoui et son tableau Mémoire, huile sur toile, 180 x 150 cm, 2017
    © Photo. Chlag Amraoui
    Le peintre Chlag Amraoui et son tableau Mémoire, huile sur toile, 180 x 150 cm, 2017

    À son arrivée à Montréal, Chlag Amraoui dit avoir vite été séduit par la grande diversité des expressions culturelles et artistiques que l’on y trouve. Son exposition intitulée «Où va le monde?», à la Galerie Crescent Contemporain de Montréal en 2006, représente l’un de ses plus grands succès dans le milieu artistique québécois. Plusieurs vernissages dans la métropole québécoise ont suivi ce moment fort, jusqu’à sa plus récente exposition, «Danse avec la vie», qui a été présentée à la Galerie Atelier d’art Métèque de Montréal en juillet 2018.

    «Le peuple berbère m’anime beaucoup, mais je suis quelqu’un d’universel. Je ne fais pas de folklore. Je suis ouvert aux autres cultures. Mon but a toujours été d’apprendre et de partager. Mes tableaux reflètent une très grande variété de cultures et de traditions. D’ailleurs, Montréal est une ville qui nous permet de rester en contact avec la diversité des talents: elle représente un carrefour très stimulant», s’est-il enthousiasmé.

    Si le peintre montréalais a de nombreuses sources d’inspiration, l’exil et la révolte sont deux thèmes qu’il exploite régulièrement. L’exil, un thème qui reflète son propre parcours? Il n’en doute pas une seconde.

    «Je peins sur l’exil. Je peins aussi sur la révolte, sur les gens qui disent non à l’injustice et à l’ignorance. Beaucoup de révoltes récentes dans le monde m’ont inspiré des tableaux. Je m’inspire évidemment de mon histoire personnelle. Je peins aussi sur le regard des gens rempli de douleur et de bonheur», explique-t-il.
    Chlag Amraoui, Danse et révolte, acrylique sur papier, 180 x 150 cm, 2007
    © Photo. Chlag Amraoui
    Chlag Amraoui, Danse et révolte, acrylique sur papier, 180 x 150 cm, 2007

    Devenu citoyen canadien en 2008, le peintre a même visité des grottes préhistoriques où se trouvent des peintures rupestres, une énième source d’inspiration pour lui.

    «Je m’inspire aussi de l’art rupestre. J’ai fait des voyages pour aller voir les gravures et les peintures pariétales. Je suis notamment allé voir les grottes préhistoriques du Tassili n’Ajjer, dans le désert du Sahara, et celles du Tamanrasset, une commune au sud de l’Algérie. C’était absolument fascinant [...] Mes œuvres sont un constant métissage», a conclu le peintre à notre micro.
    Tags:
    Berbères, Canada, peinture
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik