Canada
URL courte
Par
233215
S'abonner

Au Canada, les personnes ayant perdu leurs revenus en raison du Covid-19 bénéficient d’une aide financière accordée par Ottawa. Une mesure si généreuse qu’elle commencerait à nuire à la relance économique, en incitant certains bénéficiaires à ne pas retourner travailler. Sputnik a recueilli le témoignage d’entrepreneurs québécois.

Au Canada, la relance économique est-elle freinée par une mesure trop généreuse, aux allures de calcul électoral?

Début avril, au plus fort de la pandémie de Covid-19, Ottawa a annoncé le lancement d’une mesure d’urgence pour aider les travailleurs ayant perdu leur emploi ou une grande partie de leurs revenus en raison de la fermeture des commerces et entreprises. Communément appelée PCU par la population francophone, la prestation canadienne d’urgence offre la possibilité aux travailleurs «touchés directement» par les conséquences de la pandémie de recevoir 2.000 dollars canadiens (1.305 euros) par mois pour une période allant de quatre à 24 semaines.

2.000 dollars canadiens par mois pour les travailleurs affectés

Si la mesure fait beaucoup d’heureux parmi les gens touchés, elle suscite la désapprobation de nombreux acteurs économiques, selon lesquels elle nuirait à la relance pourtant promue par le gouvernement fédéral. 

Défendue par le Premier ministre Justin Trudeau, la mesure ne fait pas l’unanimité parmi les provinces. La PCU semble notamment être devenue une importante pomme de discorde entre Québec et Ottawa. Ces dernières semaines, de nombreux producteurs agricoles québécois se sont plaints des effets négatifs de la prestation d’urgence, alors que la plupart devaient déjà faire appel à des travailleurs latino-américains pour les récoltes. Certains producteurs estiment que l’embauche de travailleurs devient encore plus difficile, puisque le programme a même été étendu aux étudiants. La décision d’inclure ces derniers dans le programme a été décrite comme fortement électoraliste par des chroniqueurs d’Est en Ouest du pays.

​Le 14 juin, le Premier ministre québécois, François Legault, est intervenu à l’Assemblée nationale du Québec pour lancer un avertissement à Justin Trudeau, juste après que ce dernier a annoncé le prolongement du programme d’aide:

«On comprend que les personnes qui ont perdu leur emploi veulent de l’aide du gouvernement [fédéral, ndlr], mais il faudrait trouver un moyen pour qu’il y ait un incitatif quand même à relancer l’économie», a-t-il déclaré au Salon bleu.

Le 29 juin, Jean Boulet, le ministre québécois du Travail, a également fait une sortie remarquée pour prendre position contre l’allocation fédérale:

«Ça m’apparaît vraiment particulier que des entreprises soient freinées dans leur développement en raison de cette prestation-là […] Dans le manufacturier, la construction, la santé, les technologies de l’information ou l’alimentaire, il y a des besoins importants de main-d’œuvre et il ne faut pas que la PCU soit un désincitatif au travail», a-t-il mentionné dans une entrevue accordée au Journal de Montréal.

Sputnik a voulu vérifier ce qu’il en était sur le terrain. Selon un propriétaire de restaurants de la région de Drummondville, au Québec, la prestation d’urgence nuit effectivement à la reprise de l’économie en décourageant le retour au travail.

«Un désincitatif au travail» selon le ministre québécois du Travail

Ayant préféré garder l’anonymat, ce restaurateur confie à Sputnik que certains de ses employés ont tenté d’user de stratagèmes pour continuer à percevoir l’aide financière tout en ayant repris le travail.

«Plusieurs personnes ont tenté d’arnaquer le système. Certains parents de jeunes employés m’ont appelé pour me demander si je pouvais payer leurs enfants au noir pour qu’ils continuent à percevoir la prestation d’urgence. Comme j’ai refusé, des parents ont préféré garder leur ado à la maison. Il faut comprendre que pour un jeune qui travaille 20 heures par semaine, la prestation fédérale est à peu près équivalente à leur salaire», déplore l’entrepreneur.

Gestionnaire du centre de distribution de meubles d’occasion Emmaüs, à Québec, Antoine Lajoie observe un phénomène similaire:

«Nous sommes obligés de fermer le magasin la moitié du temps parce que nos employés travaillent le maximum d’heures possible pour continuer de profiter de la prestation en même temps. Dans ce contexte, nous allons peut-être devoir fermer définitivement», s’indigne-t-il à notre micro.

Propriétaire du service de restauration à domicile MobiloChef, à Montréal, Valérie Paquette dresse un portrait plus nuancé de la situation. Mme Paquette dit avoir perdu plus de 65% de son revenu depuis l’instauration des premières mesures de confinement dues au coronavirus.

«La prestation nous aide en tant que qu’entrepreneurs, car nous ne sommes plus capables de nous verser un salaire. Dans mon cas, je ne vois pas comment je pourrais survivre sans la prestation. Par contre, au niveau des employés… j’en ai deux sur quatre qui en profitent tranquillement à la maison. J’ai reçu de nombreuses candidatures avant le programme d’aide, mais maintenant qu’il a été prolongé, plus personne n’est disponible. Les gens ne veulent pas travailler», constate la restauratrice.

En date du 22 juin, Ottawa avait dépensé environ 53 milliards de dollars canadiens (34,6 milliards d’euros) par le biais de la prestation canadienne d’urgence. Jusqu’à présent, au moins huit millions de Canadiens en auraient bénéficié sur une population de 38 millions de personnes.

Lire aussi:

Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Les Français tués au Niger étaient en mission humanitaire, selon la Défense nigérienne
Tags:
travail, Covid-19, coronavirus SARS-CoV-2, aide, Canada
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook