Canada
URL courte
4262
S'abonner

Un couple d’handicapés est décédé du Covid-19 à Montréal. Mari et femme avaient choisi de refuser l’intubation pour mourir ensemble. Des proches des défunts dénoncent les lacunes du système de santé.

Deux handicapés canadiens ont décidé de s’éteindre ensemble après avoir contracté le Covid-19, rapporte Radio-Canada. Gina Lepage et René Desmarchais, tout deux cinquantenaires, étaient atteints de spina bifida, une maladie congénitale du tube neural. Mariés en 2012, ils vivaient ensemble dans le même CHSLD (Centre hospitalier de soins de longue durée) à Montréal. Lorsque Gina a contracté le Covid-19 et a refusé l’intubation, son mari lui a emboîté le pas.

«Quand il a su que Gina ne voulait pas avoir de traitement, René a décidé qu’il ne voulait pas avoir de traitement non plus. Il a dit: "Arrêtez tout, je veux m’en aller avec ma femme"», confie sa sœur à Radio-Canada.

Lacunes du système

Les deux époux sont finalement décédés du Covid-19 à quelques jours d’intervalles, les 11 et 18 avril, sans la présence de leurs proches, rapporte Radio-Canada. Dans la famille des défunts, certains pointent du doigt la gestion de la crise sanitaire, et les insuffisances du système de santé.

«On a été frappé par un ennemi invisible et les lacunes de notre système sortent toutes. Toutes les lacunes», déclare ainsi Renaud Lepage, frère Gina, à Radio-Canada.

Au sein de l’établissement qu’ils fréquentaient, l’inquiétude prévaut désormais. Une vingtaine d’autres résidents ont déjà été infectés, et placés dans une section à part.

Lire aussi:

Le nombre de contaminations journalières en France bondit de nouveau au-dessus de 20.000
Erdogan accuse Macron de «régler des comptes avec l’islam et les musulmans»
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Tags:
couple, Montréal, handicapés, Canada, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook